Accueil » Aéro Biodiversité crée le label aerobio pour les aéroports

Aéro Biodiversité crée le label aerobio pour les aéroports

En 2021, Aéro Biodiversité travaille sur 37 plateformes aéroportuaires, contre 20 en 2020, et l'association a noué des partenariats avec l’UAF&FA, la FFA et la FFPLUM. © Aéro Biodiversité

Aéro Biodiversité s'attache à recenser et faire connaître la biodiversité présente sur les aérodromes et aéroports partenaires. En créant le label "aerobio" l'association souhaite donner une preuve tangible et concrète des actions de protection de l’environnement développées par les plateformes aéroportuaires françaises.

Depuis plus de 7 ans, Aéro Biodiversité s’engage auprès de ses aéroports et aérodromes partenaires, à évaluer, accroître et faire connaître la biodiversité présentes sur leurs sites.

La démarche de l’association, unique en son genre, repose sur des protocoles de science participative, validés par un comité scientifique issu du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), en collaboration étroite avec la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC).

Depuis sa création, plus de 33.000 données ont ainsi été répertoriées sur les plateformes partenaires réparties sur...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

2 commentaires

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Ben, sur mon AD, la « collaboration étroite « avec la DGAC consiste surtout à se faire pourrir par de jeunes crétins fraichement diplômés d’écoles d’ingénieur au rabais si la piste n’est pas tondue à ras même en plein confinement et si une cabane de jardin est placée entre deux hangars (obstruction au passage d’un véhicule incendie… même si, avec moins de 2 m, aucun véhicule pompier ne passera jamais par là !)
    Une génération de fonctionnaire avec qui on pouvait discuter part en retraite, ceux qui les remplacent ne connaissent que l’application pure et dure de la réglementation.
    Après, si elle évolue, on peut peut-être espérer, mais qui est juge et partie ?

    Répondre
  • par Pilotaillon écolo

    Qu’en penser ? A première lecture, c’est une bonne initiative mais jusqu’où peut-on séparer ce qui relève de l’argument marketing de la réalité de terrain.
    Aussi je dis vivement que l’on calcul les empreinte écologiques – au sens large – entre les différents mode de transport collectifs.
    Je ne suis sans doute pas allé assez loin dans mes recherches… Je n’ai jamais lu d’argument faisant état de l’impact des lignes de chemin de fer coupant les corridors écologiques par exemple.
    Quel que soit le moyen, tous ont un impact, mais une chose est sûre : nous aurons toujours besoin de nous déplacer, sur différentes distances…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.