Accueil » Lettre ouverte du président de la FFA à la maire de Poitiers

Lettre ouverte du président de la FFA à la maire de Poitiers

La maire de Poitiers est venue rendre visite aux aéro-clubs locaux, le mercredi 7 avril 2021, dans l'après-midi. (Photo d'archives : J.L. Charron, président de la FFA, lors de la réception du premier Velis Electro). © FFA

Dans un esprit d'ouverture, Jean-Luc Charron, président de la Fédération française aéronautique (FFA) adresse à Madame Léonore Moncond’huy, maire de Poitiers, cette "lettre ouverte". Il évoque en particulier les milliers de collégiens qui s'investissent chaque année dans la préparation du Brevet d'initiation aéronautique (BIA), première étape pour beaucoup dans la concrétisation d'un rêve d'enfant. Dans sa lettre ouverte, le président de la FFA propose à la Maire de Poitiers, de venir lui présenter l'avion électrique qui incarne la transition énergétique dans laquelle sont engagés les aéro-clubs français.

Madame la Maire

Beaucoup de réactions de tous bords ont été provoquées par votre intervention lors de la séance du conseil municipal du 29 mars 2021 où vous avez déclaré que : « l’aérien ne doit plus faire partie des rêves d’enfant ».

En tant que Président de la Fédération Française Aéronautique (FFA), association à but non lucratif créée le 07 décembre 1929 et reconnue d’Utilité Publique depuis 1933, qui regroupe les 600 aéroclubs français, et en tant  que délégué général du Conseil National des...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

58 commentaires

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par Pilotaillon alpin

    Eux, les maires des communes riveraines, pensent aux 2 ailes de « aLLez » voler plus loin !
    Voilà comment ils apprécient la fréquentation des altisurfaces au printemps. https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/mont-blanc-encadrement-strict-de-l-aviation-de-loisir-dans-le-massif_153435
    Les pilotes de montagne apprécieront, ou équiperont leurs pétrolettes de pots et d’hélices silencieuses.
    Accessoirement ils prendront le temps de faire quelques visites de courtoisie à nos détracteurs, pour ne pas passer pour de simples consommateurs de montagne, mais de personnes responsables ayant à cœur de partager les espaces sans conflits avec les autres usagers.
    Etonnant, même la répétition des pétitions ou des actions pétitionnaires issues des autorités n’y font rien !
    Quand le monde aéronautique va-t-il se mobiliser pour répondre aux injonctions de la société ? (pas uniquement revendicative ou militante pour le coup !)

    Répondre
  • Je suis écologiste dans la mesure du possible. Je ne gaspille pas mais je ne transpirerai pas dans ma Chevrolet pour ne pas mettre la climatisation.

    Notre monde fait face à des défis écologiques, économiques, sociaux et médicaux.

    Je respecterai les écologistes de tout acabit quand au lieu de s’attaquer au transport aérien et à l’aviation en général, ils pointeront du doigt les Audi, BMW, Mercedes, Porsche Land Rover et Jaguar ridiculement énormes et assoiffés d’essence et de diesel, quand ils remettront en doute le système économique qui fait parcourir 10 000 ou 15 000 kilomètres à des gousses d’ail, des pots de pickles, de la pâte de tomate, des meubles et même des éléments de construction préfabriqués.

    Répondre
    • Ce n’est pas en balançant sur les autres que nous allons avancer.
      Trouvez donc des moyens pour faire moins de bruit, ne serait ce que ça.
      Habiter sous une autoroute d’avions de loisirs, ça peut vite être un enfer.
      Aucun respect des distances pour les zones protégées, bruit infernal et surtout les survols de zones habitées, même le dimanche.
      Lorsque tout cela sera respecté, vous verrez que tout se passera mieux, dans le meilleur des mondes.

