Accueil » Les pilotes de montagne adressent une lettre ouverte au Sénateur Durain

400

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

Les pilotes de montagne adressent une lettre ouverte au Sénateur Durain

L'atterrissage d'un avion Suisse à quelques longueurs du sommet du Mont-Blanc en juillet dernier a provoqué un tollé unanime des amoureux de la montagne. Il n'a donc pas fallu longtemps pour qu'un sénateur ne dégaine un projet de Loi répressive. L'association Française des Pilotes de Montagne (AFPM) lui adresse donc une lettre ouverte.

2.09.2019

L'AFPM qui regrette de n'avoir été consultée, se pose en partenaire pour faire évoluer le projet de loi de façon pragmatique.© Gil Roy / Aerobuzz.fr

Ils ne risquaient qu’une faible amende et ne sont restés que quelques minutes sur place mais les deux alpinistes Suisses désireux de se faciliter la montée au sommet du Mont-Blanc et qui ont posé leur avion, un Piper Super-Cub relevant de l’Aéroclub de Genève, à environ 4 450 mètres d’altitude dans un secteur non reconnu comme altisurface répertoriée le 16 juillet, ont peut-être causé plus de dégâts qu’ils n’imaginaient.

Car en réaction, le Sénateur socialiste de Saône et Loire, Jérôme Durain, bien décidé à alourdir les sanctions envers les aviateurs qui oseraient se poser en dehors des aérodromes a rapidement déposé un projet de Loi. Si l’objectif est louable, empêcher que ne se développe ce genre d’activité sur un massif déjà bien trop fréquenté, cette Loi pourrait s’avérer mettre en danger une pratique aéronautique aussi spécifique que discrète comme le précise dans sa lettre ouverte Eric Fix, président de l’AFPM :

« Notre activité est et restera une activité extrêmement spécialisée et limitée. Le nombre de pratiquants membres de notre association est de 600 pour toute la France, dont moins de 100 pratiquants en période hivernale, ce chiffre étant stable depuis des décennies. Beaucoup de pratiquants restent occasionnels. L’empreinte carbone qui en résulte est complètement négligeable au regard d’un seul week-end de chasser-croiser sur les routes des stations de skis ou des départs de randonnées. »

L’inquiétude est fondée car par définition, l’intérêt de l’aviation légère en montagne est de s’inscrire dans une aérologie complexe et exigeante mais aussi de pratiquer les atterrissages sur des endroits non préparés, qui ne sont pas des aérodromes : « Les altisurfaces – c’est à dire les endroits dans la montagne sur lesquels il est actuellement permis de procéder à un atterrissage – sont ouvertes par arrêtés préfectoraux après concertation et accord de tous les acteurs locaux. »

L’AFPM  défend, certes, la pratique de l’aviation légère en milieu montagneux, mais surtout promeut une pratique respectueuse des sites fréquentés : « A l’instar des autres activités de montagne, nous aspirons à une pratique respectueuse de l’environnement qui s’intègre dans le milieu sans rien laisser d’autre qu’une éphémère trace de skis. » Ils sont eux-mêmes des usagers ou habitants des régions montagneuses et cet environement ne les laisse pas indifférents : « La vie pastorale et l’activité touristique sont l’âme même de nos vallées, il est hors de question de venir la troubler. Tout pilote de montagne signe une charte en ce sens avant de commencer son activité. »

L’association déplore donc de n’avoir été considérée comme interlocutrice dans le cadre de ce projet mais veut aussi se constituer comme partenaire pour faire évoluer le projet de façon raisonnable et pragmatique.

Car pour l’AFPM, un cas d’atterrissage sauvage recensé pour la première fois en 59 ans, depuis qu’Henri Giraud a, lui, posé les skis de son avion tout en haut du sommet de l’Europe, n’est clairement pas le signe d’un danger de voir l’exploit réédité pour qu’il devienne nécessaire de réagir plus lourdement et sanctionner collectivement ce qui n’a été qu’une faute individuelle.

