Accueil » 11 Septembre 2001 : Le rôle détourné des écoles de pilotage

11 Septembre 2001 : Le rôle détourné des écoles de pilotage
premium

Peu avant les attentats, quatre apprentis pilotes parviennent à se jouer des autorités européennes et nord-américaines. L'un d'entre eux est pilote professionnel. Le rêve de voler se change en cauchemar avec quatre avions de ligne transformés en armes. Malgré la crise qui a suivi, l'aviation continue de faire rêver.

11.09.2021

Le 11 septembre 2001, des élèves-pilotes kamikaze, passés par des écoles américaines et allemandes, ont réussi à mettre à terre le transport aérien mondial en l'espace de quelques minutes. © Aerobuzz.fr

En août 2001, Zacarias Moussaoui s'inscrit dans une école de pilotage du Minesota, la Pan Am International Flight Academy, spécialisée dans les qualifications de type. L'élève pilote dit vouloir se familiariser avec ce qu'il décrit dans son premier message de contact avec l'école comme « un gros avion commercial ». Le futur élève précise qu'il veut apprendre à « décoller et atterrir et naviguer d'un point A à un point B. » Après avoir payé cash sa formation sur simulateur de...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Fabrice Morlon

chez Aerobuzz.fr
Après des études de lettres, Fabrice Morlon s’oriente vers le journalisme. Il a fondé l'agence de communication Airia en 2013. Pilote privé, il a rejoint la rédaction d’Aerobuzz, début 2013. Fabrice Morlon a, principalement, en charge l’aviation légère, l’avionique et les équipements.

19 commentaires

  • anemometrix

    Jean-Mi, j’ai du mal interpréter, désolé …

  • anemometrix

    @Stanloc
    Vous proposez quoi ? Un retour en urgence ? Un atterrissage en surcharge ? Piloté par qui ?
    Sur ces avions, la masse élevée entraine une vitesse minimale de vol qui est supérieure à la vitesse maximale de sortie des volets.
    Délester du carburant ? C’est très long. Apprendre à un passager ou PNC comment traiter les différentes étapes du vol, de la gestion opportune des modes de pilotage prends du temps.
    Il reste 4 ou 5 heures de vol pour rejoindre CDG.(si les pilotes sont malades au même moment c’est qu’ils ont consommé la même chose, c’est à dire en croisière)
    Précipiter les choses est risquer la perte de contrôle alors que dans un cas aussi dramatique prendre son temps permet de faire baisser le stress, de laisser du temps à la personne qui va prendre en compte l’autorité sur l’avion et sur les personnes à bord le temps d’intégrer les conseils et consignes qu’il va devoir restituer.
    Sans droit à l’erreur.

    Napoléon a dit quelque chose comme : « N’est pas un chef celui qui ne sait pas sacrifier 1000 hommes pour en sauver 10 000 ».
    J’attends avec curiosité votre réponse à ma question : qui va faire quoi ?

  • zourite

    ou laaaa!! çà chauffe entre les anciens qui pilotent avec les fesses la carte sur les genoux et les pro qui pilotent à la molette les yeux sur l’écran.

  • Robert Le Borgne

    L’Aviation fait toujours rêver, ce n’est pas moi qui dirait le contraire … Mais madame Moncond’huy, maire de Poitiers, le déplore !

  • PATRICK

    Bonjour
    Je me souvient que des instructeurs on eu des doutes face à l’incompétence à faire rouler droit un Cessna 172 par plusieurs de ces élèves pilotes ! Ne parlons même pas de le faire voler ! Pourtant ils avaient une licence! D’après eux fausse de toute évidence.
    Ils n’ont pas jugés utiles de continuer avec eux. Alors quand on leurs dit qu’ils sont passés maitre dans le pilotage d’un 767 et 757, avec des manoeuvres impossible à réaliser de l’avis d’un très grand nombres de pilotes de lignes et militaires,imaginer leurs stupeur et incrédulité !

    • Fbs

      N’importe quel abruti peut faire leur « exploit » sur une vieille version de flight simulator (pour que les tours soient encore debout). Le pilotage, en soi, on a même réussi à l’apprendre à des singes. Ne pas confondre avec commandant de bord, c’est tout autre chose…

      Après, dans les médias, on désinforme …pour tout plein de raisons…

      • PlasticPlane

        D’accord Fbs, complotisme rampant sous couvert d’initié …
        Les vrais lecteurs d’Aérobuzz ne s’y laissent pas prendre 😉

    • anemometrix

      Il faisait beau, des conditions idéales, des manœuvres simples, des trajectoires libres, faciles à réaliser pour qui sait un peu piloter. La seule difficulté, les sensations aux commandes d’un jet, difficulté surmontée par quelques séances au simulateur.
      Le reste, des c….s pour ne pas dévier tant qu’il en était encore temps.
      Haine, fanatisme, drogue, bourrage de crâne jusqu’à les transformer en zombies ?…

