Accueil » Aviation d'Affaires » Dassault met fin au programme Falcon 5X

Dassault met fin au programme Falcon 5X

Le premier vol du Falcon 5X, le 5 juillet 2017, laissait entrevoir une résolution prochaine du problème, même si l'avion n'était pas équipé de ses moteurs Silvercrest définitifs… © © Dassault Aviation - V. Almansa

Dassault Aviation annonce qu'il engage le processus de résiliation du contrat Silvercrest conduisant à l’arrêt du programme Falcon 5X. Simultanément, l'avionneur annonce le lancement d’un nouvel avion avec une entrée en service en 2022. Cette décision exceptionnelle est la conséquence de l'incapacité de Safran à atteindre les spécifications promises du moteur Silvercrest qui aurait dû être livré fin 2013 pour les essais en vol sur Falcon 5X.

Safran explique dans un communiqué de presse daté du 13 décembre 2017, que « les essais terminés au troisième trimestre 2017 l’ont conduit à informer son client Dassault Aviation et le marché d’un décalage du calendrier de certification du moteur Silvercrest devant permettre d’atteindre les performances du moteur dans l’ensemble du domaine de vol’.  En réponse, Dassault Aviation a notifié à Safran Aircraft Engines, le 13 décembre 2017, « ne pas partager l’analyse de la situation du programme« , d’où cet arrêt du...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

17 commentaires

array(2) { [0]=> int(1509) [1]=> int(9) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • C’est ce qui arrive quand on veut s’equiper avec un produit LIDL.

    Répondre
  • Mais arrêtez de parler du 5X !
    Dassault est très clair : le programme 5X est terminé.
    Le projet annoncé est un nouvel avion avec le diamètre du fuselage du 5X qui devient ainsi le standard des futures modèles « lourds » de la marque.

    Répondre
  • Si le moteur existe déjà, il ne faut pas 5ans pour remotoriser un avion. Très certainement que Dassault profite du retard de SAFRAN pour cacher ses propres retards auprès de ces clients, malgré leur affirmation que l’avion vole bien…

    Répondre
    • Pas si simple…
      Remotoriser l’avion, monter deux moteurs, et faire voler l’avion prendra quelques mois, mais tout certifier plusieurs années… Comme d’hab…
      Il ne suffit pas de changer le moteur. Il faut changer toute l’électronique qui va avec et qui est dans le fuselage, mais aussi changer les supports moteur ce qui est une modification structurale. Il faut surtout refaire tous les dossiers justificatifs pour tous ces sujets, et une quantité d’essais au sol et en vol (vibrations, perfos, vieillissement, etc…)
      C’est long et fastidieux…

      Répondre
    • le 5x devait créer la surprise face à la concurrence .. maintenant elle a eu le temps de se préparer puisque l’avion existait et ses performances était au top .. je pense que Dassault va sortir un nouvel avion avec les dernière technologie pour créer une nouvelle surprise et prendre de cours la concurrence

      Répondre
  • @MeisterD : est ce que vous accepteriez de prendre une porsche cayenne avec un moteur de coccinelle, en espérant un éventuelle retrofit dans 5 ans? Benh non, vous passez à la concurrence…
    Mais c’est dommage, un gachis… tant pour dassault que pour safran…

    Répondre
    • Effectivement, si l’écart de performance est de cet ordre ( porsche vs beetle ) on peut comprendre la position de Dassault.
      Mais si l’écart est de quelques % sans affecter la sécurité des vols et que l’on donne des garanties pour l’avenir…
      Si on n’a que 5400 Nm au lieu de 5500 (2% de perfo), on perd le marché ?
      Un programme comme le Silvercrest donnera probablement lieu à des évolutions au fil du temps, qui nécessiteront de recertifier les versions futures.
      J’ai le sentiment qu’en voulant à tout prix une maturité « top niveau » lors du lancement commercial, Dassault se tire une balle dans le pied ( et fait un croche-patte à Safran).

      Répondre
  • Le Silvercrest a une particularité plutôt rare pour cette catégorie de turbofans: un dernier étage centrifuge au bout du compresseur HP. N’étant pas motoriste, je ne peux que supposer les avantages attendus de cette configuration: Moins d’étages compresseur HP donc plus léger et plus compact.
    Il apparaît que Safran a rencontré des difficultés de mise au point inattendues et que les perspectives de ce programme ne soient pas brillantes.

    Répondre
    • Le TFE731 qui équipe la gamme Dassault, du Falcon 10, Falcon 50B et EX, Falcon 20 retrofit, à toutes les versions du Falcon 900 a cette configuration de compresseur centrifuge (N2) en fin de compresseur axial (N1).
      Donc la situation n’est qu’à moitié nouvelle.

      Répondre
      • Et c’est également l’architecture standard des moteurs Honeywell montés sur la plupart des avions d’affaire Bombardier…

        Répondre
      • C’est vrai, mais le Silvercrest ne joue pas du tout dans la même catégorie que le TFE-731 en ce qui concerne son niveau de poussée et surtout son rapport de compression.

        Répondre
  • @DAUMONT Xavier En fait c’est ce que fait Dassault puisqu’il va proposer un jet de même taille avec des moteurs P&W. Sauf que c’est visiblement pas aussi simple qu’il n’y parait puisque l’appareil devrait entrer en service qu’en 2022. Mais peut-être aussi que Dassault veut en profiter pour incorporer quelques modernisations dans sa cellule qui devait initialement entrer en service en 2013 et qui date déjà un peu.

    Répondre
  • Donc Snecma ne sait toujours pas faire un moteur civil toute seule…
    Après plus de 75 ans d’existence, c’est dommage…

    Répondre
  • Je ne suis pas ingénieur et je ne comprend pas pourquoi Dassault n’a pas adapté un autre moteur sur son 5X.

    Répondre
    • C’est pourtant exactement ce qui va se passer. Dassault prétend que 2020 est une date trop tardive mais lance un avion quasi-similaire avec un moteur Pratt avec une entrée en service pour… 2022.

      Répondre
    • Il y a fort à pariere que ce nouveau Falcon dont parle M. Trappier soit un 5X remotorisé.
      Mais quel dommage d’en arriver là !
      N’aurrait-il pas été moins préjudiciable de livrer les premiers exemplaires de 5X avec des moteurs légèrement hors spécification et en prévoyant un rétrofit (à la charge de Safran) une fois les développements terminés ?
      A moins que ces écarts de perfos soient préjudiciables à la sécurité des vols ?
      Ou bien l’image de Dassault en serait écornée face à la concurence ?

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(2) { [0]=> int(1509) [1]=> int(9) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(1509) [1]=> int(9) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.