Frédéric Marsaly

A propos de Frédéric Marsaly

chez Aerobuzz.fr
Frédéric Marsaly, passionné par l'aviation et son histoire, a collaboré à de nombreux média, presse écrite, en ligne et même télévision. Il a également publié une douzaine d'ouvrages portant autant sur l'aviation militaire que civile. Frédéric Marsaly est aussi le cofondateur et le rédacteur en chef-adjoint du site L'Aérobibliothèque.

30 commentaires

  • FCLTON

    C’est pas un simple Piper PA18 qui va polluer le Mont Blanc !
    Ya qu’a voir les randonneurs…..Mdr
    Puis une amende en € pour un Genevois, ca va pas le faire tousser…

    La prochaine fois, avec un ULM électrique et une autorisation ponctuelle (pour la bonne forme), ce sera BIO, écolo et tous le tralala et perçu comme un super événement du Futur….

    Cher Ami’s Pilote de Montagne respectueux qui vous êtes engagés sur le respect de ces endroits et pratiques, pourriez vous arrêter d’utiliser des Lycoming et Continental des années 1920 avec un tube de 20 cm dénué de silencieux en guise échappement.
    –> Ce comportement me fait penser à celui d’un adolescent qui coupe le pot d’échappement de sa mobylette a la scie à métaux pour aller plus vite.

    Franchement, je ne vois pas comment le pilote de montagne moralisateur peut encore être crédible en l’an 2020 quand on entend un de ces moteurs nous passer au dessus de la tête.

    Respect de l’endroit, du voisinage, de la faune et pérennité de la pratique montagne = SILENCE !!!

    Et là, seulement là, le vol montagne pourra continuer aux yeux des randonneurs et politiciens!

    • PlasticPlane

      Vouiiii ! Sus aux bruyants Conti. et autres Lycosores ! De nos jours, voler Rotax devrait être obligatoire 🙂 🙂 (ce n’est pas de la pub… j’ai payé le mien… plein pot !)

    • Jean-Mi

      La réglementation ne permet pas de modifier « facilement » les avions existant pour leur faire profiter des dernières évolutions ou d’améliorations techniques.
      Ainsi, pour rajouter un bon silencieux à un DR-400 duement certifié, ou changer l’hélice par une nouvelle plus silencieuse et de meilleure performance, il faut passer par tellement de dossiers de justifications et d’essais divers (justifiés par le bon sens technique), et par tellement de procédures, que personne n’a le temps et l’argent, et l’abnégation, de faire ça.
      Bref, il faut faire un STC complet pour ajouter un silencieux en sortie de pot d’un avion existant, soit de nombreux mois de travaux, dossiers, réunions, paperasses, calculs ou essais probatoires, passage au CEV, navigabilité, etc, etc, etc….
      Qui paye les gens qui font ce boulot pendant 6 mois à 2 ans ?…
      Personne.
      Alors nos avions font toujours du bruit, et il est même quasi impossible de sortir un nouveau moteur partant de la feuille blanche.
      Simplifiez la réglementation !
      Les DR-400 remorqueur allemand volant sous immatriculation gérées par le LBA sont modifiés avec des silencieux performants depuis des années ! Pourquoi cette modification connue de tous n’est pas appliquée en France ? => la réglementation !

  • Exiga Christian Guide de hautes Montagnes et Pilote de

    Alors que le slogan <>est incrusté dans la tête des citoyens français, pourquoi
    Montagnards ne partageriez vous pas dans cet espace grandiose un espace très spécifique qui ne nuira pas autant que vous ?….
    Si vous connaissez votre géographie alpine, le <> où s’ est posé ce pilote de montagne Suisse est frontalier France – Italie.
    Ce véhicule terrestre était – il en France où en Italie ? Il n’ y a qu’en France que toutes ces pratiques sont injustement interdites.
    Vous « le plaignant « où étiez vous ?

  • EXIGA Christian

    Il est courant aujourd’hui de voir le slogan pourquoi montagnards , ne partageriez vous pas une petite part spécifique de cette espace grandiose ?
    Savez vous que le col de la Brenva où s’ est. pose ce pilote de montagne appartient autant à la France qu’a l’Italie et qu’en Italie l’atterrissage en montagne de véhicules terrestres n’ est pas interdit.
    Je suis certain vous le « plaignant «  de me dire si vous étiez en France ou en Italie.ou si le véhicule terrestre était en France où en. Italie.

