Accueil » Un avion léger percute une éolienne en Allemagne

Un avion léger percute une éolienne en Allemagne

Le 2 février vers 12h40, un monomoteur biplace DA20 Katana est entré en collision avec une éolienne, dans le nord de l’Allemagne. Le pilote a été tué.

3.02.2017

Sur la carte d'approche à vue de l'aérodrome de Melle-Grönegau (nord de l'Allemagne), des éoliennes sont repérées. © Aerobuzz.fr

Il s’agit du premier accident mortel impliquant une éolienne, répertorié en Allemagne. Il s’est produit sur la commune de Melle, près d’Osnabrück, à la frontière de la Basse-Saxe et de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, dans le nord de l’Allemagne. Les conditions météorologiques étaient bonnes et la visibilité apparemment correcte.

L’accident s’est produit à proximité de l’aérodrome de Melle-Grönegau sur lequel le pilote âgé d’une quarantaine d’années était membre de l’aéro-club local. Le biplace a percuté le pylône qui fait office de mât à une hauteur de 40 m au-dessus du sol. L’épave est restée enchevêtrée dans la structure métallique. Le pilote, seul à bord, a été tué.

31 commentaires

  • Aline

    Un danger potentiel peu connu est que les éoliennes sont de grandes hélices qui génèrent des turbulences de sillage de grande amplitude similaires à celles des avions.
    Voir l’image suivante : http://www.nrel.gov/news/features/images/20120920_wind_pix00000a_large.jpg
    Donc prudence en volant à proximité…

  • patrouille
    Adam Shaw

    Je confirme que le paysage Allemand, a l’est du Luxembourg est truffé de ces pièges qui sont, parfois, très près des TDP. Volant en tout légalité, par plafond bas et pluie, en Espace « E, » elle peuvent , effectivement, vous « sauter a la geule. »

  • Raoul Volfoni

    Pour ceux qui pratiquent (a bon escient ou non) le vol en dessous des 150m/sol, des obstacles bien plus dangereux que les éoliennes sont à prendre en compte, il s’agit des mats de mesure de vents que les opérateurs installent durant quelques mois avant les éoliennes dans le but de valider le niveau de vent réel sur le site concerné. Presque aussi hauts qu’une éolienne, très fins, de couleur grise et largement haubanés par des câbles quasi invisibles ils représentent un réel danger. Souvent mentionnés via notam, ce n’est semble il pas systématique car j’ai eu l’occasion d’en croiser quelques uns de façon inattendue y compris à proximité immédiate d’une piste ulm,

  • lotser68

    Quels que soient les raisons, suivis des inévitables commentaires et jugements de ceux qui ne commettent jamais d’erreurs (et là je parle seulement de ceux qui volent …..encore) ce n’est pas le 1er et pas le dernier à qui ça va arriver.; Mais je remarque en commissions quand même que les constructeurs d’éoliennes (et ce sont de sacrés lobbyistes) s’affranchissent allégrement de la hauteur sol de construction pour laquelle ils sont autorisés…Quand on leur dit aprés, ils nous gratifient d’un joli bras d’honneur. Savez vous aussi pour les plus écolos, qu’ils sont autorisés à mettre un bloc de béton de 10mx10m de profondeur dans le sol , mais qu’en cas d’arrét d’activité de l’éolienne, on ne leur demande d’enlever que 3m sous la surface… CA c’est de l’écologie!!!

    • biniou

      A lotser68,
      Deux graves imprécisions qui nécessitent une réponse. Si vous avez une éolienne construite qui ne respecte pas l’autorisation et le permis de construire, notamment par une hauteur non conforme, vous pouvez attaquer pour la faire démonter. A 2 millions l’éolienne, je ne suis pas certain que les constructeurs prennent le risque.
      Ensuite, les fondations ne font pas 10 m de profondeur mais entre 3 et 5 selon les sols et les machines. Le béton est inerte dans le sol, pas comme les déchets nucléaires.

      • Madmax

        Lorsque l’on met 60 toupies au pied de certaines éoliennes et la ferraille qui va avec, comment peut-on prétendre être honnête. Pour ce qui est du nucléaire, encore un qui met de façon irréfléchie l’éolien face au nucléaire sachant que l’éolien ne produit rien, ne pourra jamais remplacer le nucléaire et crée des désagréments aux riverains, il faut se renseigner avant de faire quelconque commentaire. J’espère pour vous biniou que dans votre monde merveilleux des bisounours, il ne viendra jamais pousser un parc de moulins à fric.

      • Mondy

        Les déchets nucléaires enfermés depuis des décennies dans des sols stables et dans des containers spéciaux n ont jamais créé un seul souci alors que pour la seule exploitation du charbon la Chine reconnaît 1000 morts par an. ..

      • Martin

        Hélas pas en France ou des règlements pris par ordonnance autorisent qu’on les laisse !

