Accueil » Tecnam lève un coin du voile sur le P Jet

Tecnam lève un coin du voile sur le P Jet

Tecnam travaille depuis mai 2015 à l’étude de faisabilité d’un avion léger d’entrainement militaire. Le programme « P Jet » pourrait être lancé en 2016.

23.07.2015

Tecnam a confirmé à Oshkosh que le projet d’avion d’entrainement militaire dont il a dévoilé une image un peu plus tôt dans le mois a été lancé en réponse à une demande de deux organismes militaires dont la nationalité n’a pas été révélée. Le concept de ce biplace est en fait à l’étude depuis mai 2015. A ce stade, le constructeur italien est arrivé à la conclusion que son avion devrait être un monoréacteur. Le choix de positionner le réacteur de...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

3 commentaires

  • andre

    Tecnam lève un coin du voile sur le P Jet
    C’est un Heinkel 162 modernisé en fait.Ils avaient déjà tout inventé les allemands.

  • Lou Ravi

    Tecnam lève un coin du voile sur le P Jet
    Dès que c’est un peu sympa c’est forcément « militaire ». Circulez y’a rien à voir! Ce type d’appareil, à l’instar également du PC12 Suisse ou du Super Tucano, pourrait très bien séduire quelques happy few fortunés qui ne s’amusent plus sur Piper ou Cessna.

  • bernardbacquie
    Bernard Bacquié

    Tecnam lève un coin du voile sur le P Jet
    Vous lui mettez un empennage papillon, et ça ressemble au proto du Fouga, le Sylphe. Par contre, en plan, c’est tout à fait un Paris.
    Alors, mais que font les bureaux d’études de Dassault et d’Airbus devant la vétusté des Alphajet. Ils dorment sur leurs lauriers… qui se flétrissent avec le temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.