    • anemometrix

      Cette rumeur de pilotes de ligne assurant de l’impossibilité de réussir les manoeuvres pour percuter les tours et le pentagone relève du fantasme.
      Pilote de ligne et instructeur sur B 767 j’assure qu’après un entrainement sur simulateur, ces manoeuvres ne présentaient aucune difficultés.
      Aucune contrainte d’espace, aucune précision dans la trajectoire, aller, à vue, se placer dans l’axe de l’objectif et foncer dessus … sans faiblir au dernier moment !
      Ils pouvaient le faire au pilote automatique, une molette à tourner pour descendre après avoir affiché O au MCP, une autre à tourner droite ou gauche pour aller à droite ou à gauche, les manettes de gaz en automatique pour suivre la vitesse ou à la main comme à l’aéro-club : un jeu d’enfant.
      Je vais plus loin : un passager ou mieux une hôtesse ou un steward suffisamment calme et attentif pourrait, en cas de défaillance des pilotes, et en contact radio avec un pilote qualifié sur l’avion, pourrait par quelques clics emmener à destination un Airbus ou un Boeing de dernière génération.
      Avion arrêté sur l’axe de la piste, ne resterait qu’à couper les moteurs.
      De New-York à Paris, juste quelques clics : je peux vous en faire la liste !

      • Patrick

        Votre commentaire est des plus étonnant et fantaisiste ! Vous dévaloriser les pilotes et les études qui vont avec. Bien sûr, n’importe qui peut prendre les commandes et foncer sur l’objectif, y’a qu’à ! Je pourrais donner une longue liste de pilotes qui pensent autrement. Percuter une façade de face de 3 étages avec une topographie difficile au lieu du centre du bâtiment qui avec sa forme particulière est une cible facile en comparaison relève de l’absurde et du délire orchestre par des services payés à foutre le chaos pour le profit de certains. Faites des recherches, mais attention ouvrir la boîte de pandore donne la nausée.

      • Jean-Mi

        Fantaisiste ? Je ne le crois pas. Dans ce cas les personnes que l’on emmène en baptême de l’air et qui en quelques minutes sont capable de maintenir un avion en vol juste avec le manche et même de prendre de légers virages « vers le château d’eau là-bas » seraient des génies ! Ça ferait beaucoup de monde quand même….
        Cette partie du pilotage est la plus facile en fait. Ce qui est difficile en pilotage, c’est les manœuvres, type décollage, atterrissage, gestions des pannes, approches « à la main » selon une procédure, etc…
        J’ai vu de mes yeux des pilotes qualifiés A320, en service actif, maintenir difficilement un planeur école derrière le remorqueur ! Comme quoi un avion de ligne, c’est pas si compliqué à faire voler !
        Mince, je tue le mythe du pilote surhumain, omniscient, aux nerfs d’acier… Mermoz ! Reviens parmis nous !!!

      • PlasticPlane

        Quelle abnégation, Camarades, de tenter de de faire entendre raison au côté obscur 😊. Admirable de patience.

      • stanloc

        A une époque (largement révolue) où j’ai fait mes premiers vols en DC de pilote privé (fin des années 60) il n’était pas rare que des instructeurs chevronnés (plus portés sur la mania que sur les procédures) « lâchaient  » certains élèves après 3 heures de DC. Le problème pour moi (lâché en 6 heures) fur que mes leçons furent trop espacées au début.

      • anemometrix

        Cette rumeur de pilotes de ligne assurant de l’impossibilité de réussir les manoeuvres pour percuter les tours et le pentagone relève du fantasme.
        Pilote de ligne et instructeur sur B 767 j’assure qu’après un entrainement sur simulateur, ces manoeuvres ne présentaient aucune difficultés.
        Aucune contrainte d’espace, aucune précision dans la trajectoire, aller, à vue, se placer dans l’axe de l’objectif et foncer dessus … sans faiblir au dernier moment !
        Ils pouvaient le faire au pilote automatique, une molette à tourner pour descendre après avoir affiché O au MCP, une autre à tourner droite ou gauche pour aller à droite ou à gauche, les manettes de gaz en automatique pour suivre la vitesse ou à la main comme à l’aéro-club : un jeu d’enfant.
        Je vais plus loin : un passager suffisamment calme et attentif pourrait, en cas de défaillance des pilotes, et en contact radio avec un pilote qualifié sur l’avion, pourrait par quelques clics emmener à destination un Airbus ou un Boeing de dernière génération.
        Avion arrêté sur l’axe de la piste, ne resterait qu’à couper les moteurs.
        De New-York à Paris, juste quelques clics : je peux vous en faire la liste !