    • I comme ICARE

      FAUX ils n’ont aucune obligation.
      Et le bail de location terrain avec le loyer qui appâte les propriétaires agricoles ou fonciers n’est prévu que pour transférer justement ce démentellement au propriétaire. Le propriétaire lui ne le considère que comme un loyer de sa terre, mais c’est écrit dans le contrat, il sert de provision au démantellement qui reste sous sa responsabilité.
      Au lieu de constituer un fond commun de démantellement obligatoire et bloqué sous contrôle de l’étât qui délivre les autorisations (çela faisait une recette de plus), abondé par les constructeurs / exploitants (pas forcément les mêmes), c’est au propriétaire qu’incombe cette charge. (Qui plus est c’est nous qui payons additivement à notre facture d’électricité « Contribution au Service Public de l’Electricité (CSPE) »
      A ce propos voir la décision de la cours de cassation La Cour de cassation a reconnu dans un arrêt n°860 du 11 juillet 2012 (11-10.478) la possibilité de demander au propriétaire d’un terrain ayant accueilli une ICPE d’éliminer les déchets appuyé par la décision jurisprudencielle du Conseil d’étât. Pour information le coût d’enlèvement d’une tonne de béton est d’environ de 340€ HT le m3. A moins que l’on considère que le béton enfoui n’est pas une pollution.
      Les jurisprudences administratives et civiles en conformité avec la décision du Conseil Constitutionnel, n° 2011-116 QPC, en date du 8 avril 2011, en vertu de laquelle, il résulte des articles 1 et 2 de la Charte de l’environnement que «chacun est tenu à une obligation de vigilance à l’égard des atteintes à l’environnement qui pourraient résulter de son activité ».
      Ce n’est pas en sa qualité de propriétaire que le propriétaire du terrain pollué par le béton et la ferraille peut se voit imposer l’obligation de remise en état mais en sa qualité de détenteur négligent des déchets présents sur son terrain.

      D’ici quelques années nous aurons des poteaux plantés en haut de crêtes bien visible avec une éolienne non fonctionnelle ou dont on aura démonté le générateur et les pales qui pourriront tranquillement car personne ne les mettra à bas. Quant aux 800 à 2000 tonnes de béton dont au moins 40 tonnes d’acier du pied qui s’en souciera. ce sera les futur blochaus du front atlantique. Bienvenu des écologistes aux générations futures. IRRESPONSABLE TARES…. Et ils se sont plein des pylônes électriques qui dénaturaient le paysage pendant des années…

    • max drogo

      Commentaire sans fondement … comme le bloc de béton !

    • Michel Baguette

      Bonjour,

      Pour ce qui est du lobbying, aller d’abord voir chez les gens du forum nucléaire s’ils sont plus sympathiques et on en reparlera après.
      Quand au bloc de béton dans le sol, je ne vois pas quel est le problème de laisser du béton à une profondeur de 3 mètres ce n’est pas pire que de la roche.
      Rendez-vous à Tihange ou Doel dans quelques siecles, et on verra si il faut creuser 3 mètres dans le sol pour trouver des restes de la centrale.

  • Ph Grisez

    l’éolien est un truc dépassé -déjà- sous cette forme au moins et sur terre ; il ne fonctionne que un quart du temps , donc doit être doublé par du fossile -à démarrage rapide – et surtout ,il n’est pas « concentré » (Mw/Km2) , ce qui limite son volume dans le mix énergétique . Et de plus ,pour l’instant , il n ‘ y a pas de possible stockage du courant produit aux bonnes heures …En prime ,le recyclage sera …problématique (dispersion ,béton , pales en composite …)
    Tout cela fait qu ‘on ne peut pas le mettre n’importe où , il faut éviter les endroits dangereux , aérodromes , lieux touristiques , émetteurs , etc , et donc leur nombre ne sera pas suffisant .
    Alors autant trouver autre chose , solaire ? (polluant ? ), atome nouveau (thorium , surgénération , …), éolien plus solaire domestique ? avec accu …( c’est en route ..)
    Voici je pense les éléments du problème . Pas simple !
    Donc …

    • max drogo

      PH GRISEZ : NON l’éolien n’est pas dépassé mais en constante progression et ce procedé est de plus en plus efficace. Je suis pour le nucléaire mais si celui-ci peut être compensé par des énergies nouvelles (Eolien, Hydrlien ou houlomoteur) j’en serai ravi mais je suis encore ravi que nous envoyons paitre les pseudo écolo.

    • Michel Baguette

      Pour votre information, une éolienne ne fonctionne pas à 25 % du temps, mais elle a un taux de charge d’environ 25 %, c’est très différent.
      En fait, elle tourne de 80 à parfois 100% du temps (oui, oui, 100% est possible), mais par rapport à sa production potentielle optimale si les conditions étaient idéales 24h/24h, son rendement est d’environ 25%.
      Pour info, le nucléaire, c’est 40%, quand elles ne sont pas en panne!!!!
      Mais sans les déchets et les risques d’explosion.
      Et le stockage, il est possible, il se développe et dans quelques années il sera bon marché.
      Et l’éolien est finalement plus souple que le nucléaire qui a besoin de plusieurs jours pour démarrer et qui même éteint, risque encore de nous péter à la gueule.
      Quand au charbon, je n’en parle même pas, il est si développé en Chine car ils ont de tels besoins qu’ils prennent tout ce qu’ils peuvent.
      Chez nous, la transition se fera avec le gaz, c’est un moindre mal.
      Ouvrez votre esprit.