      Répondre
      • Faites un procès à votre maire pour avoir délivré un permis de construire dans une zone où c’est normalement interdit (il y a un PEB autour d’un aéroport et c’est à ça qu’il sert). Une fois gagné le procès, et justice faite, il y aura une injonction de démolir une habitation si nuisible à la santé de ses occupants.
        Enfin, il vous faudra expliquer pourquoi vous l’avez acquise en connaissance de cause…

        Répondre
      • Je ne l’ai pas acquise en connaissance de cause, l’aéroclub est loin, mais ils adorent venir nous pourrir la vie.
        Comme le dimanche, aucun respect pour ceux qui bossent.
        Mais bon, vos petits loisirs de riche, vont bientôt disparaître.
        À force de n’être que dans le plaisir sans lendemain, nous commençons à le payer.
        Et franchement, je ne suis pas écolo, mais pour les mois de mars et avril, une journée de pluie en Bretagne, nous y sommes.
        Continuez donc à vous amuser avec vos joujoux.

        Répondre
      • « Trouvez donc des moyens pour faire moins de bruit,  » : Ca y est c’est trouvé : allez, donc le dire au gouvernement, pour qu’il fasse quelque chose pour sa mise en application.

        Répondre
      • Toujours le même discours, se défausser sur le gouvernement, pour pouvoir continuer à faire du bruit.
        Le péquin moyen se doit de faire silence le dimanche, mais pas le pilote qui réalise son rêve d’enfant.
        Si je voulais vivre dans le bruit, j’aurai choisi de vivre en ville.
        Au début nous étions plutôt tranquille, un ou deux vol, le matin, un ou deux l’après-midi.
        Maintenant nous en sommes à pas loin de cent par jour, j’ai arrêté de compter à 70.
        Le respect et la tranquillité des citoyens, ne doivent faire partie des prérogatives des rêveurs…

        Répondre
      • Non, seulement, on en a rêvé, mais on l’a étudié. Maintenant, il faudrait le mettre en pratique, non ? Avez-vous les financements pour cela ? On vous accueillerait bras ouverts. Maintenant, essayez un peu de me démontrer que le gouvernement (et pas que) n’a pas une grosse responsabilité dans cette absence de mise en oeuvre pratique.

        Répondre
      • Ravi de cette approche constructive !

        Répondre
    • Bonjour, je ne sais pas vraiment qui est l’auteur « écolo » mais les propos me choquent beaucoup. Je suis d’accord sur un constat global portant sur l’évolution climatique de notre planète et cela de pire en pire chaque année. Je me souviens encore de la carte postale envoyée par ma grand-mère après avoir visité le musée des glaces au mont blanc !!!! (60 ans).
      Pour revenir au sujet évoqué portant sur les véhicules, je suis profondément choqué de cette attitude de considérer les voitures BMW, AUDI, MERCEDES, PORSCHE, LAND ROVER, JAGUAR, ….
      Le jugement est typiquement restrictif et irresponsable.
      Désolé, mon fils de 30 ans roule en Porsche, moi, je roule soit avec mon Roadster de 350 Ch et une une autre Mercedes pour la ville et les trajets courts et moyens. Oui, mon fils consommons du carburant, oui, nous polluons, mais pourquoi avoir autant attendu pour dénoncer les vraies pollutions. Sans vous vexer, vous manquer de culture générale car il bien bien spécifié dans le premier document de la COP21 ,tous les pays devaient raisonner sur les mêmes fils conducteurs et pas se concentrer à la voiture en nommant du doigt les grosses cylindrées thermiques qui coûtent certes de l’argent. Alors, je vous invite à aller sur internet et avec les moteurs de recherches traditionnels, vous aller savoir qui polluer et quoi et combien .
      Êtes vous posé la simple question de la pollution du plastique qui est un réel fléau planétaire ? Je suis sûr que non ! Savez qui est le plus gros pollueur de la planète ? Je sûr que non !
      Savez vous ce que les milliers de vols nationaux et internationaux (avant la COVID) produisaient en termes de pollution ? NON !
      Alors, ne prenez pas un sujet qui donne l’impression que vous êtes mal à l’aise avec les belles et très coûteuses voitures . Renseigner vous vous sur la destruction de sa moitié de la plus barrière de corail au monde du faite la pollution !
      Voilà Monsieur, il me semblait important de relever le niveau de la pollution au-dessus de des belles et coûteuses voitures.
      Pensez à l’électrique pour votre voiture.
      Bonne continuation dans vos idéologies.

