Accueil » Apprendre à piloter à la Ferté, comme en 1940

Apprendre à piloter à la Ferté, comme en 1940

A la Ferté-Alais, Aero Vintage Academy propose d'apprendre à piloter des avions de légende. Un Stearman PT-17 et un T-6 sont accessibles non seulement pour des vols à sensations mais également dans le cadre d'une véritable école de pilotage.

6.01.2014

La Ferté-Alais : son célèbre aérodrome et la famille Salis, qui font encore aujourd’hui l’histoire de l’aviation et qui maintiennent tout un patrimoine aéronautique accessible dans un musée mais également, et depuis quelques mois, en vol. Car depuis mai 2013, Baptiste Salis a ouvert un nouveau type d’école, l’Aero Vintage Academy, qui permet d’apprendre à piloter des avions mythiques.

«On a travaillé un an sur la possibilité d’avoir des avions « retro » pour proposer des vols à sensations tout en répondant aux exigences d’aujourd’hui», explique Baptiste Salis qui poursuit : «L’arrêté de février 2012 autorisant les “vols à sensations” sur avions pourvus d’un certificat de navigabilité spécial (CDN-S) a permis de proposer quelque chose qui ne pouvait pas se faire auparavant. En 2013, on a ainsi débuté l’activité du vol à sensations et on a lancé l’école de pilotage sur le Stearman et le T-6.»

Le musée de la Ferté devient ainsi, avec l’école, un véritable musée volant. Aero Vintage Academy, dont le dossier ATO (Approuved Training Organisation) est en cours, accueille actuellement dix élèves, 6 sur Stearman et 4 sur T-6, venant d’horizons très divers et avec des profils variés : pilotes brevetés confirmés ou jeunes détenteurs d’un PPL (Private Pilot Licence), amateurs du temps des hélices qui viennent d’acquérir un avion similaire et qui veulent se former ou simple néophyte.

Parmi eux, Geoffroy Destas, conducteur de travaux de profession, qui passe actuellement son brevet de base sur Stearman, à deux heures du lâcher, et qui n’a jamais piloté d’autre avion que ce biplan de plus de 800 kilos. «J’aime les vieux engins et quand Baptiste a ouvert Aero Vintage Academy, j’ai sauté sur l’occasion. On passe rarement plus d’une heure en vol, ça demande beaucoup de ressources physiques et mentales… Au début, c’est très impressionnant : on a l’impression d’être seul à bord, même si l’instructeur est devant. Le bruit du moteur est lui aussi très impressionnant! Tout vibre à bord, l’avion rugit littéralement!»

Le Stearman comme le T-6 sont des avions qui ont été conçus pour l’école, pour les apprentis pilotes de chasse dans les années 40. «Ce ne sont pas des avions difficiles» explique Baptiste Salis, «ce sont de très bons avions d’école : démonstratifs, très robustes, très facile d’entretien.» Mais ces avions on malgré tout un prix : «Par la force des choses,» poursuit Baptiste, «ils sont devenus plus rares, et donc plus chers, leur consommation est bien plus haute que celle des avions école d’aéro-clubs (Ndlr : 100 litres à l’heure pour le Stearman contre 24 litres pour un Piper PA 38)».

Un rêve qui a donc un prix. Pour passer le brevet de base sur Stearman, c’est à dire la formation théorique plus 15 heures de vol, il faudra compter 12 900 euros et 45 000 euros pour un PPL avec 45 heures de vol.

Fabrice Morlon

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Fabrice Morlon

chez Aerobuzz.fr
Après des études de lettres, Fabrice Morlon s’oriente vers le journalisme. Il a fondé l'agence de communication Airia en 2013. Pilote privé, il a rejoint la rédaction d’Aerobuzz, début 2013. Fabrice Morlon a, principalement, en charge l’aviation légère, l’avionique et les équipements.

10 commentaires

  • BL

    Apprendre à piloter à la Ferté, comme en 1940
    l’initiative est Superbe, c’est je le suppose magnifique de passez son BB sur PT17 ou T-6 mais malheureusement réservez à un porte monnaie bien garni, mais pourquoi pas un jour !!!

    Je suis quand même monté dans la cellule du T-6, merci Mr Salis (père)

    Je passe actuellement mon PPL (A) sur C150, c’est sympa aussi,mais le bruit du moteur n’est pas le même et la consommation aussi.Bl

  • pierre

    cadeau de noêl
    Cadeau surprise pour Noël.
    Un vol en PT 17 .
    Temps de « curé », voltige, gentillesse de Baptiste
    Tout y était pour faire de ce rendez-vous un grand moment ! dommage que j’ habite loin (Bordeaux) je pense que je me serais fait « lacher » sur cet avion
    Merci à ma famille pour ce vol
    Je viens de voler en DR 400, ce ne sont pas les mêmes sensations mais c’est aussi VOLER!

  • Pilotaillon

    Apprendre à piloter à la Ferté, comme en 1940
    100 litre à l’heure pour un Stearman, vous y allez un peu fort, c’est plutôt 55 l/h!

  • patrouille
    Adam Shaw

    Apprendre à piloter à la Ferté, comme en 1940
    Aux anonymes JSS et David: a HDV égales je fait bien plus confiance a un pilote qui a appris sur train classique. (…et c’est normalement bien moins cher). Que se soit en montagne avec les ski courts, ou en avion avec les trains tricycles, la facilité n’est pas forcement une bonne école. Parole d’Instructeur.

    • David

      Apprendre à piloter à la Ferté, comme en 1940
      On est d’accord sur ce point. De là à faire passer ceux qui ne font pas de train classique (ou en tous cas qui ne font pas la plupart de leurs heures de vol dessus) pour des loueurs de voitures à ailes …

      PS: si mon nom t’intéresse tant que ça je te l’enverrai en message privé, je n’ai pas pour habitude de laisser mon identité à la porté de n’importe quelle entité (bot ou humain) passant sur le net.

  • Philippe Chetail
    Philippe Chetail

    Apprendre à piloter à la Ferté, comme en 1940
    Les amateurs peuvent aussi s’essayer au pilotage « vintage » à Roanne sur Stearman PT 17. Quatre instructeurs leur feront découvrir les joies d’une machine d’antan …. initiation, voltige, entrainement train classique (pardon « tail Wheel »), perfectionnement… ou simple plaisir de naviguer et voler tête à l’air sur les gorges de la Loire ou les Monts du Forez : http://www.stearman.fr
    Sensations identiques mais décor différent sur le bassin d’Arcachon, avec le survol de la dune du Pyla, du Cap Ferret ou de l’île aux oiseaux à bord du Stearman de « By Plane »… http://stearman-passion.blogspot.fr/
    Une expérience à ne pas manquer et souvenirs garantis.

  • patrouille
    Adam Shaw

    Apprendre à piloter à la Ferté, comme en 1940
    Bravo Baptiste! Que cette superbe initiative donne des idées a d’autres pour former des pilotes, et non des « je-vais-chez HERTZ DR400 ou AVIS Tecnam2002 » pour louer une voiture avec des ailes. (Ca peut aussi se faire, a mondre prix. en PA18, et JoJo).

    • David

      Apprendre à piloter à la Ferté, comme en 1940
      Belle initiative c’est vrai, mais pourquoi être aussi méprisant vis-à-vis des pilotes qui utilisent des avions de tourismes pour justement, faire du tourisme ? 1000€/hdv il faut avoir les moyens quand même (mais si je pouvais me le payer je n’hésiterais pas une seconde) !

    • JSS

      Apprendre à piloter à la Ferté, comme en 1940
      Ce n’est pas parce que l’initiative mérite d’être signalée qu’il faut dédaigner notre aviation d’aéro-club qui permet au plus grand nombre de voler. On y trouve de très bon avions et de très bon instructeurs.
      Il faut en finir avec le snobisme du train classique:c’est une superbe école, mais je ne vois pas en quoi ça sert quand on veut se balader an avion le w-e (les DR400 sont très bien pour ça)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.