Accueil » « Il nous faut plus de Canadair ! »

« Il nous faut plus de Canadair ! »

Après l'Indonésie, six pays de l’Union européenne dont la France, ont commandé 22 bombardiers d’eau DHC-515. Au salon de Farnborough (19 juillet 2022), De Havilland Aircraft Canada a ainsi pu annoncer le lancement de la production. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

"Il nous faut plus de Canadair !" C'est la conclusion à laquelle est arrivée le président de la République française, en visite en Gironde, le 20 juillet 2022. Aussi emblématiques soient-ils, les Canadair ne sont toutefois qu'une partie de la solution. D'autres moyens aériens doivent être envisagés ainsi qu'une optimisation de la gestion de leur maintien en condition opérationnelle. Une autre approche des ressources humaines est aussi nécessaire.

Les chiffres sont stupéfiants mais les deux feux qui ont éclaté à la Teste de Buch et à Landiras ont dépassé le total de 20.000 hectares (13.500 ha rien que pour Landiras). Les feux de Vidauban (août 2003, 20.000 ha parcourus et environ 15.000 ha détruits) qui étaient jusque-là les feux les plus dévastateurs de ces 40 dernières années ont été dépassés. On compte aussi plus de 30.000 personnes déplacées mais aucun blessé. Six maisons, seulement, ont été brûlées, plus de 2.000 ont été protégées parfois pied à pied par les pompiers.

Outre les moyens aériens, les pompiers ont eu recours à la création de coupe-feux et à des feux tactiques (contre-feux) pour stopper l’avancée des sinistres. Le 20 juillet 2022, un ralentissement notable de la progression des deux incendies a été enregistré, une nouvelle encourageante. Les moyens aériens ont été au cœur de la polémique. Trop peu nombreux pour les uns, mal entretenus pour les autres, les contre-vérités se sont accumulées…

Les moyens aériens au cœur de la polémique

La Sécurité Civile exploite, aujourd’hui, 12 CL-415 et 6 Dash 8. Christophe Govillot, commandant de bord CL-415, chef de noria et représentant du Syndicat National du Personnel Navigant de l’Aviation Civile (SNPNAC) d’expliquer que tous n’ont pas été toujours disponibles en raison de dysfonctionnements de la maintenance, une situation inacceptable en situation de crise : « Mais depuis quelques jours la situation s’est grandement améliorée et un effort notable de Sabena Technics a permis d’avoir encore plus d’avions disponibles. Mais il faut que ces efforts soient maintenus« .

Les Q400MR et CL-415 ont assuré plus de 1.500 largages sur les feux de Gironde. © Sécurité Civile

Trop peu nombreux, les avions ? La situation n’est peut-être pas aussi tranchée que ça mais : « Nous constatons que les Dash ont été utilisés en « lutte » (comprendre, pour combattre des feux établis) or nous avons besoin de dédier une partie de notre flotte au GAAr (Guet aérien armé). Pourquoi ne pas opter, afin de nous renforcer, pour des avions plus légers, 3/4 tonnes de retardant, dans l’idée d’assurer, quoi qu’il arrive, au moins deux circuits de GAAr ? » La proposition de Dyncorp de Tracker modifiés sur le modèle californien mériterait-elle d’être reconsidérée ? Car la stratégie française de lutte contre les incendies reste de toujours donner la priorité aux feux naissants et cette stratégie nécessite des moyens adaptés.

En attendant, les missions s’enchaînent. Les Dash ont été engagés pour la lutte contre les feux naissants de Nîmes à La Hague en passant par Angers et le Mans. Le Pélicandrome de Vannes a aussi été activé pour permettre l’intervention d’un Q400MR sur l’important feux qui s’est déclenché dans les Mont d’Arrée, près de Brest (environ 2.000 ha). Le 18 juillet 2022, vers 16h, pour la première fois sans doute de leur histoire, les six Dash aujourd’hui en service (deux restent à livrer) étaient en action en même temps.

