Accueil » CAE lance l’électrification des Piper PA-28 en service

CAE lance l’électrification des Piper PA-28 en service

Pour amorcer le marché, CAE envisage de transformer une cinquantaine de PA-28 en avions électriques. © CAE

Le canadien CAE s’est associé à Piper Aircraft pour développer un certificat de type supplémentaire (STC) pour transformer les avions Piper Archer (PA-28-181) en service en avions électriques. Safran fournira le moteur électrique et H55 les batteries. Un quatuor gagnant pour accélérer la transition énergétique de l'aviation générale.

Dans un premier temps, CAE prévoit de convertir les deux tiers de sa flotte d’avions école Piper Archer et d’élaborer un programme de formation des nouveaux pilotes à l’exploitation des avions électriques. CAE exploite actuellement plus de 200 PA-28. Le chantier porte donc sur 130 avions environ. Le kit de transformation et le STC seront ensuite mis à la disposition des tiers. Actuellement, la flotte mondiale de PA-28 Archer compte pas moins de 28.000 avions. Ce volume représente un chiffre d’affaires potentiel important.

«Le développement de cette technologie est une première pour CAE. En tant que puissance en ingénierie et l’un des plus importants exploitants d’avions Piper Archer, CAE est particulièrement bien placée pour faire du vol électrique une réalité dans nos écoles de pilotage et au-delà. », a déclaré Marc Parent, président et chef de la direction de CAE. Le programme est soutenu par les gouvernements du Canada et du Québec. 

De gauche à droite : Ron Gunnarson, vice-président, Ventes, marketing et soutien à la clientèle chez Piper Aircraft, Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec, Marc Parent, président et chef de la direction de CAE, l’honorable François-Philippe Champagne, ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie du Canada, Hélène V. Gagnon, cheffe de la direction du développement durable et vice-présidente principale, Engagement des parties prenantes à CAE, et Gregory Blatt, cofondateur de H55, chef des ventes, du marketing et du développement commercial. © CAE

Le développement du kit de conversion électrique fait partie du Projet Résilience dans le cadre duquel CAE investit 1 milliard $ canadiens en innovation sur cinq ans en partenariat avec le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec pour développer les technologies numériques de l’avenir dans les secteurs de l’aviation et d’autres secteurs connexes. CAE s’appuiera sur le savoir-faire du pole de compétitivité aérospatial du Canada et collaborera et développera des solutions technologiques conjointement avec les avionneurs, les petites et moyennes entreprises, les établissements d’enseignement post secondaire, et les centres de recherche à travers tout le Canada.

Le système de batteries sera fourni par la société suisse H55. Outre le développement de technologies de propulsion propres, de blocs de batteries et de solutions de gestion de l’énergie pour les nouveaux avions, H55 est également active dans la transformation des modèles existants. 

CAE s’est également engagée avec Safran Electrical & Power pour intégrer le nouveau moteur électrique Engineus 100 dans le STC. Ce moteur fournit une puissance maximale de 150 kW au décollage et comporte un contrôleur de moteur entièrement intégré à la machine. La gestion thermique est assurée par un système de refroidissement par air. 

La cellule du PA-28 est éprouvée. A travers de nombreuses applications expérimentales, la fiabilité du moteur électrique Engineus se renforce chaque jour un peu plus. Quant aux batteries de H55, elles ont accumulées des heures de vol et devraient être certifiées d’ici fin 2023. Avec trois atouts de cette nature dans son jeu, le géant canadien CAE a toutes les chances de réussir. Non seulement le retour sur investissement pourra être rapide compte tenu de l’importance de la flotte concernée. Mais sur le modèle du STC du PA-28 Electrique, d’autres STC pourront être développés. L’électrification de l’aviation générale pourrait être plus rapide qu’escomptée. 

Transformer le parc existant peut, en effet, s’avérer plus économique que de le remplacer.

Gil Roy

Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable est reconnue. Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(9) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(9) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.