Accueil » Clap de fin pour Breitling Jet Team en meetings

100

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

Clap de fin pour Breitling Jet Team en meetings

Le Breitling Jet team (BJT) a réalisé sa dernière démonstration à l'étranger, devant le public de Duxford, ce dimanche 22 septembre 2019. Mais il y a déjà une semaine, le 15 septembre, les six L-39 Albatros se sont mis en formation avec les F-5 de la Patrouille Suisse, au Sanicole Airshow, en Belgique.

27.09.2019

Le message est clair : les six pilotes français rendent hommage à leur sponsor, fameux horloger, de nationalité suisse. © François Brévot / Aerobuzz.fr

Dimanche 15 septembre 2019. Aérodrome d’Hechtel-Leopoldsburg, dans le Limbourg belge. Les 40.000 personnes présentes sur le meeting Sanicole, assistent à un final émouvant : les six Aero L-39 Albatros de Breiling, plus six Northop F-5 E Tiger II suisses volent ensemble, en patrouille. Le temps d’un passage, les Albatros s’éloignent et abandonnent le ciel aux suisses qui effectuent alors, leur présentation. Cette image immortalisera la fin de 17 saisons consécutives de démonstrations internationales du BJT, en Europe, en Asie, et aux USA.

Et maintenant ? Breitling demeure le sponsor de l’équipe jusqu’au 31 décembre 2019. D’ici là, la formation devra honorer de nombreux vols de plaisance au profit de VIPs et de personnes qui achèteront leur place en tant que passagers. Mais après le 1er janvier 2020, Jacques Bothelin, manager et leader du Breitling Jet Team prévient : « la formation ne pourrait en aucun cas, continuer à exister sans partenaire, en 2020 », et dans le cas où aucun sponsor ne prendrait la suite, les L-39 seraient naturellement mis en vente, en raison des coûts de maintenance.

François Brévot

10 commentaires

  • Blaser Jean-Pierre

    Merci pour tout

    Lors du meeting de Dijon 2019, j’ai eu l’honneur de pouvoir visiter les ateliers Breitling, sur l’ancienne base aérienne.
    Je tenais à remercier le personnel qui m’a laissé entrer pour visiter et photographier à mon aise. Ce n’est pas souvent que l’on peut faire cela.
    En tant que Suisse, je suis encore plus triste de la disparition de ce sponsor.
    Je vous souhaite « bon vol » en espérant que vous retrouviez rapidement un grand et bon sponsor.
    Très grand merci à toutes l’équipe.
    Bien amicalement.

    Un « p’tit Suisse »

  • Régis Noyé

    Bien d’accord avec Catherine. A quand les patrouilles de drones acrobatiques dont on pourra voir les démonstrations intemporelles sur nos tablettes et téléphones, bien installés dans nos fauteuils en mangeant des popcorns… ? D’ailleurs, cela n’intéressera plus personne… Et pour cause !!
    Mais Bravo Jacques pour ces 17 saisons consécutives de démonstrations, et bonne chance pour trouver un nouveau sponsor qui sera capable de comprendre l’intérêt d’une telle démarche !

  • François Henriot

    « Il vaut donc mieux se payer des heures de vol plutôt qu’une montre »: j’aime bien la phrase de Lucas, comme d’ailleurs les propos des autres commentateurs! Je le reconnais, j’avais payé pour voler, en avril, en place arrière de « Ponpon », avec ces super pilotes souvent admirés par moi depuis la Terre. Formidables souvenirs, très belles rencontres pour le fana que je suis. J’ose encore espérer que J. Bothelin trouvera une solution. Je croise les doigts. Allez Apache!

  • Cabrera

    Oui c’est vraiment dommage. Mais voilà quand on est plus le patron chez soi,on dépends des autres. Donc pour les Chinois, ce type de sponsoring n’est pas leur tasses de thé. C’est vrai que tout ce qui brûle du pétrole n’est plus à la mode. Et les plus jeunes ne s’intéressent plus à l’aéronautique. Plus de service militaire, presque plus de meetings aeriens. On ne vit que dans le virtuel. Quand on pose la question à un jeune: c’est quoi cette avion. Ben, c’est un avion…….Tout est dit.

  • Germain ZAMORA

    Tout est dit dans ces quelques commentaires. Mais je ne peux m’empêcher de rejoindre celui de Catherine Bouroullec. Quel dommage…..
    Espérons que …..

  • Lucas

    Bonjour,
    outre la question de notre passion commune je trouve cette histoire interessante d’un point de vue plus « mercantile ». Pendant des années Bretling était vu comme « la montre des pilotes » avec son logo representant un « B » ailé. Aujourd’hui sous capitaux majoritaires Chinois, avec un nouveau marché à conquérir ou la relation à l’aviation importe peu, la marque arrête son financement des superconstels, DC3, avions de voltige ou de collection divers, de la patrouille et a retiré les ailes du « B ». Les nouveaux vecteurs promotionels sont des stars de cinémas, le surf…. L’image change. Il sera peut être un jour amusant de voir un francais qui aura au poignet sa montre d’aviateur deviser avec un chinois qui aura la montre de Brad Pitt! Il vaut donc mieux se payer des heures de vols plutôt qu’une montre;-)

  • Catherine Bouroullec
    Catherine Bouroullec

    C’est tellement triste, encore un pan majeur de l’aéronautique française qui est en péril. Mais que va-t-il nous rester, ici dans le berceau historique de l’aviation ? Quelques bases désertées et des aviateurs de simulateurs…. 😭😭😭

  • CHANTEGRET

    Extraordinaire histoire que celle écrite par Bothelin depuis ses débuts. L’époque n’est pas trop favorable aux engins brûleurs de carburant, mais je souhaite de tout cœur qu’un sponsor légitime et solide assure à Apache et la Patrouille un avenir radieux. Croisons les doigts, tous les salariés de cette équipe unique le méritent.

  • patrouille
    Adam D Shaw

    Chapeau bas a Mister Bothelin , et ses fidèles ailers , qui, débutant sur deux CAP 10 a fini avec 6 jets en saisons magnifiques en Chine, aux USA et partout en Europe, volant avec une précision égalée que par sa classe. Inédit, inoubliable. Fly safe, gentlemen. And, above all thank you for the show(s).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.