Et pendant ce temps, les Canadair tournaient sur la Teste, Landiras et faisaient face aussi à des départs dans le sud du pays, notamment sur les reprises du feu de la Montagnette près de Tarascon, aujourd’hui éteint. « Surtout, il ne faut pas hésiter à faire appel aux renforts Européens ! » ajoute le représentant du SNPNAC.

Déclarations présidentielles

Le Président Macron a donc fait le déplacement en Gironde, mais aucune déclaration forte n’a été faite, si ce n’est la confirmation que le septième Dash serait opérationnel pour la fin du mois et l’annonce de la réquisition de deux hélicoptères bombardiers d’eau supplémentaires. « Les pilotes de la Sécurité Civile se sont déclarés prêts à assurer la formation de ces pilotes. Ces réquisitions peuvent aussi s’accompagner de contrats de location pour renforcer la flotte nationale. », précise Christophe Govillot.

A propos de la nécessité probable de disposer de moyens aériens supplémentaires, le Président a confirmé que la France devrait bénéficier de deux appareils financés intégralement par l’Union Européenne. Il pourrait donc s’agir de DHC-515 dont le prix avoisinera sans doute les 55 millions d’Euros et ne seront pas livrés avant 2026 dans le meilleur des cas.

Mais, de façon sibylline, il a ajouté à propos de ces moyens aériens, qu’il fallait que la France retrouve « sa souveraineté industrielle également dans ce domaine », afin d’augmenter nos capacités…
Pour Christophe Govillot : « Il faut prendre des décisions pour le long terme : il faut se doter d’un secrétaire d’état ou un ministère de la protection civile pour ancrer le problème et décharger le ministère de l’intérieur de ce sujet. Nous devons aussi nous renforcer et pour ça, il faut commander des DHC-515. »

« Les DHC-515 financés par l’Union Européenne pourraient être signés, effectivement, très vite, mais il faut que la France se positionne rapidement pour obtenir des avions supplémentaires au plus vite afin d’offrir une succession aux appareils actuellement en service. »

Christophe Govillot, SNPNAC

Tout ceci devra s’accompagner d’un renforcement des ressources humaines :  » La signature du protocole d’accord, le 1er juillet 2022, et son application au 1er janvier 2023 devrait améliorer singulièrement l’attractivité du métier, sa reconnaissance et favoriser l’accélération de la formation des équipages. »

Par son intensité et par son contexte tendu, à l’instar du feu de 1949 ou d’autres drames plus récents comme la saison 2003 (laquelle avait entraîné la décision de doter à nouveau la Sécurité Civile de bombardiers lourds, dont elle était privée depuis 2000 et le crash du C-130 « Pélican 82 », et la livraison des deux premiers Dash deux ans plus tard), la saison des feux 2022 pourrait infléchir également l’histoire de la lutte contre les feux de forêt en France et peut-être même en Europe.

Frédéric Marsaly

La gestion des moyens aériens dans la lutte contre les incendies de forêt sera le sujet d’ouverture du talk-show JumpSeat, vendredi 22 juillet 2022, à 12.00. Christophe Govillot, commandant de bord CL-415, chef de noria et représentant du Syndicat National du Personnel Navigant de l’Aviation Civile (SNPNAC), participera au débat diffusé en direct sur le réseau Twtich. Notez-le rendez-vous !

Frédéric Marsaly

Frédéric Marsaly, passionné par l'aviation et son histoire, a collaboré à de nombreux média, presse écrite, en ligne et même télévision. Il a également publié une douzaine d'ouvrages portant autant sur l'aviation militaire que civile. Frédéric Marsaly est aussi le cofondateur et le rédacteur en chef-adjoint du site L'Aérobibliothèque.

Un commentaire

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par phdupuis@wanadoo.fr

    C’est vrai que electoralement, un Canadair est beaucoup plus rentable que de forcer les enquêtes sur les origines des feux qui sont très, très, très majoritairement voir exclusivement d’origine humaine et ce, intentionnelles ou non.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.