Accueil » Austro Engine s’affranchit de Mercedes

Austro Engine s’affranchit de Mercedes

En produisant ses propres blocs diesels, le motoriste autrichien Austro Engine (filiale du groupe chinois Wanfeng Aviation) assure l'avenir.

20.04.2019

Austro Engine a commencé à sortir des blocs de pré-série. © Diamond Aircraft

C’est en réaction aux manquements de Thielert, et donc pour remplacer le motoriste allemand, qu’Austro Engine a été créé en 2006 par le constructeur aéronautique Diamond Aircraft. Toutefois, le choix de moteurs Mercedes comme base des groupes diesels indispensables à l’avionneur autrichien n’a absolument pas été remis en question. Austro Engine a ainsi sorti ses motorisations AE300 et AE330 en continuant d’utiliser l’OM640, un 4-cylindres motorisant des automobiles Mercedes Classe A et B.

Le temps de renouvellement technique de l’automobile étant beaucoup plus rapide que celui de l’aérien, le nouveau motoriste comme les utilisateurs n’ont pas tardé à s’inquiéter de la disponibilité de l’OM640 dans le temps.

Très tôt, Austro Engine a logiquement prévu d’établir sous licence de Mercedes la production alternative d’un clone du bloc-moteur, mais les étapes ont été longues avant d’y parvenir. Car si l’élément crucial s’est résumé aux carters, de fait absolument indisponibles sur le marché des composants mécaniques par une autre source que Mercedes, le motoriste a dû établir chacune des étapes de la re-création du groupe, tout en évaluant chacun des fournisseurs extérieurs pour préserver les certifications des AE300 and AE330.

D’une cylindrée de 1991 cm3, l’AE330 développe 180 ch max et 171 ch continus. © Austro Engine

 

Austro Engine est arrivé au terme de cette évolution avec la sortie le 28 février 2019 des premiers exemplaires « Austro made » des AE300 et AE330, qui ne se distingueront des modèles initiaux que par quelques modifications mineures. Le motoriste prévoit d’avoir réglé les cursus de qualification et de certification en juin 2019, pour établir la production en série au cours de l’été. Plus de 100 groupes sous licence devraient sortir des ateliers d’Austro Engine avant fin 2019.

Diamond Aircraft racheté par le chinois Wanfeng Aviation Industry

En dépit d’un volume de production infiniment plus faible que celui de l’OM640 par Mercedes, le coût de la nouvelle solution resterait compétitif.

Le moteur diesel AE330 d’Austro Engine motorise en autres le bimoteur Diamond DA-62. © Messe Friedrichshafen

Après plus de 2.000 moteurs mis en utilisation, Austro Engine dispose d’une expérience dépassant les 2 millions d’heures de vol. A noter que contrairement aux diesel Continental issus des Thielert Centurion, ces groupes sont révisés et non remplacés au terme de leur TBO de 1.800 heures, réducteurs compris.

Gabriel Gavard

A propos de Gabriel Gavard

chez Aerobuzz.fr
Pilote avion et ULM depuis 1984, c’est par la construction amateur et les revues techniques (Fox-Echos, qu’il a créée, puis Experimental dont il sera rédacteur en chef) que Gabriel Gavard a abordé la presse aéronautique en 1994. Rédacteur en chef d’Aviasport de 2005 à 2011 et toujours présent dans ses colonnes, collaborateur à Aerobuzz.fr depuis 2012, il est également depuis avril 2017 rédacteur en chef d’ULM-Info.

3 commentaires

  • Godefroy

    Qu’est-ce que l’ENAC a à voir là-dedans ?
    Déjà, ils utilisent les moteurs Continental Diesel, et en plus n’ont aucune action sur les exigences réglementaires.
    Vous ne confondriez pas avec l’OSAC ?

    • Godefroy

      Par ailleurs, la vie limite des injecteurs à 900 heures vient d’Austro Engine lui-même.
      L’administration française fait souvent des bêtises mais, sur ce coup-là, elle n’y est pour rien 😉

  • icare63

    Vous oubliez peut-être le problème des injecteurs a remplacer dorénavant a 900h ?
    OU est ce un problème franco français généré par l’ENAC et consorts de l’administration française ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.