  • dornier JM

    Dornier JM

    Accident tout à fait d’actualité.
    Trois secondes pour lister ses instruments, 27 secondes pour regarder dehors.
    Pilotant un fk 12 en torpédo, combien de fois j’ai salué avec les ailes des aéronefs qui ne m’ont répondu, trop occupés la tête dans leurs instruments. Simple erreur, que le pilote a payé malheureusement bien cher.
    JMD.

  • CR

    Il essayait d’atterrir sur la route ? En panne prop ? Plus de gas en approche finale ?
    Ou alors, il avait sa maison juste en dessous et il tapait le code de son smartphone pour la photo ?

    Parce que sinon, le tour de piste est encore loin, entre 0.5 et 1 nm et 500′ au-dessus de l’obstacle. Donc un pilote qui pilote, avec ses yeux notamment, y peut pas faire ça. Le bout de l’aile à la piste… A 45° du seuil on entame le virage de base, etc etc etc.
    Même en TdP basse hauteur, il aurait été encore plus près du terrain, et encore au-dessus.
    La présentation en provenance d’ailleurs aurait été à 1 500′ au-dessus.
    Je pense que le chef pilote va faire faire à tous les pilotes une révision des procédures d’approche et d’atterrissage sur ce terrain…

    Bon,
    quelle que soit l’origine du drame, c’est bien triste.

  • X

    Si l’éolienne percutée était bien celle qui figure sur la carte, le pilote n’avait rien à faire à cet endroit à cette hauteur, sauf s’il était tombé en panne. A la rigueur par mauvais temps la hauteur était justifiée, mais comme le tour de piste est publié entièrement, il était trop au sud. Quand une voiture rencontre un platane, c’est rarement la faute du platane

  • Arès

    Il a peut-être voulu se faire un petit plaisir, style Mission Impossible..

  • lavidurev

    Le pilote a percuté le mât de l’éolienne on déduit donc qu’ il volait plus bas que la hauteur totale de l’éolienne pâle inclue.

  • Gavelle

    Pour moi, il est aberrant de laisser s’installer ce genre d’ustensile autour d’ un aérodrome….
    Lorsque l’on connait les contraintes règlementaires, parfois absurdes, imposées aux professionnels du domaine aéronautique et que l’on laisse pousser ces obstacles autour l’on peut penser légitimement qu’il y a là un sérieux problème !

  • HC

    Tours de piste à 1300 Ft MSL et éolienne à 763 ft …
    Mauvaise tenue d’altitude et vent arrière trop éloignée ?

    Mettre en cause les éloliennes ne me semble pas justifié !

    • Steve T

      Alors pourquoi mettre des barrières sur certains sites ? On a rarement vu une falaise ou un bâtiment pousser un visiteur dans le vide ou un arbre attaquer une automobi ! Les règles de prudence doivent aussi s’appliquer aux éoliennes.

  • Molin

    Il faisait beau avec un pilote local

    Réfléchissons plus loin.
    Pilote étranger avec du mauvais temps.

    Est il acceptable d’autoriser des oeliennnes si proche d’un tour de piste….?

    jean luc.

  • Michel Trémaud
    Michel TREMAUD

    Aujourd’hui, il n’est pas rare d’avoir un champs d’éoliennes à proximité du tour de piste (comme ici) ; peut-être faudrait-il une identification plus alertante de ceux-ci sur la carte VAC … et dans le texte associé.

    Si mes souvenir sont exacts, les VAC Françaises indiquent sur la carte les obstacles significatifs hors-carte avec leur élévation (QFE/QNH) et leur radiale à partir du terrain.

    Peut-on faire mieux / plus ?

    … Du bon usage du top-marker lors de la préparation du vol !

  • Janick Rey

    Une erreur humaine sans doute!

    • Ardouin

      Sans aucun doute car ce n’est pas l’éolienne qui est venue se jeter sur l’avion

      • vince

        J’ai mis quelques bonnes secondes à les trouver sur la carte les éoliennes..
        Tour de piste à 1300ft, hauteur des éoliennes, 763ft. Ca laisse 500ft d’écart, le minimum syndical je dirais.

        Si l’avion a percuté le mat à 40m de haut, c’est qu’il allait touché le sol juste après.

        Bref, tout ca pour dire, que les éoliennes fleurissent un peu partout. La mise à jour des cartes ne suit pas toujours (il faut parfois plusieurs mois avant la mise à jour officiel) hors l’éolienne est bien là. Sans compter les champs d’éoliennes qui s’étalent sur plusieurs kilométres alors qu’ils sont représentés par une seule icone sur la carte. Il faut ouvrir les yeux.. certes, mais ceux qui disent ca, parfois, n’ont jamais mis les pieds dans un avion autrement que sur un siège passager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.