Accueil » Aviation Générale » La sécurité des vols menacée par la 5G

La sécurité des vols menacée par la 5G

Le fonctionnement des radio-altimètres, utilisés entre autres par l'aviation commerciale et les hélicoptères, pourrait être impacté par l'élargissement de la bande de fréquences allouées à la 5G aux États-Unis. © Garmin

L'arrivée de la 5G, considérée comme une révolution en termes de transmission de données, représente toutefois une réelle menace aux États-Unis. De nouvelles fréquences attribuées à la 5G pourraient entrer en conflit direct avec celles utilisées depuis 50 ans par les radio-altimètres et compromettre ainsi la sécurité des vols évoluant en IFR notamment.

La 5G représente l’opportunité de développer les offres de services en transmettant de larges quantités de données de manière quasi instantanée. L’aérien devrait également en profiter, depuis l’aviation commerciale jusqu’à l’aviation légère au travers d’applications améliorant la sécurité, en complément par exemple de l’ADS-B.

Malgré les avancées notoires que la 5G apporte en termes de connectivité et de débit, un groupement d’industriels et d’associations, dont l’IATA, la GAMA, Airbus, Garmin et Honeywell, s’est formé pour exhorter la Commission fédérale des communications...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

2 commentaires

array(3) { [0]=> int(2) [1]=> int(4474) [2]=> int(1270) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Il semble donc que le problème soit lié, pour partie, à la sélectivité des recepteurs des radio sondes, utilisés dans la chaîne avionique du PA/DV. Ces équipements anciens, 50 ans, ont été élaborés avec des contraintes de sélectivité moins importantes que nécessaire de nos jours où l’embouteillage des bandes hertziennes devient critique. Pour les radio sondes, il faut donc des normes adaptées plus sévères et des puissances de rayonnement des antennes 5G raisonnables. On va y arriver … Au fait, il y en a trois par avion, une pour chaque chaîne PA/DV !

    Répondre
  • Ce qui est fou, c’est que cette information relativement importante, a été passablement ignorée par les médias.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(3) { [0]=> int(2) [1]=> int(4474) [2]=> int(1270) } array(0) { }

array(3) { [0]=> int(2) [1]=> int(4474) [2]=> int(1270) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.