Accueil » Patrick Paris : « J’ai une belle équipe ! »

Patrick Paris : « J’ai une belle équipe ! »
premium
libre

L’entraîneur national de l’équipe de France de voltige aérienne a accepté de passer en revue les 10 pilotes de l’équipe qui défendront les couleurs françaises au mondial, en août 2019 à Châteauroux. Pour Patrick Paris, le championnat de France 2019 qui se déroule du 1er au 6 juillet à Ambérieu est une aubaine : il est l’occasion de mesurer le potentiel de chacun en situation de compétition à sept semaines des WAC 2019.

2.07.2019

© EVAA L. Lebaron.

Pour Patrick Paris, le championnat de France 2019 qui réunit 18 pilotes Elite, est un moyen de valider l’entrainement effectué jusque-là par les pilotes sélectionnés. En parallèle des stages équipes de France, la plupart des sélectionnés s’entrainent avec des entraineurs privés. Beaucoup suivent également une préparation physique et pour certains, une préparation mentale. Patrick Paris est confiant : « le niveau des pilotes est élevé. Les meilleurs tirent les autres vers le haut. »

D’avril jusqu’au championnat de France, début juillet à Ambérieu-en-Bugey, l’équipe de France a bénéficié de trois stages d’entrainement d’une semaine chacun, les deux premiers à Châteauroux, et le troisième à Saintes. Après le championnat de France et avant le mondial, deux semaines et demie de stages sont encore prévues, à Châteauroux et à Bourges, avant de retourner à Châteauroux, pour les entrainements officiels sur le site de la compétition.

Pour la FFA l’objectif WAC 2019 est autant sportif que populaire

La Fédération française aéronautique a attribué à l’équipe de France les moyens matériels de réussir son championnat du monde. La sélection a été faite très tôt dans la saison pour permettre aux dix pilotes retenus et aux deux ouvreurs de s’entrainer à fond.

En fait, sept pilotes, incontestables titulaires, avaient déjà été sélectionnés sur le papier au vu de leur palmarès et de leur expérience au plus haut niveau. Il s’agit de Mikaël Brageot, Alexandre Leboulanger, Aude Lemordant, Thomas Libaud, Olivier Masurel, Alexandre Orlowski et Louis Vanel. Une mini compétition a été organisée en tout début de saison pour compléter la sélection. Ils étaient neuf à pouvoir prétendre à briguer une des trois dernières places. Trois pilotes, dont une féminine, ont été retenus : Bénédicte Blanchard, Victor Lalloue et Florent Oddon. Les deux ouvreurs ont également été choisis à Saintes, à cette occasion : Romain Fhal et Loïc Lovicourt.

Le grand retour de Aude Lemordant

Chez les féminines, Aude Lemordant fait évidemment figure de favorite. Non seulement parce qu’elle est la championne du monde en titre et qu’elle vise la passe de trois, mais surtout parce qu’elle a enfin réussi à se débarrasser de ses problèmes de santé qui l’ont handicapée les saisons dernières. Patrick Paris retrouve la championne qu’il entrainait en privé, quand elle volait sous les couleurs de Breitling. « Aude revient à un super niveau. Elle a débuté son entrainement tôt dans la saison, avec plusieurs entraineurs différents. Elle a suivi une préparation physique dans l’hiver ainsi qu’une préparation mentale ».

Bénédicte Blanchard, l’autre féminine, malgré un emploi du temps plus chargée (comme Aude elle est pilote chez Air France sur long courrier), suit un entraînement intense. La sociétaire de Dijon Voltige bénéficie des conseils de Christine Genin et de Louis Vanel. « Bénédicte a été contrainte de décaler son début de saison à la suite d’une blessure au genou ».

Orlowski plus fort saison après saison

Chez les hommes, Alexandre Orlowski n’en finit pas d’impressionner l’entraineur de l’équipe de France par son organisation sans faille. Celui que tout le monde appelle Popov, a pris le commandement de l’Equipe de voltige de l’armée de l’air (EVAA) cet hiver. « Je craignais que son nouveau statut ne l’absorbe trop. Il n’en est rien. », reconnaît Patrick Paris qui le voit progresser ,que ce soit en stage équipe de France ou en stage EVAA à Salon-de-Provence. « Cette année, il peut faire des médailles. En 2017, il a fait un zéro qui lui a valu le titre. Il a appris de ses expériences passées ».