        @Patrick
        Fantaisiste mon propos ? Ce serait croire que je poste de manière irréfléchie.
        Voyons : supposons une hôtesse qui arrive au cockpit et trouve les deux pilotes évanouis (intoxication) sur leurs sièges.
        Premier réflexe, avec la ou le chef de cabine, demander si un médecin est à bord.
        Ensuite, désigner celui qui parait le plus apte pour prendre le micro, l’installer au milieu sur le siège observateur puis appeler au secours (May Day)

        Premier conseil du contrôleur qui va dans le même temps dépêcher la recherche d’un pilote B 767, dans le secteur ou au sol : « Ne touchez à rien et sécurisez fermement les pilotes, bras et jambes, qu’ils ne puissent en aucun cas risquer de toucher aux commandes de vol. Ne surtout pas toucher au bouton rouge sur le volant (Boeing) ou sur le side-stick (Airbus)  qui déconnecterait le pilote automatique. Si ça arrive, ré-enclenchez-le immédiatement par pression sur le bouton AP placé sur le panneau MCP juste devant vous. Repérez-le ! »

        Ceci étant fait, le plus difficile, contact avec le contrôle et sécurisation du cockpit dans l’attente d’un correspondant qualifié, le reste sera facile,.
        L’intervenant, un pilote qualifié, fera avec elle un briefing-découverte succinct du tableau de bord, notamment sur les radios, l’essentiel étant de ne surtout pas perdre le contact.

        En toute logique l’avion devrait être en modes de navigation LNAV et VNAV, c’est à dire en contrôle automatisé de la gestion Latérale et Verticale du vol.
        Idem des vitesses et des moteurs, tous asservis au plan de vol.
        Revenir au point de départ, JFK ? Trop lourd, mieux vaut poursuivre sur l’Atlantique, en cas de perte de contrôle mieux vaut un crash en mer qu’en zone urbaine.

        Voilà donc notre avion qui poursuit sa route telle qu’insérée au sol dans le FMS jusqu’à CDG, piste comprise, ce qui donne des heures estimées à la minute et du carburant au kg près.
        C’est que ces avions ne se pilotent pas réellement, il s’agit plutôt de gestion du vol à travers des modes de pilotage. C’est par l’utilisation de ces modes que le vol peut arriver à bon port. Il suffit de savoir les choisir et par simple pousse-bouton de les engager.

        Un peu de temps pour décrire à l’hôtesse devenue pilote comment va se passer la suite, notamment sur la gestion de l’altitude, l’avion étant alors verrouillée sur l’altitude affichée au MCP : un jeu d’enfant.
        Dans l’immédiat, si le plan de vol le réclame pour monter, tourner le sélecteur au MCP pour afficher la nouvelle altitude, l’avion va y grimper sans coup férir.

        « A partir de là, allez boire un café et revenez de temps à autre jusqu’au TOP, point de descente vers CDG ou une petite préparation permettra de finir le vol en beauté. »

        J’en reste là pour ce début du vol pour ne pas saturer mais je peux continuer jusqu’à l’atterrissage si on le souhaite, avec pour le fun, envisager le cas de la turbulence, de l’évitement d’un cunimb, du traitement simplifié de quelques pannes, comme la panne d’un moteur. Les avions modernes savent tout faire … enfin, presque.

      • stanloc

        Moi aussi je trouve vos propos, anemometrix, fantaisistes lorsque dans votre simulation d’une prise en main d’un avion dont les 2 pilotes ont perdu connaissance, vous proposez aux gens qui prennent en charge le pilotage de lancer un MAY DAY et ensuite de partir quand même traverser l’Atlantique. C’est un comportement irresponsable : 2 personnes ont besoin de soins urgents et vous mettez durant 7 heures des centaines de passagers dans la plus totale inquiétude sur leur vie.
        Avec de tels conseils à votre actif, j’espère que vous allez changer de métier.

      • anemometrix

        @Stanloc :
        D’une part, dans ce scénario imaginaire il ne s’agit pas de sauver deux pilotes moribonds, mais de sauver 300 enfants, femmes et hommes. Je m’en suis arrêté au tout début de l’aventure, c’est dire s’il ne sera pas inutile de voler quelques heures pour alléger l’avion et entrainer le pilote aux commandes aux épreuves d’approche et d’atterrissage qu’il devra réussir du premier coup, un échec condamnant tout le monde.
        Mais tout devrait bien se passer …
        D’autre part, d’autres que vous avec d’autres compétences se sont chargés de vérifier mon savoir-faire. Pour mon plus grand bonheur !

    • Jean-Mi

      A l’heure ou l’on apprend à « conduire » un avion uniquement selon les procédures et au PA, je ne suis pas surpris qu’un tel « conducteur » n’arrive pas à imaginer qu’un avion soit capable de voler et d’être piloté en dehors de ces procédures et de la route programmée sur le FMS…

      • anemometrix

        @ Jean-Mi : Bien évidemment qu’un B767 peut être piloté en manuel.
        Mais dans mon scénario imaginaire, qui va le faire ?
        Les terroristes avaient appris à piloter, notamment le B767 en manuel au simulateur : descendre, virer droite et gauche, vitesse : le b à ba pour percuter une tour.
        Dans mon scénario, personne n’a jamais piloté. Et pourtant, on peut sauver la situation. Je décris « ma » solution.
        Ceci pour dire que si une personne n’ayant jamais piloté peut traverser l’Atlantique et poser le B767 à destination, un terroriste entrainé peut percuter une tour sans autre barrière que la détermination.

      • Jean-Mi

        On est bien d’accord, donc…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.