      Répondre
  • Elle sait certainement tout ça, ou au.moins l’essentiel. Elle a trouvé un moyen de faire parler d’elle. Ça marche bien !
    Du point de vue brutal de l’intérêt général :
    1/ Le transport aérien est le meilleur moyen d’acheminer rapidement des gens et du matériel à peu près n’importe où, grâce à une route de quelques centaines de mètres de long.
    2/ C’est pourquoi il est prioritaire en temps de crise ou de guerre, dans l’emploi des moyens de travaux publics notamment.

    Répondre
    • Si vous regardez la vidéo du conseil municipal de Poitiers et que vous écoutez le passage où la phrase fatale a été prononcée, vous remarquez qu’il ne semble pas y avoir eu préméditation. Cela n’excuse rien. Tout cela pour dire que la Mairie n’imaginait pas que la suppression des subventions aux aéro-clubs prendraient de telles proportions.

      Répondre
      • Effectivement, Madame le maire se lance dans des explications qui suivent je pense une question d’une personne du conseil. Et elle s’enfonce petit à petit dans ses explications pour atterrir (c’est plutôt un crash) à la phrase « fatale » concernant les rêves d’enfants. Donc a priori phrase non préméditée, mais bien réelle….
        F.P CDB 737-800

        Répondre
  • par ROBERT CREPEAUX

    Dans l’argumentaire de madame la maire j’ai repensé à un livre que j’avais lu d’un auteur albanais Ismail Kadare : le ministère des songes avec une police des songes qui était l’étape ultime de la tyrannie à l’époque d’enver Hodja. Ne jamais regenter l’imaginaire des humains!

    Répondre
  • C’est bien de vouloir discuter intelligemment, mais il faudrait être sûr que l’interlocuteur puisse comprendre, admettre et intégrer dans sa pensée autre chose qu’un fanatisme imbécile….

    Répondre
  • Quand j’entendais les écolos parler de la nature, je n’étais pas sûr qu’ils savaient reconnaître une feuille de chêne d’une feuille de hêtre. Je me suis toujours méfié des prédicateurs, ces gens qui veulent vous entraîner dans une forme de pensée.
    Olivier de Kersauson

    Répondre
  • Nous sommes ici entre amoureux des avions. Mais prenons garde à ne pas nous braquer et à savoir écouter les aspirations de la société. Invectiver les « écolos » et les traiter de khmers verts nous éloigne de réflexions nécessaires.

    Répondre
    • Pas « les » écolos, mais plutôt certains écolos.

      Répondre
    • par Pilotaillon écolo

      Je partage l’avis, car si l’on souhaite comprendre ou lire au plus tôt les tendances, il convient d’entendre les signaux, y compris les plus faibles.
      Cela n’empêche pas non plus d’appeler à l’écoute réciproque, de la part de nos débatteurs (pour rester dans la cordialité), mais c’est un autre sujet…