  • patrouille
    Adam Shaw

    Depuis plus de 15 ans vainement essayé de convaincre l’AFPM de prendre une position crédible contre les voyous , en vaste majorité élèves et membres d’un ‘Club’ – bien Français – qui prends , encore et toujours, le vol montagne pour terrain de jeux privé avec, en glaciers, noria de de 4 avions 2 x par jour, souvent en silence radio… Depuis plus de 15 ans, a part un timide éditorial en 2018, mutisme de la part de l’AFPM. Maintenant qu’il est très, très tard… indignation du ‘President.’ Un patronyme ne « fix » ( répare) rien.

  • REYNAUD

    Proposer une loi pour sanctionner un fait divers, il est là le vrai scandale !
    Courage petit Macron, il va t’en falloir pour réduire drastiquement le nombre de parlementaires qui atteignent en France avec près de 1 000 des sommets comparables au Mont Blanc !
    Ce n’est pas une réduction de 25 % qu’il faut mettre en place, 50 % serait un objectif plus ambitieux (d’autant qu’il faudra faire des concessions avec les amis politiques), comme toujours …

  • DPN

    4 450 mètres d’altitude…
    L’avion ou le pilote est t’il équipé en oxygène pour le retour ?
    Car après avoir posé son Club et gravis le sommet cela parait indispensable au vue de la réglementation mais surtout de la capacité physiologique de l’être humain.
    A moins que le pilote soit plus fort que les autres !

  • Marcello

    Tout le monde s’excite, pour quoi au fait ? Parce qu’un obscur sénateur en recherche de médiatisation électorale s’est « indigné » dans un Tweet du 27 juin contre les personnes « impunies qui commettent des crimes et délits environnementaux »… Message retwetté 2 fois et pas un seul commentaire, qui serait tombé dans l’oubli si le journal l’Equipe rubrique Alpinisme ne l’avait pas déneigé, pour ensuite être repris dans une dépêche AFP. Ouah… Un ancien Président de la République parlait en son temps d’affaire qui faisait « pschiitt », c’est exactement ça. En faisant cette lettre ouverte 2 mois plus tard, la Fédération ne fait que mettre de l’huile sur le feu en remédiatisant un obscur fait divers dont 99% de la population se fiche. Le seul point intéressant à mon avis est le formidable rappel que cet incident est le premier en 60 ans. Le ridicule est là.

    • Frédéric Marsaly
      Frédéric Marsaly

      Un projet de Loi peut devenir une Loi… Et vu la façon dont ce projet est rédigé, il est indispensable qu’il soit amendé !

      • Eric

        Bonjour Frédéric.
        ce n’est pas un projet de loi. Les projets de lois sont faits par le gouvernement. Dans ce cas précis il s’agirait d’une proposition de loi, qui peut émaner d’un groupe de parlementaires. Encore faut t’il qu’ils soient un groupe. Et que le gouvernement décide de le présenter au vote. On en est loin, mais il est vrai qu’avec les guignols qui nous gouvernent, (Mais il faut aussi réaliser qu’on a les élus qu’on mérite…) tout peut arriver.
        Pour le reste, c’est un peu inquiétant. Non pas qu’on mec se soit posé près du sommet, mais plutôt que s’il le fait, pleins d’autres individus vont se dire: et pourquoi pas moi; si il le fait, alors j’ai le droit de le faire aussi. Vous imaginez la suite…

      • Pilotaillon

        #éric : Si les guignols volaient…
        J’aimerais juste voir comment vous feriez si l’on inversait les rôles ?
        Allez les anti-guignols, engagez vous !
        Je vote pour vous dès demain.

        Les pilotes « borderline » (ou guignols également) reviendraient tous dans le rang, c’est garanti. Le monde – et le ciel – respireraient.
        On modernise Sallanches et toutes les plateformes visées par une volonté de fermeture.

