Accueil » Le cofondateur de Google fait voler son eVTOL Cora

Le cofondateur de Google fait voler son eVTOL Cora

Zephyr Airworks, filiale de Kitty Hawk fondée par Larry Page, teste actuellement en vol le Cora, un eVTOL qui sera déployé en Nouvelle-Zélande, en accord avec son gouvernement, dans un réseau de taxis urbains d'ici à 2021 © Zephyr Airworks

Kitty Hawk, la société de Larry Page, cofondateur de Google, a dévoilé un nouvel eVTOL actuellement testé en vol en Nouvelle-Zélande. Le biplace autonome, qui ne sera pas commercialisé, devrait être mis au service d'une compagnie de transport urbain néozélandaise d'ici 2021.

La mobilité urbaine est devenue, en l’espace de quelques années, un enjeu majeur pour le futur. La congestion annoncée des espaces aériens aux Etats-Unis, en Europe et en Asie-Pacifique notamment motivent la création, aujourd’hui pléthorique, de véhicules à décollage et atterrissage verticaux (VTOL, pour Vertical Take-off and Landing), dont la majorité est à propulsion hybride ou tout électrique.

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

11 commentaires

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(11) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Huuuuummm …
    Que dire de tous ces bouzins qui ne peuvent voler que par la force de la puissance de multirotors efficaces pour le vol vertical mais mauvais pour l’horizontal et de l’électronique ???

    Quand aux batteries … on dirait que l’hydrogène qui serait plus appropriée, fait encore peur ? syndrome Hindenburg ?

    Répondre
  • Oui tout cela sera possible quand l’énergie massique des batteries sera multipliée par 10. Et qui en profitera en premier ? l’automobile avec un vrai marché de masse.
    Tous les aeronefs presentés ci dessus ne sont que des evolutions technologiques des quadrirotors utilisés en aeromodelisme depuis 10 ans. Rien de revolutionnaire mais du buzz pour les gogos. Les journalistes adorent.. vous vous rappelez la livraison des pizzas a domicile ou des colis amazon, du bluf et du baratin qui ne resistait pas 30 secondes a l’analyse economique du projet.
    Mais pourquoi passer par le ciel pour transporter des etres ou des objets ? le sol est trop occupé ? oui aujourdh’ui mais demain avec des vehicules autonomes interconnectés cela sera bien plus probable et efficient !

    Répondre
  • Pour préciser, je découperais ça un peu différemment.

    Il y a une partie avionneur : définir la cellule et la motorisation, et les commandes de vols, y compris pilote automatique (gestion attitude et cap) et gestion des obstacles direct (sol, bâtiment, ligne électrique, trafic) donc en fait du pilotage d’évitements. Donc en résumé l’avionneur fait le machin volant et ses « organes » de commandes de vol, ce que j’appellerai le système primaire. Contrôle aussi des paramètres d’autonomie…

    Ensuite un autre acteur « système » fait la partie système secondaire qui envoie des infos au système primaire. Gestion du porte à porte, des lieux de posé, des plans de vol (routes aéro-urbaines ? trafic, embouteillages…), services en vol, etc… Mais aussi une partie anticipation des évitements via une communication entre « taxis volants » et contrôle de vol pour modifier et optimiser les trajectoires sans inconfort ni attendre que le TCAS sonne… Ces systèmes secondaires ne pilotent pas le machin mais demandent au pilote automatique, tel un contrôleur aérien, de prendre tel cap ou telle altitude.

    C’est en effet une partie pas simple à concevoir et mettre au point !

    Répondre
  • Aujourd’hui, les professionnels ont intégré la notion de « disruption ». Ils paient « pour voir », être prêt à se saisir du moment ou le modèle devient possible.

    L’étape initiale est de définir les meilleures configurations pour ces Vtol. Et aussi de maîtriser les commandes de vol automatiques, l’anti collision, la gestion autonomes de trajectoires.