Cinq français potentiellement champion du monde

Pour Patrick Paris, Popov n’est pas le seul à pouvoir prétendre à être champion du monde. Il en voit cinq potentiellement sur la plus haute marche. Mikaël Brageot est de ceux-là, d’autant que l’allègement du calendrier du championnat Red Bull Air Race lui laisse plus de temps à consacrer à la voltige. « Il avait du mal à tout gérer. Nous avons fait beaucoup de stages ensemble. La voltige reprend le dessus ».

Autre prétendant au titre, Olivier Masurel doit jongler avec son emploi du temps d’instructeur dans une école de pilotage. Son métier ne lui permet pas d’organiser autant de stages complémentaires qu’il le souhaiterait. « C’est un ancien, il possède une solide expérience de la compétition internationale. Même avec moins d’entrainement, il peut tirer son épingle du jeu », assure Patrick Paris.

Alexandre Leboulanger est dans le même cas de figure. « Il ne vole pratiquement jamais en dehors de stages équipe de France, mais il possède une capacité remarquable à analyser ses vols qui compense. Du point de vue physique il est également moins préparé que les autres, mais il sait gérer son physique sur la durée en se ménageant des plages de récupération ». Leboulanger fait aussi partie des favoris du coach français. Tout comme Louis Vanel.

« Louis possède un super niveau », remarque Patrick Paris qui l’entraine en même temps que Mikaël Brageot, lors de stages privés. « Il a été champion de France en 2017. La même année, au championnat du monde, il a fait un zéro qui l’a privé de ses chances. Il possède un gros potentiel ».

Les outsiders français

Thomas Libaud est encore un cran en dessous du niveau des cinq précédents. Il fait partie des jeunes pousses. « Il a brillé au championnat de France 2018 et a fait un super championnat d’Europe » affirme l’entraineur national. Pour sa première compétition internationale en Unlimited, il est en effet entré dans le top 10.

Victor Lalloue de l’EVAA a également fait ses débuts internationaux en 2018 à l’occasion des championnats d’Europe, mais en tant qu’ouvreur. Il concourt pour la première fois en 2019. « Il possède un très bon potentiel. Il peut faire des vols d’exception. Sur la durée des quatre programmes, il doit apprendre à gérer ». Pour Patrick Paris, Victor Lalloue est un outsider au même titre que Florent Oddon, son collègue de l’EVAA, autre nouveau dans l’équipe de France. « Il a une très grande résistance physique qui l’avantage. Il a un style dynamique. Il est capable de faire de longs vols et d’enchainer un nombre incalculable de déclenchés, toujours à un très bon niveau ».

Revue de détail sur la base d’Amébrieu-en-Bugey

Avant le mondial d’août prochain, le championnat de France se présente pour l’entraineur national comme une revue de détail idéale. Compte tenu des forces en présence, avec un nombre élevé de postulants au titre suprême, la compétition s’annonce relevée. « Le championnat de France donne une idée du potentiel des pilotes en situation de compétition. Il y a ce que je vois en stage et ce que certains peuvent reproduire en compétition sous l’effet d’un stress. Techniquement, ils sont là ! »

Patrick Paris reconnaît qu’il a de la « chance d’avoir une belle équipe ». En face, évidemment, aucune équipe n’est capable de réunir autant de pilotes de ce niveau. En revanche, il faudra se méfier de quelques individualités, au premier rang desquels figurent évidemment l’espagnol Castor Fantoba, le tchèque Martin Sonka, le britannique Gerald Cooper et bien sûr l’inoxydable Mikhail Mamistov. Malgré son palmarès exceptionnel, la motivation du russe et son appétit de titres ne faiblissent pas. Patrick Paris admire sa finesse de pilotage. Même si au sein de l’équipe de Russie il peut se sentir isolé, ses coéquipiers n’étant pas au niveau, il possède toujours un super niveau, et un super potentiel.

Les championnats du monde 2019 s’annoncent passionnants. Rendez-vous le jeudi 22 août 2019, à Châteauroux pour 10 jours de folie.

Gil Roy

 

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.