Accueil » Montée en puissance des ULM électriques au MULM 2022 à Blois

Montée en puissance des ULM électriques au MULM 2022 à Blois

Le Dracula 140, ULM électrique du constructeur roumain AVI Aircraft, avec aux commandes le CEO Radu Berceanu en présentation au MULM 2022 à Blois. © Jérôme Bonnard / Aerobuzz.fr

La 41èm édition du salon de l’ULM s’est tenue sur l’aérodrome de Blois Le Breuil (côté champs) du 2 au 4 septembre 2022. Parmi les quelques 120 exposants, plusieurs constructeurs ont présenté pour la première fois au public et certains en vol, des ULM pendulaires et trois-axes à propulsion électrique.

A Blois, le temps orageux et pluvieux n’aura pas empêché de très belles présentations de machines en vol pour le 41ème salon de l’ULM, rebaptisé Mondial de l’ULM (MULM) par la Fédération Française d’ULM qui a repris son organisation en 2021.

Au programme, les différentes classes d’ULM (il y en a 6 au total) ont assuré le spectacle dont une impressionnante démonstration en patrouille de l’équipe de France de paramoteurs ou encore une superbe chorégraphie poétique d’un pendulaire et son ruban rouge long de 500 mètres accroché à l’arrière…

Professionnels, pilotes, et autres passionnés ont pu aussi découvrir la première présentation (très silencieuse) en vol du e-Pixel, un pendulaire électrique développé par Air Création (parrain du MULM 2022 à l’occasion de ses 40 ans). Aerobuzz.fr a pu faire le tour de la machine avec Philibert Le Bihan (CEO alternant de l’entreprise), « une machine quasiment aboutie mais qui nécessite encore quelques mois de développement ». Le tube et toile monoplace est équipé d’un moteur Geiger (Allemagne) d’une puissance de 29Kw soit l’équivalent de 40 cv sur un modèle thermique. « Il sera commercialisé avec un pack de 2, 3 ou 4 batteries. L’autonomie est de 2 heures de vol avec 2 batteries et une recharge de 8 heures pour 80% » précise Philibert Le Bihan…

Première présentation en vol du e-Pixel par Air Création. © Jérôme Bonnard / Aerobuzz.fr

Pour le constructeur, qui pour le moment ne dévoile pas de prix, il s’agit encore d’un marché de niche mais prometteur particulièrement dans le monde de l’aviation ultra légère et de loisir. Il faudra toutefois encore quelques mois, voire années, avant de disposer de batteries plus performantes (en poids et en autonomie) pour envisager un modèle biplace.

Quelques stands plus loin, plus discret (il n’a pas volé), l’ANT-E est un autre pendulaire électrique, construit par l’ukrainien Aeros et visiblement déjà plus avancé commercialement puisqu’une dizaine d’exemplaires seraient déjà produits (dont une livraison en cours aux Etats-Unis). L’ANT-E est lui aussi propulsé par un moteur électrique Geiger (modèle HPD20), avec des performances équivalentes au e-Pixel. Selon le constructeur, il peut atteindre une puissance max de 32 Kw et permet une vitesse ascensionnelle de 7 m/s pour une autonomie de presque 1 heure soit en moyenne trois fois moins qu’un pendulaire à moteur thermique classique. Il peut emporter en revanche jusqu’à 3 batteries et le temps de charge annoncé est de 4 heures.

L’ANT-E, pendulaire électrique présenté par Aeros (Ukraine), attise les curiosités… © Jérôme Bonnard / Aerobuzz.fr

Le constructeur roumain AVI Aircraft, est de son côté revenu cette année avec une version améliorée de son monoplace e-Swan 120, un ULM à ailes hautes de classe multiaxe (la classe ULM qui se rapproche le plus de l’avion) déjà vendu à 32 exemplaires à travers le monde et présenté pour la première fois en 2017 à Friedrichshafen. « Il vole maintenant 1 heure soit 15 mn de plus que l’an passé avec de meilleures batteries et un moteur plus performant jusqu’à 35Kw de puissance en pic ! », précise son pilote Radu Berceanu.

Le roumain e-Swan E version 2 est toujours aussi populaire ! © Jérôme Bonnard / Aerobuzz.fr

Mais la plus grande fierté du Président d’AVI Aircraft, c’est son tout nouveau monoplace à propulsion électrique, le Dracula 140, dont la commercialisation débute. D’une longueur de 4,87 mètres pour une envergure de 6,86 mètres, l’appareil présenté tous les jours en vol à Blois est entièrement composé de carbone et de kevlar et il est doté d’un moteur électrique de 18 Kw permettant à l’appareil d’atteindre une vitesse maximale (VNE) de 170 km/h, et une masse à vide de 140 kilos, batteries comprises. Selon le constructeur, son temps de vol peut aller jusqu’à 1h20 (en tenant compte d’une réserve de sécurité de charge à 25%). Concernant le temps de charge des 4 batteries qui composent le Dracula, il est estimé à environ 4 heures pour passer de 25 % à 100 % de charge.

Pénalisés pour le moment par le prix et l’autonomie, les ULM électriques pourraient toutefois bientôt bousculer le marché du thermique. L’an prochain, le constructeur Phenix Air Corp promet même de dévoiler un ULM Hydro électrique, le E-EVOL MD10, à suivre donc…

Jérôme Bonnard

Jérôme Bonnard

Journaliste polyvalent, à la fois rédacteur et vidéaste, Jérôme a couvert tous types d'actualités en France comme à l'étranger et a été co-finaliste du Prix Albert Londres en 2012 pour sa couverture du conflit Libyen. Il est surtout passionné par tout ce qui vole depuis son plus jeune âge et pilote sur ULM 3 axes. Il écrit pour Aerobuzz.fr depuis 2018 et consacre la plus grande partie de ses activités au monde aéronautique en réalisant aussi des films.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.