      Répondre
    • C’est justement parce que nous ne sommes pas braqués que nous faisons attention avec fermeté à ne pas se faire bouffer par les quelques kmers vert qui saturent les médias, au grand détriments des vrais écolos, ceux qui sont sur le terrain au contact des gens auxquels on veut imposer ces « règles de vie nouvelle ».
      Qui d’autre que l’aviation travaille depuis des années sur ces sujets ? Qui à répondu aux discours anti-aviation qu’un moteur LEAP équipant A320 et B737 consomme 15% de kéro en moins que les CFM56-7 qu’il remplace ?
      Qui gère ces écolos extrémistes qui empêchent des gens à la campagne d’accéder et d’entretenir des lieux naturels publics depuis toujours ?
      Exemple : Région de la roche de solutré : zone natura 2000 créée unilatéralement par des extrémistes écolos qui ont mis barrières et grillages sur des kilomètres linéaires pour protéger… des orchidées ! Avec des poteaux en chêne de compétition… Voulant interdire totalement l’accès aux pentes aux modélistes qui entretiennent les deux sites en question depuis plus de 50 ans, avec la bénédiction des viticulteurs locaux. Erreur stratégique : les orchidées endémique de la pente nord ont été amenée sur la pente sud par les chaussures des modélistes, pas par le vent… Mais les quads et motocross qui passent à fond de train, on s’en fout.
      Au même moment, l’accès de la Roche de solutré, comprise dans la zone, a été cloisonné pour les visiteurs ne quittent plus les chemins. Solution : on crée un parking à voiture bien bitumé sur des m² précieux, et puis surtout on BÉTONNE les chemins en mettant des clôtures basse en grillage de chaque coté du chemin !!!
      Ou est l’écologie ? Je ne parle pas des milliers d’euros que cela à coûté, des destructions de milieux naturels, etc…
      Bien sur les viticulteurs locaux ont été interdits d’accès avec leurs tracteurs à la zone, sachant qu’une belle proportion travaillent en BIO !
      Ces Khmer ont depuis disparus dans le brouillard d’absurdité qu’ils avaient créé, mais les barrières restent. Je vous déconseille d’en parler aux paysans locaux, ceux qui font attention à la nature qui est leur outil de travail.
      J’ai eu à faire plusieurs fois à l’un de ces Khmers, extrémiste déclaré, qui se déplaçait donc dans la région… en 4×4 ! MDR ? ou je pleure ?
      Autre exemple : Aérodrome de Falaise, sur le terrain même, coté modéliste, donc dans une zone restreinte au public vu qu’il faut traverser la piste. Pareil, Orchidées, donc levée de cris d’orfraies des écolos locaux (alors qu’on ne fait que du planeur ici) pour faire interdire totalement l’accès ! Mise en place de poteau en chêne 15x15cm (une fortune par poteau), clôture en barbelés sur 2m de haut sur tout le tour de la pointe (environ 1.5km linéaire de mémoire), et… je vous le donne en mille, apport de vaches pour brouter là !!!
      Donc disparue les orchidées sous les vaches qui les ont broutées religieusement, puis digérées… La zone qui était une prairie herbue normande devient en très peu de temps un bois touffu et impénétrable ou pourtant continuent de traîner les vaches, mais aussi tous les nuisibles locaux. La zone ayant été déclarée natura 2000, interdiction de débroussailler ou nettoyer bien sûr. Le bois devenant haut provoque de belles turbulences sur cet aérodrome ou l’on pratique le remorquage et le vol à voile sur machines bois et toile (Ka6, Ka8, ASK13, etc..) sur une piste en herbe. Tous les utilisateurs de cet aérodrome étant soigneux avec ce terrain magnifique.
      Quand je suis passé l’été dernier, les arbres avaient été arrachés et broyés pour rendre la zone à son espace naturel de prairie, et pour résoudre les problèmes avec les nuisibles. Les vaches ayant disparues depuis quelques années de ce cloaque puant.
      Bravo l’écologie !
      Mais les barrières sont toujours là…
      Les aviateurs sont les premiers à être écolos dans le savoir. L’air, le vent, le relief, le type de nature, la météo : de la connaissance et de l’observation de ces éléments dépend notre vie de pilote !
      Les planeuristes sont les premiers à savoir que les oiseaux sont nos amis, nos indicateurs, mais parfois aussi nous utilisent en attendant que nous trouvions la pompe pour eux !
      Bref, j’arrête là, j’ai déjà fait très long.

      Répondre
  • par francis boudaud

    Il y a du siége éjectable dans l’air !

    Répondre
  • Ne mentionner que les avions électriques en réponse à Madame Moncond’huy et autres (faux) Khmers verts me semble trop léger, il y aura toujours des « oui, mais ».

