Accueil » SMA a franchi le point d’attente

SMA a franchi le point d’attente

L'unique C182 à moteur diesel SMA SR305-230E sur le tarmac de Friedrichshafen

L'unique C182 à moteur diesel SMA SR305-230E sur le tarmac de Friedrichshafen. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

SMA vient de décrocher la certification de son moteur diesel de 230 ch (SR305-230E) sur le C182 de Cessna. Dans l’attente du décollage de ce marché de remotorisation, la filiale du groupe Safran poursuit ses recherches vers des puissances supérieures et regarde du côté des motorisations hybrides.

Il avait pourtant juré qu’on ne l’y reprendrait plus, que ce n’était pas son métier. SMA a fini par craquer. A force de ne rien voir venir du côté de Wichita, le motoriste français a déposé à l’EASA un dossier de certification complémentaire de la dernière version de son moteur diesel SR305-230E avionné sur le C182 de Cessna.

Il y a un an, Cessna a annoncé qu’il jetait l’éponge devant l’incapacité de la FAA à certifier son avion avec le moteur...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

2 commentaires

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par PRADUROUX Walter

    SMA a franchi le point d’attente
    Notre aéro-club de Montpellier avait fait le choix d’acheter, il y a maintenant plus de six ans, un 182P avec un SMA, coût de l’opération 200 000€, après quelques maladies de jeunesse pensions nous, un gros problème est survenu avec une fuite d’huile du carter au niveau du palier de l’hélice, cette huile coulant ensuite sur l’échappement en dessous. SMA a été contacté et a préconisé de mettre une pâte à joint pour colmater cette fuite. Notre mécanicien n’ a pas jugé cette préconisation adaptée au problème qui pouvait mettre le feu dans le compartiment moteur. SMA de nouveau contacté pour trouver une solution à fait la sourde oreille. L’appareil est immobilisé depuis quatre ans. Un procès s’ensuivi avec un rapport d’expert conséquent, résultat la SMA a été condamnée le jugement est en appel. L’expert a démontré la faiblesse, voire les défauts de ce moteur sur plusieurs points. Le nouveau SMA dont la pub fait état a été considérablement renforcé par une augmentation conséquente de l’épaisseur du carter au niveau de l’origine de notre problème. Nous considérons avoir été les cobayes de SMA et de son moteur.

    Répondre
  • SMA a franchi le point d’attente
    « Il y a un an, Cessna a annoncé qu’il jetait l’éponge devant l’incapacité de la FAA à certifier son avion avec le moteur diesel français »….. hum… c’est une vision très particulière et partielle de la réalité de ce qui s’est passé… D’ailleurs, en lisant bien entre les lignes d’un article d’Aerobuzz de 2014 (http://www.aerobuzz.fr/aviation-generale/article/que-devient-le-programme-turbo) on comprenait déjà bien quel était l’origine du mal…. Elle a bon dos la FAA…..
    Gil, j’apprécie beaucoup vos articles, mais pour ce qui concerne celui-ci, c’est dommage que vous n’ayez pas cherché à répondre aux questions suivantes :
    – Si ce moteur est si « fabuleux »…. depuis le temps, pourquoi ne se vend-il pas comme des petits pains..?
    – Quand on regarde la liste des problèmes rencontrés au cours de cette tentative d’intégration du SMA sur le 182, peut-on vraiment affirmer que tout est de la faute de la FAA…?
    – Est-on certain que SMA a tout fait pour résoudre ces problèmes ?
    – Est-ce qu’on peut imaginer que Cessna se soit séparé de SMA pour les mêmes raisons que pour le Silvercrest de Snecma ?
    – Peut-on imaginer que l’échec du SMA sur le Cessna 182, ait la même origine que l’échec de la tentative de le monter sur le TB20 de Socata (même cause…même effet ?)
    On est donc impatient d’en savoir plus….
    Bonne journée

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.