        Oh YES ! Ca fait rêver… Vite je file faire les pleins et ma prévol.

  • DAURAT

    bonjour ,
    ne pas oublier…. » seule la conn..rie donne une idée de l’infini.. » surement un pilote qui a dit cela…car a par eux qui voit l’infini…

  • d'Albronn

    Puisque Monsieur Jérome Durain aime tant son <mont-Blanc, qu'il s'occupe déjà de ceux qui le transforme en poubelle !

  • Albert06

    cela confirme que nos amis suisse, considere la France comme un pays « exotique », essayé de vous poser en Suisse pour boire un coup de fendant….( et ce pays n’est pas dans la communauté UE )

    • Jean-Louis ABOU

      Une orthographe et un français plus acceptable, tel par exemple que le parlent « nos amis suisses » rendrait la compréhension de votre message beaucoup plus aisée. Sans doute un règlement de comptes personnel?

    • Pilotaillon

      Par contre, beaucoup sont admiratifs de l’intelligence collective qui a cours en Suisse, ce « petit » pays qui a de longue date instauré les votations.
      Le Suisse est crédible au yeux du monde car une fois la règle admise, il ne la remet en cause pour le « 1er pêt de travers », ou alors seulement si l’enjeu est jugé suffisant, souvent par une nouvelle votation.
      Le résultat, les Helvètes n’acceptent pas les ULM mais produisent des JetMan et ça : https://www.youtube.com/watch?v=X-C9Abz4msk
      En France, ce sont des réactions émotionnelles ou de la voix la plus « braillarde » que partent les réformes…
      Donc, pas très étonnant que le français ne cherche pas le conscensus mais l’affrontement… et qu’on fait de la voltige avec la représentation politique !
      Ensuite nous gèrons ce genre de situation qui fait sourire nos voisins.
      Pour continuer à voler dans des conditions de bon voisinage, (péremptoire pardon) il faudrait faire preuve d’ouverture et de pédagogie. Sortons « un peu » des cockpits, passons aux rencontres, au partage, de privilégier la cohérence au sein d’un minuscule groupe de pratiquants. (oui qui remettrait en cause la présence d’un terrain de foot par ex. ?)
      On aura tout le loisir ensuite de faire passer la « petite frime hasardeuse » de l’équipage puéril du Cub Genevois pour ce qu’elle vaut : pas davantage qu’un entrefilet dans la PQR.

      • LBE

        La démagogie sur fond de french bashing est non seulement stérile et fatigante mais de plus ne vous mènera à rien.
        Apprenez au passage que la Suisse que vous semblez manifestement bien connaitre autorise les ULM depuis 2015 sous certaines conditions . Quant à vos comparaisons hasardeuses sur les votations sur fond de pétomanie, un stage sur place ne vous ferait pas de mal, tant on ne voit guère ce que ce sujet vient y faire.
        D’autre part ces genevois n’en étaient pas à leur coup d’essai . Si en France l’amende est de 38euros (faute de mieux) en Suisse pas de blabla : sanction directe allant au retrait de licence. Tout comme sur le montant des amendes sur les autoroutes suisses par exemple, on se demande franchement là aussi ou se situe « l’ouverture et la pédagogie » !! Si c’est cela qui vous fait rêver restez en France….

      • Pilotatillon, pilote Alpin

        Pourquoi ferais-je du French bashing ?
        Si vous lisez bien, je fais mention de l’intelligence collective Suisse et de son mode de fonctionnement, qui conduisent à une stabilité et au respect de règles établies collectivement.
        Deux systèmes, deux comportements.
        Pour préciser : le permis de conduire CH n’est pas à point, le barème de l’amende est établi selon le dépassement de vitesse et les revenus du contrevenant…
        Outre Léman, on réglemente pour régler le problème dans la durée, résultat les lois sont moins nombreuses et efficaces.
        Ex aéro : les DZ provisoires, pour réaliser des travaux héliportés sont au bord des routes, sans déploiment de force, l’énorme meeting de Payerne est organisé par l’armée, seuil de présentation 5 Ft, il y a des lignes THT dans l’axe de Bex, tout le monde est zen…
        Nous avons des centaines d’exemples qui démontrent que des règles partagées et respectées sont synonymes de simplification et, étonnament, de davantage de liberté au final.
        On cesse de se poser sur le Mt Blanc et on regarde comment appréhender la suite avec beaucoup d’intelligence collective !
        On sait faire quand on veut.