    Il est facile de taper sur l’aéronautique, ce loisir et moyen de transport de riches, ennemi de Sainte Greta. C’est la base même du populisme, choisir une cible que l’on croit facile.

    Seulement voilà, l’aviation n’est pas une cible facile. C’est un pan essentiel de nos vies

    Comment envisager les greffes d’organes sans les avions ? Aurait-il fallu se passer de l’aviation pour aider Haïti suite au séisme qu’elle a subi ? Les avions ne sont-ils pas en première ligne des incendies de forêts ? Peut-être ces gens là voudraient revenir à une poste, qui met des mois à délivrer du courrier, à l’aide de navires qui ne polluent pas moins.

    Et ces personnes, qui en général adorent les réseaux sociaux, ont-elles seulement évalué la pollution de leur activité favorite ? Combien d’électricité est nécessaire à alimenter les centres de données de Facebook, Twitter, Insta, et autres. Quelle est la consommation d’énergie pour transporter une vidéo en HD depuis un serveur localisé on ne sait où jusqu’à nos smartphones, incluant encodage et décodage ?

    Défendons intelligemment l’aviation, car elle est nécessaire à notre monde, elle rapproche les gens, et elle sauve même des vies. L’aviation a de l’avenir, et c’est parce qu’il y a des ingénieurs qui rêvent, que l’on peut faire évoluer le monde et l’aviation.

    J’ai hâte de voir ce que l’avenir nous réserve, qu’il s’agisse d’avions électriques, d’avions à hydrogène, où même d’Ekranoplanes, pourquoi pas, qui permettraient de traverser rapidement des océans à moindres frais.

    À bon entendeur.

    Répondre
    • « Comment envisager les greffes d’organes sans les avions ? Aurait-il fallu se passer de l’aviation pour aider Haïti suite au séisme qu’elle a subi ? Les avions ne sont-ils pas en première ligne des incendies de forêts ? Peut-être ces gens là voudraient revenir à une poste, qui met des mois à délivrer du courrier, »

      très bon argument.
      coté carburant on a aussi le kéro à base d’huiles recyclées (zéro impact), le méthanol ou éthanol de 3 ème génération obtenu via déchets de bois, des gains substantiels possibles sur la vitesse, les trajectoires, le poids, les open rotors donc tout ça sans même changer fondamentalement le concept.

      Et oui enfin, l’électrification et l’hydrogène.
      Par kilomètre parcouru l’avion n’est déjà plus le monstre décrit, et les gains à venir sont énorme, qui peut décréter que la transition n’est pas applicable et qu’on devrait s’empêcher de rêver ?
      Seul ce qui rampe est transitionnable ?

      franchement faisons de ce fil un concours des meilleurs arguments, car les positions vont se cliver n’en doutons pas

      Répondre
    • Khmers verts, Sainte Greta… Ce genre de trucs affaiblit votre discours.

      Répondre
      • Je fais la différence entre les vrais écologistes, et ce que j’appelle les Khmers verts. Ces derniers ne représentent aucunement l’écologie, mais une bien-pensance établie dans les dîners en ville.

        Ces même personnes qui encensent Tesla, oubliant que pour une seule batterie de 90S les camions de mines ont consommé près de 100 tonnes de fioul à transporter le 77000 tonnes de roche qui sera ensuite concassée pour extraire les minerais de ces batteries (source : ma carrière dans le secteur minier canadien)

        Ces mêmes personnes qui forcent les gouvernements à fermer les centrales nucléaires, sans proposer d’alternative.

        Ce sont en fait ceux que Reporterre qualifie de « Capitalistes verts ». Ceux-là même qui ont créé le phénomène Greta Tunberg (source : Reporterre toujours) et qui sont financés par de riches familles suédoise ayant fait fortune dans l’automobile ou les mines).

        Répondre
      • Ceux-là même, qui ont permis à une collégienne de 15 ans de s’adresser à l’ONU (et cela ne surprend personne ?), une tribune qui est inaccessible à des chefs d’états qui verront leurs pays disparaitre sous les eaux (Kiribati, Îles Salomon, Maldives, et j’en passe…)

        Ce que je dénonce avec des termes comme « Khmers verts » et « Sainte Greta », c’est cette hypocrisie qui tient plus du Greenwashing que d’une conviction réelle.

