Accueil » Drone Boreal : feu vert pour les missions à grande élongation

Drone Boreal : feu vert pour les missions à grande élongation

La Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) a accordé à la société Boreal des autorisations spécifiques pour les opérations de vol hors vue (Beyond Visual Line of Sight : BVLOS) à grande élongation en milieu maritime (70 km) et forestier (2 km) pour des opérations commerciales récurrentes. Une première française pour un drone à voilure fixe de 25 kg.

24.07.2020

Le drone Boreal est proposé en 3 versions pour diverses applications
civiles. Sa modularité, son envergure, son autonomie de 10h et sa grande portée sont adaptées aux
missions de reconnaissance, de surveillance ou encore de collecte de données. © Boreal

« Ces autorisations arrivent à point nommé à l’heure où les applications maritimes et environnementales sont amenées à se multiplier. », affirme Boreal. Cette nouvelle avancée qui repose sur l’évaluation des risques’inscrit dans l’évolution de la réglementation européenne de sécurité relative aux drones. Boreal devient ainsi « le premier drone à voilure fixe de 25 kg à obtenir des autorisations spécifiques de vol à grande élongation sur des sites maritimes et forestiers, identifiés au préalable, de l’ensemble du territoire français. » se félicite le constructeur toulousain.

Avec sa capacité d’emport de charge utile (5 kg maximum) tout en conservant une stabilité remarquable et une forte modularité, le drone Boreal s’adapte aux besoins des scientifiques. Ses clients historiques sont Météo France, l’ONERA, le Laboratoire d’Aérologie ou encore le CEA. © Boreal

La démarche SORA (Specific Operations Risk Assessment) initiée au niveau européen, est une procédure démontrant les capacités des équipes à connaître et à maîtriser l’ensemble des risques connus liés à un plan de vol opéré dans un environnement particulier. Elle reconnaît la conformité du drone face aux aspects réglementaires de sécurité européens en matière d’aéronefs sans pilote à bord. De fait, avec les autorisations délivrées récemment par la DGAC, les équipes Boreal peuvent opérer le drone en milieu maritime jusqu’à 70 km de distance et en milieu forestier jusqu’à 2 km.

Le drone Boreal décolle grâce à une catapulte et ne nécessite pas de terrain préparé. Il s’adapte à des conditions de vols difficiles. Il peut être opéré par temps de pluie et avec des vents allant jusqu’à 70 km/h. © Boreal

« Ces autorisations spécifiques se révèlent être un tournant majeur pour la société, à l’heure où diverses opportunités commerciales sont attendues dans les domaines de la recherche et de la surveillance de sites sensibles d’ici la fin d’année. », commente Boreal qui ambitionne plus que jamais « de devenir un des fabricants de drones de référence parmi les drones à voilure fixe de 25 kg. »  Il a déjà plusieurs campagnes et projets européens à son actif.

Retrouvez nous en podcast et vidéo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.