  • BERTRAND

    Bonjour, évitons de mettre tout le monde dans le meme sac.
    A cause d’un mauvais comportement de deux personnes l’administration ouvre un parapluie juridique.
    Je trouve que la réponse est disproportionner par rapport a l’incident.
    Cela mériterais que l’ont fasse une table ronde avec tout les organisme représentatif et les personnes ayant autoriser ce poser sauvage.
    Quid de prendre des sanctions contre ces derniers et non pas sanctionner tout le monde qui respecte la législation en vigueur.

    • violet

      euh, rien à voir…. quoique ? un député socialiste avec un bracelet électronique judiciaire…. ça ne l’interpelle pas le sénateur !?

    • Pilotatillon, pilote Alpin

      Nous savons, les gens d’air, faire la part des choses. Enfin peut-on l’espèrer…
      Mais le Sénateur n’en a que faire et utilise la « connerie des uns » pour s’approprier la voix du public.
      C’est donc bien du quidam qu’il s’agit, auquel nous nous adressons tous, et qui au final, sera comme d’hab juge et partie.
      Comment lui donner les éléments pour distinguer le fond de la question : démagogie politique récupératrice ou incident du quotidien ?

  • PlasticPlane

    Bravo Messieurs, et merci pour le cadeau 🙁 . Curieux de connaître les peines encourues dans la Confédération pour le non respect d’une réglementation aéronautique, particulièrement en rapport avec l’environnement. Bon, à la fois l’éthique n’a rien à voir avec la nationalité… Comme disait Georges Brassens, quand on est etc…

    • LBE

      L’OFAC suisse ayant rapidement eu vent de l’affaire a ouvert une enquête : si en France l’amende est de 38 euros faute de mieux dans un tel cas en Suisse le retrait de licence est envisageable..

      Bien cordialement

  • Pilotatillon, pilote Alpin

    Au dela de la touche à peine provocatrice, un peu arrogante de nos amis de Suisse voisine qui savent poser un Cub « n’importe où », tout cela s’accumule et ajoute aux belles péripéties auxquelle font face l’Alpe d’Huez et de Sallanches…
    Notre image est teintée de bruit, de loisirs exclusifs (inverse à inclusifs), liée à une activité confidentielle, chère, (voire secrète parfois).

    Et oui le prestige du pilote lointain, regardant son semblable de haut, expert silencieux, riche, ne matche pas avec l’époque où l’on commence à compter les dégats écologiques. « Et que ce type brûle du pétrole par milions de litres, tous les jours »

    Alors ce genre d’images associées à nos activités ne changeront pas comme ça !
    Pardon d’être entier et limite péremptoire, en disant qu’on ne modifira pas la donne par un investissement massif en com et pas davantage en priant le ciel.

    Je verrais plutôt de nous questionner sur les nouveaux comportements à adopter au quotidien, pour montrer une autre face de nos motivations et de recherche de sens dans nos pratiques amateures.
    Il n’y a guerre que l’hélico qui dans son rôle de Saint Bernard jaune ou bleu, reste le seul spécimen applaudi par le quidam local.

  • Philippe Berthon

    Bonjour,
    Je vous suggère que l’AFPM sollicite surtout les Maires du secteur concerné, car les Maires sont les électeurs aux sénatoriales, et nous avons un vrai poids local auprès de ces derniers.
    Bons vols
    Philippe Berthon, pilote et Maire (mais pas en secteur Alpin)

  • pif

    Bientôt on ne pourra plus pét.r sans le risque de se prendre un procès !

    • bdd13
      bdd13

      C’est déjà le cas dans un pays (Malawi), où une loi a été promulguée pour interdire les « vents debout » sur la place publique, au motif que le CH4 est un GES….
      Edifion….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.