        Les vrais écologistes ne dénonceront pas l’aviation (ou toute autre moyen de transport) comme un Satan climatique, mais la verront plutôt comme un outil à utiliser à bon escient dans leur combat (ce que faisait jadis Nicolas Hulot par exemple)

        Répondre
  • L’électrique est l’une des solutions, adaptée pour des aéronefs de petites tailles ou de petits parcours, pour les autres qui nécessite de la vitesse (avions d’arme) ou de portée, c’est la voie de l’H2 utilisé comme carburant dans les réacteurs ou turboprop, qui demande encore des solutions pour le stockage à bord (sécurité) et pour une production durable.
    La maire n’a qu’à venir à l’École ISAE-ENSMA de la ville voisine de Chasseneuil, je pense que les enseignants-chercheurs feront un plaisir de lui décrire les voies de recherche pour des vols plus propres et durables
    PS: Anciennement, cette école était située dans Poitiers!

    Répondre
  • Monsieur Jean-Luc Charron votre assertivité sera-t-elle comprise par ceux d’en face, j’en doute,
    bravo quand même

    Répondre
  • Cher Jean Luc ,
    Si Madame la Maire est intéressée pour venir voir VoltAero (a très peu de kilomètres de chez elle) et notre avion hybride électrique de 6 Places qui prefigure l’aviation generale de demain pour des liaisons inter-régionales, elle est la bienvenue.
    On lui montrera l’opportunité énorme que peut générer l’aviation électrique, pas seulement pour les aero-club mais aussi pour la petite aviation commerciale régionale, le transport de marchandises et les evacuations medicales. Le tout en silence et avec une reduction significative des emissions. Si on y met en plus des bio-carburants….
    Jean Botti

    Répondre
  • Merci Jean-Luc,
    Dans l’attente de la diffusion de la réponse de Moncond, s’il y a.

    Répondre
  • D’aucuns auraient tendance à dire : le discours de la maire de Poitiers, ce ne sont que des mots, elle n’a rien fait de mal si ce n’est supprimer des subventions à une association pour une autre bonne cause, alors pourquoi parler à son sujet « d’extrémisme » et de « kmher vert » ? Nous sommes au pays de Clément Ader et de St Exupéry, mais également de Voltaire et de Rousseau. Avant d’agir on réfléchit, on pense, ensuite on verbalise ou on écrit (on extériorise) et ensuite on passe à l’acte. Tous les psychologues et psychiatres savent ça. Les discours extrémistes ne sont souvent pas pris au sérieux, l’histoire est là pour l’illustrer tragiquement. Si ces propos ont provoqué un véritable électrochoc -espérons le salutaire- non seulement dans le milieu aéronautique français, mais dans la classe politique française tout court, et presque unanimement, ce n’est pas un hasard. On est pas dans la simple polémique. Quand à la lettre ouverte du président de la FFA, elle est là pour montrer tout simplement que la maire de Poitiers était ignorante du dossier, et que son action relève par conséquent du plus pur amateurisme (la question des subventions des communes aux association a toujours été un sujet délicat à manier avec précaution), ce qui la rend potentiellement dangereuse.

    Répondre
    • par Hervé PETITCOLAS

      Le problème ce n’est pas la subvention car c’est son domaine. Sa dangerosité révélée au grand jour est de vouloir régir les rêves des enfants à l’image de Maho, célèbre démocrate, pour les façonner en futurs petits soldats des Verts… Mais très loin des chercheurs et surtout des trouveurs dont nous aurons besoin pour l’avenir de l’humanité…

      Répondre
  • par Gérard Guérit

    En tant que Président de la FFA, il est logique que vous fassiez preuve de diplomatie et d’ouverture. Mais avec ces gens là, on peut se poser la question de l’attitude à adopter, et l’on peut comprendre certains commentaires qui laissent sous-entendre que face à de tels comportements, on peut hésiter entre ouverture et fermeté.

