Accueil » Wijet commande 16 biréacteurs HondaJet

Shell

Wijet commande 16 biréacteurs HondaJet

Wijet, la jeune compagnie d’aviation d’affaires qui a vu le jour en France en 2009, va entièrement renouveler sa flotte actuelle de Cessna Citation Mustang par 16 HondaJet. Le premier biréacteur sera livré dès mars 2018. Les autres suivront sur une période de 15 à 18 mois.

9.02.2018

Les 16 HondaJet de Wijet vont recevoir la même livrée spécifique à la compagnie, avec un liséré rose soulignant le bleu "Wijet". Le logo de la société figure sur la dérive. © Wijet

Il faut avoir l’honnêteté de reconnaître que quand ils ont débarqué dans le paysage aéronautique français, Corentin Denoeud, Alexandre Azoulay et Jean-François Hochenauer n’ont pas toujours été pris au sérieux. Ils sortaient de l’école avec un projet comme les écoles supérieures de commerce en raffolent. Ce trio-là s’était mis en tête de révolutionner l’aviation d’affaires avec des VLJ (« Very Light Jet »), en affichant leur tarif : 2.400 euros TTC l’heure de vol. Ils avaient repéré que les tarifs des compagnies en place manquaient de lisibilité…

Une start-up devenue grande

Même si la valeur n’attend pas le nombre des années, le contexte économique n’était pas des plus propices. Nous étions alors en 2009, la pire période pour l’aviation d’affaires. Les entreprises susceptibles de voyager en avion privé étaient les deux pieds dans la crise financière. Il en fallait plus pour arrêter ces trois là. Wijet, leur compagnie, a donc démarré au Bourget avec un Mustang vendu à 2.400 euros TTC l’heure de vol.

Malgré le scepticisme ambiant, il faut croire que l’idée n’était pas aussi extravagante, puisque moins de 10 ans plus tard, Wijet existe toujours et que sa flotte a culminé l’été dernier à 15 avions, exclusivement des Mustang. Entre temps, en septembre 2016, la petite compagnie a acheté son principal concurrent, le britannique Blink et ses 10 Citation Mustang, dont les 3 de MyJet, une compagnie italienne acquise par Blink, un an plus tôt.

Le Hondajet préféré au Citation M2 et au Phenom 100

Aujourd’hui, Wijet vole sous pavillon britannique. Deux des trois fondateurs, Alexandre Azoulay et Jean-François Hochenauer, font toujours partie de l’équipe dirigeante, mais les commandes de la compagnie ont été passées à Patrick Hersent. C’est lui qui a signé la lettre d’intention avec HondaJet, au salon de Singapour (8 février 2018). A travers ce contrat, Wijet devient la compagnie aérienne de lancement du prometteur VLJ.

Wijet mise sur le confort cabine et la possibilité d’accueillir un cinquième passager. © Wijet

Le HondaJet était en concurrence avec le Citation M2 de Cessna et le Phenom 100 d’Embraer. Il l’a emporté grâce à son cinquième siège qui faisait défaut au Mustang. C’est aussi un avion plus rapide et qui offre un rayon d’action plus étendu ouvrant un plus large éventail de vols directs.

Wijet a également misé sur le confort de ses clients qui apprécieront une cabine un peu plus spacieuse, mais surtout beaucoup plus silencieuse et dotée de vraies toilettes. Les passagers auront également accès au wifi.

Wijet passe à la vitesse supérieure.

Les Mustang volaient entre 450 et 500 heures par an. Patrick Hersent espère que les Hondajet dépasseront ce niveau pour se rapprocher des 600 heures annuelles.

Le Hondajet est équipé d’une suite avionique Garmin G3000. Sa vitesse maximale est de 422 kt et son autonomie (4 personnes à bord) de 1.223 NM. © Wijet

Le premier des 16 avions acquis en leasing sera livré dès mars 2018. Les autres suivront au rythme d’un par mois pendant 18 mois, avec un ralentissement du rythme des livraisons en basse saison hivernale. Quatre pilotes ont déjà été formés. Wijet prévoît d’en envoyer deux par mois en formation à Greensboro, aux USA, là où est implanté HondaJet. Au total, la compagnie fait travailler 45 pilotes. D’ici un an, cet effectif devrait passer à 60 pilotes.

Gil Roy

Air France lance avec Wijet une offre de jets privés

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

4 commentaires

  • Arès

    Le pavillon Français, perd encore une fois un petit joyau, et au profit de cette perfide Albion.. c’est usant à la longue.

    • Michele

      Je crois que vous avez mal lu: c’est les francais qui ont achete les anglais…

      Bien joue’ pour Wijet, meme si a’ l’entretien il peut s’agir d’un hazard, car il y a pleins ateliers qui fond du Mustang, mais du Hondajet pour le moment…

      • Arès

        Non, non, je ne crois pas avoir mal lu : »Le Hondajet préféré au Citation M2 et au Phenom 100
        Aujourd’hui, Wijet vole sous pavillon britannique. »

      • HeliHenri

        Bonjour Michele,
        Les HondaJets seront basés à Biggin Hill car ils ne peuvent pas opérer à partir de Blackbush (piste trop courte) et Honda va ouvrir là-bas un centre d’entretien.
        P.S : Wijet est une compagnie Française opérant actuellement sous l’AOC Britannique de Blink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *