Accueil » Aquitaine Hydravions premier aéro-club agréé ATO

Aquitaine Hydravions premier aéro-club agréé ATO

Le club 100% hydraviation de Biscarrosse vient d’obtenir son Approved Training Organisation. Aquitaine Hydravions est ainsi le premier aéro-club français a décroché cet agrément ATO qui va devenir indispensable à terme.

17.05.2013

Il fallait qu’un aéro-club se jette à l’eau et c’est Aquitaine Hydravions qui l’a fait ! Il est l’un des plus récents aéro-clubs à avoir rejoint le giron de la Fédération française aéronautique. C’était début 2011. Depuis, cette association pionnière n’a cessé de monter en puissance pour atteindre aujourd’hui 600 à 700 heures de vol avec deux hydravions amphibie. Elle projette de franchir le cap des 200 qualifications hydravion, en 2013, après donc, seulement, deux années et demi d’exploitation.

Et c’est précisément parce que la formation est cœur de son activité qu’Aquitaine Hydravions a décidé de prendre les devants et de ne pas attendre la date fatidique d’avril 2015 pour obtenir son agrément de formation (ATO ou Approved Training Organisation). « Notre exploitation très spécifique, formation à la qualification hydravion SEP(sea), dans le cadre d’un aéro-club affilié FFA, nous a poussé à constituer un dossier ATO au plus tôt, car plus de 40% de son activité est extra-nationale (Suisses, Belges, Néerlandais, Allemands etc…). A ce titre, nous nous sommes trouvés dans l’obligation depuis le 8 avril dernier, d’utiliser les formulaires TRF que peuvent seuls émettre des structures ATO et qui sont les seuls acceptés par les entités homologues de la DGAC », précise-t-on du côté de Biscarrosse.

Aquitaine Hydravions s’est appuyé sur le dossier ATO en cours de finalisation par la FFA pour faciliter les démarches administratives. Le club reconnaît également avoir trouvé, auprès de la Direction de l’aviation civile Sud-Ouest de l’aide. La quête de l’agrément est d’ores et déjà un défi que va devoir relever dans les mois à venir le monde associatif. Ce sera aussi un challenge pour les DAC régionales. Le retour d’expérience sera utile.

Gil Roy

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

11 commentaires

  • nathalie

    Aquitaine Hydravions premier aéro-club agréé ATO
    bjr je suis en train de passer mon brevet de base (je débute)
    que faut il pour pouvoir obtenir la qualif hydravion ?
    nbre heures de vol ?
    tarif ?
    période de stage ?
    merci

  • ANNE

    Aquitaine Hydravions premier aéro-club agréé ATO
    Bonjour Derry

    Bravo et bons vols!!!
    Les Quimpérois

  • JloFrance Hydravion

    Aquitaine Hydravions premier aéro-club agréé ATO
    Bonjour Jean-Luc et Derry.

    France Hydravion vous rend hommage pour ce remarquable travail administratif et pédagogique à 100% benevole.
    Si France Hydravion ouvre des hydrosurfaces, produit des études de trajectoire et des études d’incidences approfondie Natura 2000 tel que l’exige l’administration, c’est parce que nous avons des gens comme vous autour de nous.
    Etre la première ATO française n’est pas rien. Vous avez produit un travail colossal et je tenais à le saluer.

    Enfin, et ne l’oublions pas, un hydravion est celui des moyens de transport rapide produit par l’homme qui possède la plus faible signature, et le moins d’impact sur l’environnement, en témoigne:
    • Pas de route comme pour une voiture.
    • Pas de piste en « dur » comme pour avion terrestre.
    • Pas d’hélice dans l’eau, ni rejets hydrocarbures dans l’eau ou encore usure de l’anti-fouling comme pour un bateau.
    • Dilution des nuisances sonores pour les riverains par utilisation de plusieurs hydrosurfaces comme autant de pistes différentes sur la même heure de formation, là ou les exercices classiques (PTU, PTE, remise de gaz) « concentrent » les phases les plus bruyantes de la formation sur le même aérodrome pendant 4,5, 6 tours de piste.

    Nous autres pilotes d’hydravions militons activement pour un retour de l’hydraviation dans nos « gènes » aéronautiques, et avons quelques arguments à faire valoir dans un pays qui se cherche en terme croissance alors que nous avons plus de 8000km de « pistes en eau » à faire valoir entre les côtés françaises, les lacs, les fleuves ou encore les barrages EDF.

    Merci Aquitaine Hydravion,
    JLaurent Carrazé
    http://www.francehydravion.org

  • RATEL

    Aquitaine Hydravions premier aéro-club agréé ATO

    bravo à vous tous, vu l’époque mouvementée que l’on traverse actuellement, il faut
    de l’audace, du courage, pour mener son affaire dans le meilleur des cas!!!!!!!

    et rejoindre l’esprit de latécoére dans les moments difficiles!!!!!!!

  • jl langeard

    Aquitaine Hydravions premier aéro-club agréé ATO
    Bonjour,

    Aquitaine Hydravions Aéroclub, n’a aucune vocation à faire des bénéfices, comme l’insinue Mr tropzorible,
    Tous ses membres sont totalement déinséressés et bénévoles, y compris ses instructeurs venant de la région parisienne ou d’autres régions de France, qui se déplacent, se nourrissent, se logent à leurs frais, il en est de même pour ses mécaniciens ou autres membres de son encardrement.

    Notre interlocuteur a souhaité et misé sur la disparition des aéroclubs.

    Nous au contraire, nous avons voulu nous intégrer dans cette spécifité et générosité typiquement française représentés par les aéroclubs de la FFA, pour en faire bénéficier le plus grand nombre.
    Il ne faut pas oublier que grace à cette spécifité, la France représente plus de 40 % des pilotes d’aviation générale en Europe.

    Il est vrai que nous sommes limités par la loi, pour faire des « baptêmes de l’air », nous les faisons à titre accessoire, dans les limites de notre règlementation, pour ne pas concurrencer ses sociétés commerciales, mais notre vocation première est de faire voler les pilotes de la FFA et leur délivrer des qualifications « hydravions ».

    Le « commerce » est étranger à notre culture associative, et les sociétés commerdciales ont vocation à trouver leur place dans notre activité, comme le démontre fort bien (avec des ULM) la société commerciale du Vol des Aigles avec qui nous partageons le même site, et avec qui nous avons les meilleurs relations.

    Le plus important est de faire évoluer la règlementation, au bénéfice de tous, pour que l’ouverture d’hydrosurfaces, puisse être faite avec moins de contraintes administratives, l’idéal étant la règlementation italienne qui peut être résumée ainsi:
    Là ou les bateaux à moteur peuvent évoluer, les hydravions aussi….sans dossier « natura 2000 » ou sans autorisation préfectorale…

    Enfin je dois dire qu’en tous points, Mr Patrick GANDIL, la DGAC en général et à tous les niveaux, et la DACS/SO ont été et sont à notre écoute, et constructifs, qu’il en soient tous remerciés…Ce qui n’est malheursement pas le cas de tous les Ministères devant intervenir pour les ouvertures de ces hydrosurfaces.

    JL Langeard Président de Aquitaine Hydravions

    • phil

      Aquitaine Hydravions premier aéro-club agréé ATO
      Bonjour Monsieur Langeard,
      Félicitations pour cet agrément.
      Je suis moi même en train de rédiger ces manuels.
      Avez vous suivi le guide de rédaction de la FFA très précisemment ?
      Merci et bonne journée
      Phil

  • trozorible

    Aquitaine Hydravions premier aéro-club agréé ATO
    vous avez choisi votre camp, c’est à dire l’associatif, et la gestion « désintéressée », en société cela n’aurait posé aucun problème.

    • GREGOIRE Derry

      Aquitaine Hydravions premier aéro-club agréé ATO
      Bien qu’aéro-club, nous n’avons eu aucune difficulté pour passer en structure ATO, ceci grâce au travail remarquable de la FFA qui a produit une trame sur laquelle AQUITAINE HYDRAVIONS s’est appuyé pour bâtir son dossier. Nos interlocuteurs de la DACSO ont été particulièrement efficaces…
      En société nous n’aurions même pas eu à nous poser la question car…nous n’existerions plus!
      Nous avons toujours défendu la relance de l’hydraviation en France en passant par la case « Aéro-club Fédéral », ce qui nous a permis de maintenir des coûts acceptables. Maintenant que le pari semble s’acheminer vers la réussite (« semble », car rien n’est jamais acquis en la matière), le nombre grandissant de pilotes venant à l’hydraviation et le travail fait notamment par France Hydravions pour ouvrir d’autres plans d’eau à cette pratique permettrons peut-être un jour à des sociétés de se lancer dans ce type d’exploitation, le travail en amont ayant déjà été fait…C’est ce que nous souhaitons…

      • trozorible

        Aquitaine Hydravions premier aéro-club agréé ATO
        Grégoire, il ne s’agissait pas du passage en ATO à propos duquel j’évoquais l’impact de la forme juridique, mais des journées portes ouvertes et des baptêmes.
        Si la structure associative a ses avantages par rapport à la société quant au fonctionnement journalier, elle a les contraintes que le législateur a prévu afin de protéger les entreprises, qui sont elles sur une démarche commerciale. Il est donc légitime que l’autorité s’assure que les activité de l’association ne soient pas en fait du commerce camouflé avec pour objectif de n’avoir que les bénéfices sans les obligations. D’où le texte qui stipule que seuls les avions habituellement utilisé doivent être ceux de l’association et qui doivent être régulièrement basés sur le « terrain ».
        Sur ce, longue vie à cette association qui tant qu’elle reste à vocation désintéressée a sa place dans le paysage aéronautique, et plus nous sommes nombreux, plus il sera facile de peser sur cette administration qui donne souvent l’impression de jeter du sable dans les rouages plutôt que de la graisse.

  • Yopman

    Aquitaine Hydravions premier aéro-club agréé ATO
    Bravo à l’équipe !!!
    Il fallait y croire, il fallait oser.
    Merci de nous faire découvrir et partager cette autre face de l’aviation.

    Et, j’ajouterai que votre accueil est TOP !
    Souriant, serviable, sans trop en faire

    Je vous souhaite longue route.

  • rouletabille

    Aquitaine Hydravions premier aéro-club agréé ATO
    Félicitations
    mais il serait indispensable que la DGAC ne mette pas les pieds sur les freins lorsque l’on demande une ouverture temporaire de quelques jours pour faire des vols de propagande ou découverte, c’est selon !
    on ne peut qu’être très  » surpris  » que l’on puisse faire sans problème des journées ‘ portes ouvertes  » sur un aérodrome, mais très difficile, pour ne pas dire impossible sur un lac poù où il est possible d’obtenir une autorisation de quelques jours.
    la réponse amusante, mais de très mauvaise foi = ce ne peut qu’être accordé qu’à condition que les aéronefs soient  » habituellement  » basés sur ce lac…avec une autorisation de quelques jours, c’est impossible !
    autrement, c’est une manifestation aérienne…avec tout le cortège des contraintes…il faudrait être réaliste… et avoir les pieds sur terre…ou sur l’ eau !
    qu’en pense Monsieur GANDIL qui est ( en principe ) un fervent de l’ hydravion…espérons qu’il pourra se saisir de ces dossiers…tres rapidement…avec un peu de bon sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.