    Répondre
  • Réponse polie et constructive. Cela n empêche absolument pas Madame l élue que son approche écologique reste au niveau des mots et idée reçue au bout de son nez car il faut raisonner cycle de vie au moins pour être crédible: même l électrique: bilan carbone et polluant de batteries ( terres rares jetées), électricité dénucléarisée obligeant à se fournir aux usines électriques qui brûlent charbon mediocre d Allemagne et Pologne où sont détruites des régions entières pour l extraction charbon, et les polluants+poussières (300 tonnes par jour en l air). Non à cette écologie à idée courte de Madame l élue plus destructrice que l éconologie globale.

    Répondre
  • Bonjour,
    J’approuve tout à fait le ton et le contenu de cette lettre du Président de la FFA, dans le cas de cette première approche d’élus en principe responsables!
    Cela ne me parait obérer en rien de futures éventuelles réactions moins sereines envers des élus qui continueraient à se conduire comme des « khmers verts »…..
    Un regret cependant : la formule de politesse finale « mes salutations les plus respectueuses » ne s’imposait vraiment pas, elle me parait particulièrement maladroite en l’espèce, à moins que ce soit de l’humour!

    Répondre
  • par bridoux patrick

    C’est une belle réponse avec une proposition concrète à la clé pour mieux connaitre notre monde et notre action pour améliorer la qualité de notre environnement.
    Ne pas oublier aussi que bien des feux de forets (désastres écologiques) sont éteints avec des moyens aériens lourds et que malheureusement des pilotes perdent la vie pour préserver notre existence.

    Répondre
  • par Jean-Pierre BOURGEOIS

    C’est attacher beaucoup trop d’importance pour ce qui n’est qu’ un pet de lapin, se faisant on fait connaitre encore plus une personne totalement indigne de la cause même qu’elle représente, car sur le fond, les causes défendues par l’écologie sont justes, mais défendues par une bande d’abrutis de crétins et d’ignares qui se tirent une balle dans le pied.

    Répondre
    • Justement, maintenant elle est connue pour cela, ayant au passage bien cramé son capital crédibilité…
      « il ne faut pas que les enfants rêvent » : voilà qui fait super dans le CV d’une politique visant carrière…

      Répondre
  • La maire de Poitiers et présidente de sa com-com devrait se renseigner sur les projets d’aéronefs « écolo-bio » que son territoire a dans ses cartons. Elle devrait même les encourager.

    Répondre
  • par Pierre-Henri LOPEZ

    Merci Jean-Luc pour cette proposition constructive ! En effet la vision d’une écologie punitive et destructrice de rêve n’est certainement pas de nature à faire des adeptes. Il faut espérer que le maire de Poitiers tiendra compte de ton offre de participer d’une manière réellement efficace à la mise en place de solutions écologiques possibles aujourd’hui.
    Participer au financement d’un aéronef électrique pour l’aéroclub de Poitiers. Voilà une action d’écologique positive !

    Répondre
  • par EBERHARD Bertrand

    Rien ne sert de polémiquer, il faut argumenter point par point! Et s’étonner que la maire de Poitiers ne remette par en cause la pollution du transport aérien mais l’aviation elle-même, alors qu’on parle ici de « petits coucous » dont les émissions sont, au plan climatique, « epsilonesques ». Quelle activité, même plus polluante, aurait pu ainsi être clouée au pilori? Imagine-t-on un élu, même écolo, déclarer que « la marine ne doit plus faire partie des rêves d’enfants » ou les nouvelles technologie, ou l’élevage, etc (liste non exhaustive), preuve s’il en est du caractère de bouc émissaire de notre activité.
    Pas la peine néanmoins d’être encore plus caricatural que nos détracteurs comme Frédéric BENADIA dans son podcast d’hier sur Aérocontact qui compare la Maire de Poitiers aux maoïstes qui rééduquaient les enfants alors que dans son esprit il est évidemment question d’exemplarité et non de contrainte!

