Accueil » Le rapport sur le crash d’Emiliano Sala met en lumière les « grey charters »

Le rapport sur le crash d’Emiliano Sala met en lumière les « grey charters »
premium

Le bureau d'enquêtes britannique (Air Accident Investigation Branch, AAIB) vient de rendre son rapport final, plus d'un an après le drame qui a coûté la vie au jeune footballeur et à son pilote David Ibbotson, le 21 janvier 2019.  Si l'intoxication au monoxyde de carbone, découverte lors de l'autopsie du passager est confirmée (le corps du pilote n'a jamais été retrouvé), d'autres éléments accablants sont détaillés dans les 128 pages du rapport. L'AAIB dénonce également les irrégularités qui entourent ce vol charter réalisé en toute illégalité.

14.03.2020

L'épave de l'avion découverte au fond de la Manche. © AAIB

Rappelons que le vol qui devait mener le jeune sportif de Nantes vers son nouveau club à Cardiff a été effectué de nuit, par une météo difficile. Le rapport pointe le fait que le vol a été effectué en régime VFR par un pilote qui ne disposait que d'une licence de pilote privé délivrée par la CAA (administration de l'aviation civile britannique) et une équivalence de la FAA (administration de l'aviation civile américaine) .

Un pilote privé aux commandes

Le pilote détenait...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

 

Identifiez vous pour voir le contenu !

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Frédéric Marsaly

chez Aerobuzz.fr
Frédéric Marsaly, passionné par l'aviation et son histoire, a collaboré à de nombreux média, presse écrite, en ligne et même télévision. Il a également publié une douzaine d'ouvrages portant autant sur l'aviation militaire que civile. Frédéric Marsaly est aussi le cofondateur et le rédacteur en chef-adjoint du site L'Aérobibliothèque.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.