Accueil » Feux en Amazonie : la Bolivie appelle le Supertanker à l’aide

Feux en Amazonie : la Bolivie appelle le Supertanker à l’aide

Le poumon vert de la planète est en flammes. L'Amazonie se meurt dévorée par la déforestation et depuis des jours par de très nombreux feux d'une ampleur rare. Pour les combattre, le gouvernement bolivien fait un pas en avant, aussi spectaculaire que médiatique, en faisait appel à un Boeing 747-400 pouvant embarquer 75 000 litres de retardant, le Supertanker.

24.08.2019

Le Boeing 747-400 "Tanker 944" sur sa base de Sacramento. © F. Marsaly/Aerobuzz.fr

L’avion, qui relève de la société Global Supertanker Services (GSS), est en service depuis novembre 2016. Il a participé depuis aux opérations contre des feux en Israël, au Chili et deux saisons particulièrement denses en Californie. C’est d’ailleurs là qu’il est basé cet été, à Sacramento McClellan en contrat avec les pompiers californiens.

Pour le moment, la situation dans l’état de l’ouest américain étant sous contrôle, le Cal Fire a donc autorisé l’avion à répondre à cette demande des autorités bolivienne.  Le « Tanker 944 » a donc décollé de Californie le 22 août au matin pour se poser un peu plus de 10 heures plus tard sur l’aérodrome de Viru Viru, à Santa Cruz. Il a décollé pour sa première mission dès le lendemain de son arrivée, en début d’après-midi.

Les autorités boliviennes sont en discussion pour partager le coût de ce renfort de poids avec le Brésil, également durement touché par les feux et dont l’apparente inaction commence à faire des vagues internationales.

Le Supertanker, le plus gros des avions de lutte anti-incendie, possède la capacité de poser d’importantes barrières de retardant permettant ainsi de limiter l’expansion des feux et de protéger les équipes au sol. Chargé en eau ou en retardant court-terme, en fonction des produits disponibles, il apportera un appui aérien massif aux opérations même dans les secteurs les plus accidentés, les équipages du Supertanker ayant déjà fait leurs preuves dans la Cordillère des Andes en 2017 et dans la Sierra Nevada.

Néanmoins, la location de cet avion répond à une urgence qui est aussi médiatique et à ce titre, les Boliviens, dont le territoire ne couvre qu’une petite partie du bassin amazonien, ont fait preuve d’une plus grande célérité que leurs voisins brésiliens.

Frédéric Marsaly

 

A propos de Frédéric Marsaly

chez Aerobuzz.fr
Frédéric Marsaly, passionné par l'aviation et son histoire, a collaboré à de nombreux média, presse écrite, en ligne et même télévision. Il a également publié une douzaine d'ouvrages portant autant sur l'aviation militaire que civile. Frédéric Marsaly est aussi le cofondateur et le rédacteur en chef-adjoint du site L'Aérobibliothèque.

13 commentaires

  • Bon Vol 87

    Je me demande que répondre? Il y a 50 ans, au CM1, mon instituteur employait déjà cette expression. « La foutaise de propagande », lire cela, c’est affligeant…

  • Martial DAUPHIN

    C’est la fin des vacances, les gens sont énervés, ils lâchent leurs haines sur la fréquences 123.5 d’aérobuzz.
    Le sujet de l’article c’est un Boeing 747-400 pouvant embarquer 75 000 litres de retardant, le Supertanker.
    Toujours plus efficace que les petits avions présentés au journal télévisé !
    Afin de revenir à l’aéronautique, pouvons nous envisager une reconversion des 747 voir A380 en supertanker Européen, car parait t’il, la maison brûle de plus en plus ?
    Les idées de Albert06 et Frédéric.M. sont très bonne à mon très humble avis.
    Rien faire c’est de toute façon irresponsable.

