Accueil » Uber vend son activité taxi volants à Joby

Uber vend son activité taxi volants à Joby

Avec son futur eVTOL, Joby Aviation promet d’emmener 4 passagers sur 240 km et annonce une nouvelle levée de fonds.© Joby Aviation

En octobre 2016, Uber se lançait dans les taxis volants urbains avec Uber Elevate. Un livre blanc allait constituer le fil guide d’une future activité. Cette division vient d’être vendue par Uber pour plusieurs centaines de millions de dollars, à Joby Aviation, la startup soutenue par Toyota et Intel, qui annonce l’entrée en service d’un taxi volant dès 2023.

Pour Uber Elevate, il ne s’agissait ni de construire des véhicules, ni de gérer directement des flottes (ce que la presse mis du temps à comprendre) mais de dupliquer le modèle d’une application sur smartphone qui mettrait en relation pilotes et passagers.  A l’image de l’application taxi « roulants ».

Mais pour aider à la naissance de cette nouvelle activité, la concevoir des nouveaux véhicules n’est pas suffisante, il faut rendre possible le déploiement de ce nouveau business.

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

4 commentaires

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(1270) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • On voit mieux de quoi il s’agit : ils ne savent pas quoi faire de leur argent.

    Répondre
    • Uber en 2019 : 14 milliards de Chiffre d’affaires et 8,6 milliards de pertes, ils n’étaient pourtant pas à une danseuse près.
      Gérer une entreprise en bon père de famille, en sortant 5% de résultat positif net à la fin de l’année ce doit être d’une monotonie affligeante dans leur échelle des valeurs.

      Répondre
      • par Pilotaillon, recrue deuxième classe

        Sauf que cette approche du développement fait définitivement partie de l’ancien monde…
        Ce n’est pas un soudain changement des règles de comptabilité ou financières dont nous parlons… On n’entre simplement plus (on ne crée une nouvelle activité) par le même chemin.
        Le web – et surtout ce que l’utilisateur consommateur en fait – a radicalement modifié la donne. Les stratégies sont désormais orientées par la qualité et et quantité des donnée et les moyens d’analyse.
        Via une infrastructure identique, le digital offre les moyens de communication (CRM + retours d’usages) et d’analyse des usages (data mining, big data, IA, etc…), c’est à dire une connaissance extrêmement fine des besoins des marchés.
        Ceux qui exploitent ces bases connaissent avant les concurrents moins équipés, les orientation des attentes de consommation et donc la nature de l’investissement le plus judicieux à réaliser pour rester (orienter ?) dans le marché.
        Tous les financiers ont bien compris que la qualité d’une entreprise réside avant tout dans la capture des données => la capacité à se positionner d’une manière pérenne sur des produits ou services attendus, et donc monétisables.
        Ce n’est plus l’argent disponible le critère mais la capacité à en générer de la valeur dans la durée qui prévaut. (au revoir les 5% de papa)
        Un indice : si c’est gratuit, c’est donc que vous êtes le produit !
        Continuez à parler, vous fâcher parfois, même si on n’épluchera jamais vos tickets de caisse (Aboutgoods ?) la caravane du digital sait quoi faire. :o)
        Pardonnez-moi, je m’égare : c’est quoi le nom du prochain PAN ?

        Répondre
  • 6 moteurs pivotants ! Déjà 2 c’est un sacré challenge technologique…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(1270) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(1270) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.