Accueil » Avec le rachat de Siemens eAircraft, Rolls-Royce mise sur l’aviation électrique

Avec le rachat de Siemens eAircraft, Rolls-Royce mise sur l’aviation électrique
premium

En intégrant la branche aviation électrique de Siemens fin 2019, Rolls-Royce se positionne comme un des acteurs majeurs dans la recherche sur l’aviation électrique. Au salon Aero 2020, le motoriste britannique avait prévu de présenter trois projets pour trois segments du marché aéronautique.

6.04.2020

En partenariat avec l'APUS et BTU Cottbus-Senftenberg, Rolls-Royce Deutschland développe le démonstrateur de vol hybride Apus i-5 © APUS

Rolls-Royce avait réservé un stand de 200 mètres carrés à Aero 2020 (1er-4 avril 2020, Friedrichshafen). Le Covid-19 a modifié ses projets comme il l’a fait pour les centaines d’autres exposants. Le plus grand rendez-vous de l’aviation générale en Europe était jugé par le motoriste britannique comme l’occasion idéale pour présenter les projets qu’il mène de front en matière d’aviation électrique et hybride. https://www.aerobuzz.fr/aviation-generale/siemens-approche-pragmatique-de-laviation-electrique/ « Suite à l'acquisition de Siemens eAircraft en octobre 2019, Rolls-Royce réunit désormais toutes les compétences nécessaires au développement...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Volker K. Thomalla

chez Aerobuzz.fr
Journaliste aéronautique et pilote privé, Volker K. Thomalla est spécialisé dans les questions de l’aviation d’affaires et du trafic aérien. Il a écrit une douzaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a été rédacteur en chef des magazines aéronautiques allemands Flug Revue et Aerokurier entre 1995 et 2016.

3 commentaires

  • JYP Air

    Et combien de subventions Clean Sky, H2020 ou Etatiques voire régionales pour tous ces projets ?

  • Pif, Paf...

    Petite question concernant ces fusions, projets et articles de presse tout azimuts concernant les initiatives de tous « ces grands inventeurs » en electrons : quid de la capacité des batteries ? Du nouveau ? Du mieux, des évolutions ?
    Parce que c’est là ou est le nerf des projets, me semble t’il ?
    Je me souviens quand j’étais jeune, de l’évolution des modeles réduits radio-commandés depuis les moteurs thermiques vers la propulsion électrique. On utilisait des batterie Cadmium-Nickel aux capacités modestes. Pour info dans les années 80 le « ready to fly » n’existait pas encore et il fallait encore de l’agilité intellectuelle et du savoir faire manuel pour construire un engin volant. Désormais on achete sur internet un modele en polystyrene que l’on assemble avec 1 vis et du scotch.
    Quarante an plus tard on utilise aussi des batteries au lithium. Et maintenant, quel est le futur, PROCHE, TRES PROCHE SVP, pas dans 40 ans ??

  • Jean-Claude Ripoll

    SVP, ne dites pas « électrique » à tort et à travers, non hybride puisque une seule source d’énergie et non électrique puisque cette source est le fuel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.