  • PHILIPPE

    Il s’agit donc d’un poumon vert.
    Je rebondit sur la remarque: info objective ou propagande
    Il y avait 30% plus de feux il y a 2 ans que cette année, pourtant les médias et Macron se sont emparés du sujet pour mettre la pression sur Bolsonaro.
    Ces feux, Est-ce une catastrophe ?
    Ce n’est une catastrophe que si la forêt ne peut pas se régénérer. Aux Etats unis dans certains grands parcs, on laisse les feux brûler, cela permet de régénérer la forêt.
    Donc à quoi sert ce supertanker ? à protéger des habitations ? quel rapport avec la protection de la nature si les zones aspergées vont être ouvertes à la culture? Il nous manque des éléments dans l’article pour comprendre la finalité de l’utilisation de ce Boeing.

    A mon avis, le commentaire du journaliste est donc pertinent : il s’agit plus d’un coup médiatique, que d’un réel intérêt pour la planète.

    • Frédéric Marsaly
      Frédéric Marsaly

      L’intervention du Supertanker peut permettre de stopper des propagations vers des villages ou des secteurs « stratégiques ». Il peut aussi protéger les équipes au sol. Il ne pourra pas éteindre tous les feux, seule la pluie le pourra.

      Oui, certaines forêts ont besoin du feu pour se régénérer mais il ne faut pas que le feu repasse à des fréquences trop élevées et ça ne concerne que certains types de massifs et de végétation.

      Ces feux sont une catastrophe parce qu’ils s’ajoutent à une importante déforestation et qu’ils s’ajoutent aux désastres qui touchent les massifs californiens, australiens, indonésiens, canadiens… Donc le Supertanker, ici, répond aux deux besoins : besoin d’un moyen d’intervention économiquement raisonnable et pouvant permettre de limiter les dégâts dans certains secteurs et besoin aussi de montrer qu’on ne reste pas inactif pour les gouvernements concernés.

  • Albert06

    juste une question,quel est le prix d’un vieux B.747 équipé « feu » par rapport a un Canadair 450 ? ? ?

    Nous disposons d’un nombre important de B.747 en limite de vol pour le transport passagers, qui pourraient etre dispo pour larguer des produits anti-feu…ne sommes nous pas dans le pays des dérogations ….

    • Frédéric Marsaly
      Frédéric Marsaly

      Canadair 450 connaît pas. Mais un Boeing 747 d’occasion ça coute 2 à 3 fois moins qu’un Canadair neuf sorti d’usine. Mais ce n’est pas le même usage, pas la même doctrine d’emploi (eau/retardant, pas le même armement en fait).

      Des 747, des DC-10 ou autres pouvant être convertis en Tankers, il y en a des dizaines. Par contre, des contrats et des opportunités pour les exploiter en cohérence avec leurs capacités, c’est plus rare. Est-ce que la situation actuelle pourrait permettre l’émergence d’un marché international pérenne pour des appareils ? on peut le penser effectivement.

  • Pierre Félix

    Votre commentaire me laisse pantois… Il pue.

  • Franck Boizard

    Vous êtes quand même au courant que l’expression « le poumon vert de la planète », c’est de la foutaise de propagande ?

    La majorité de CO2 est absorbée par les océans.

    Ah, si les journalistes ne se laissaient pas aller à des hyperboles crétines et à des poncifs idiots, on respirait mieux.

    « Après un siècle des journalisme, les mots pueront ».

    Nietszche

    • Keinelust

      Et donc vous proposer quoi? Ne rien faire?

    • Garfield

      L’océan étant bleu, le « poumon vert » est bien la forêt amazonienne.
      Et pour l’odeur, pincez-vous le nez…

    • Tonton Volant

      Il paraîtrait que, d’après les personnes qualifiées s’occupant de l’environnement et du dérèglement climatique :
      – l’océan absorbe 30%
      – les plantes dont les forêts absorbent 32%
      Quelle propagande ?
      Il ne suffit pas de citer Nietzsche pour avoir raison …
      Les journalistes ne sont pas tous vertueux, loin de là, mais quant à les attaquer systématiquement sans aucune raison !

    • hertz f

      Braiment , n’avez vous pas d’autres termes, c’est désagréable comme manière de s’exprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.