    Mais le vrai challenge est au niveau du « système » : intégrer cette utilisation porte à porte, dans la circulation aérienne. Pour ça, j’ai l’impression que ce sont d’autres acteurs qui sont le mieux placés. Comme Thales sans doute et ceux qui œuvrent dans ce domaine. Et je suis gourmand d’un article sur le sujet ! 🙂

    Répondre
  • C’est intéressant pour le loisir, parce que pour les transports urbains, vu les difficultés de déplacement en deux dimensions de la majorité des citadins, en trois cela relève de la gageure même avec une intelligence artificielle restant à inventer. Par contre, des kits accessibles qui permettraient de se passer d’aérodromes (talon d’Achille de l’aviation de « plaisance », cela me parait jouable. Pas besoin d’aller chercher une justification du style « amélioration des transports » ou autre, le simple fait de pouvoir s’envoyer en l’air est bien suffisant.

    Répondre
  • Ça va être une joyeuse pagaille, les embouteillages urbains au-dessus de nos têtes, surtout en mode électrique. (Ben oui, il faudra gérer tout ce petit monde qui veut la même chose au même moment)

    Répondre
  • Je n’ai aucun doute qu’une bonne partie de ces sociétés arrivent techniquement à leur but, quoi qu’avec des degrés de sécurité très différents selon les produits.
    le vrai sujet est la réalité business et exploitation. Les coûts globaux sont largement sous estimés, la fiabilité d’exploitation largement sur estimée.
    Plus je travaille sur ce domaine, moins je m’interroge sur l’utilité réelle pour la société (et non pas pour quelques privilégiés) et l’efficacité du système par rapport à la problématique globale de transport urbain: il est évident que ces systèmes ne sont qu’une dépense énergétique inutile supplémentaire qui auraient une valeur d’une part si la production électrique marginale était quasi gratuite et 100% verte, et d’autre part si la production de batteries était elle même « verte » ce qui n’est absolument pas le cas.

    La durée de vie dans le domaine automobile peut éventuellement justifier les pollutions de production et le manque de recyclage, celle des batteries pour propulsion aérienne (à durée de vie beaucoup plus courte car travaillant sur des cycles beaucoup plus exigeants) est difficile à qualifier de « verte »…

    Répondre
  • L’histoire de l’humanité est pleine d’inventeurs géniaux que les autres ont pris pour de doux dingues en affirmant sur tous les tons que « Ca ne marchera jamais! ».

    C’est le cofondateur de Google qui se lance ici dans l’aventure, il a fait de Google une des plus grandes entreprises mondiales en quelques dizaines d’années.
    Et au début de Google non plus personne n’y croyait…..
    Comme pour le train, la voiture, l’avion, l’hélicoptère, les fusées……….

    Répondre
  • Bonjour à tous
    C’est formidable , il ne reste plus qu’à inventer des batteries bien plus légère et ayant une capacité au moins dix fois plus grandes et le vol électrique sera une « vraie réalité » .
    Il restera bien sur à trouver d’où sortir de l’électricité , les éoliennes ne produisant en moyenne qu’un jour sur quatre au mieux ….. et 160 m² de panneaux solaires produisant par jour tout juste l’énergie pour faire rouler un peu plus de 100 km une petite voiture Zoé……..
    C’est pas gagné ! Il y a très loin du rêve éveillé à la réalité .
    Ne parlons pas du prix ! Mais quand on aime on ne compte pas et on espère faire payer les clients hypothétiques de ces « trucs » taxis volants .
    Salutations dubitatives

    Répondre
  • Moi je trouve ça pas mal les doux-dingues… 😉
    Sans rire, il y a un effet de mode suite à l’apparition de cette nouvelle technologie de vol (multi rotor, testé la première fois par Breguet le 20 septembre 1907, oups… puis abandonné), mais qui remet au gout du jour l’envie profonde de l’homme de voler !
    Et si ça peut remettre l’avion au milieux des villes et donc arrêter de vouloir mettre les aérodrome les plus loin possible des villes, donc nulle part, ça sera pas une mauvaise opération !

    Répondre
  • Utopique au possible, délirant, mais les équipes qui conçoivent tous ces projets, qui à mon humble avis ne désengorgeront rien du tout, sont de merveilleux fous!.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(11) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(11) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.