    Répondre
  • Bonjour – l’électrique, très bien, bravo. Et le reste ? L’argumentaire, une fois de plus, me semble incomplet. Comme si l’on avait honte du présent. Dans cette triste affaire qui fait beaucoup d’honneur à Madame la Maire, la question ne me semble pas tant être celle des subventions pictaviennes que celle des plateformes et du patrimoine actuels, respectueux de l’environnement quoi qu’on en dise, et dont on a besoin pour bâtir l’avenir. Mais l’électrique, bravo. Demain, ou après-demain … en fonction des fondations qui auront subsisté.

    Répondre
  • Difficile de se positionner sur ce sujet. La position de cette élue écolo est abrupte, mais, étant moi-même pilote, je constate qu’il est illusoire de penser que tout continuera comme avant et que la fée électricité résoudra tous les problèmes.

    Répondre
  • Bel esprit d’ouverture, et d’apaisement, de la part du Président de la FFA. Avant lui, un certain Neville CHAMBERLAIN a essayé, en 1938, cette méthode. Il n’y a pas d’alternative avec les idéologues…malheureusement.

    Répondre
  • par PHILIPPE BOUTIN

    Et l’ELIXIR sur la trajectoire des avancées pour une aviation encore plus respectueuse de l’environnement !!! Et c’est à La Rochelle !!!

    Répondre
  • Mr Charron, nous avons face à nous des activistes aveuglés à l’ouvrage, et nous ne sommes pas seuls à être mis sur la sellette.
    Je vous invite à revenir sur la fermeture de Sallanches en partageant ce que déploient les communes pour créer un simple ouvrage dans le voisinage, qui résout entre autre, des questions de sécurité…
    Elles font sans doute face aux mêmes qui ont activement contribué à fermer LFHZ.
    Pour se donner un avant goût des confrontations auxquelles nous allons assurément faire face, les arguments utilisés pour contrer ces détracteurs péremptoires, totalement déconnectés du sujet.
    Un des 4 volets, moteur : https://www.youtube.com/watch?v=DCDBefpxLIQ&list=PLLAhrkaw3W3wP6IbnTrVrhiOFLe7NDb8r&index=4

    Répondre
  • Une remarque: le vol est un mythe presque aussi vieux que l’humanité . Dédale, Icare ont personnifié ce mythe et il a fallu attendre plus de 2000 ans pour qu’il devienne une réalité. L’écologie qui est proposée avec une telle vision est réductrice ; elle ne fait rêver personne . Est ce le but ?

    Répondre
  • Mr Charron ok mais avec une telle base d aéroclubs vous auriez été mieux inspiré d attendre un avion électrique de construction nationale mais cela aurait demander un peu plus de temps et un partenariat client/ industrie que la FFA n a à l évidence pas mis dans ses priorités alors faisons travailler les slovènes et les allemands ( moteur électrique).

    Répondre
    • par Pilotaillon, vivant et réaliste

      Bravo les visionnaires aux commandes !
      « Trop parler fait rire tandis que bien faire fait taire » (Célèbre marin expérimenté)
      Encore faut-il croire en la formule électrique, ce qui, dans ces colonnes en tous cas, est loin d’emporter tous les suffrages.
      L’hésitation ou l’hostilité font perdre des parties en matière de développement économiques. Cela ne pardonne pas, car un mauvais choix se paie longtemps, parce que le savoir est long a acquérir…
      Même si les Européens Allemands et Slovènes sont en tête aujourd’hui, heureusement plusieurs équipes françaises n’ont pas tenu comptes des Cassandre pour continuer.
      Encore une fois le « si nous avions su » revient au galop : ce n’est pas faute d’avoir vu passer des alertes, toujours ici, dans ces colonnes !

      Répondre
    • @Mikeul
      La critique est aisée, mais l’art est difficile.
      Faisons en la circonstance preuve de solidarité au lieu de tirer à hue et à dia.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.