Accueil » Feu vert de la DGAC pour le système Skeyetech d’Azur Drones

Feu vert de la DGAC pour le système Skeyetech d’Azur Drones

C’est une première en Europe. La Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) vient d’homologuer un système de drone automatisé sans télépilote, ouvrant la voie à de nouveaux usages.

6.02.2019

Le système Skeyetech d'Azur Drone est destiné à la surveillance automatisée de sites industriels. © Azur Drones

Azur Drones vient de recevoir l’autorisation de la DGAC pour son système de drone opérant de façon complètement automatisée. Déployé automatiquement depuis une station d’accueil, le système Skeyetech ne requiert en effet pas de télépilote. Cette autorisation spécifique est inédite puisque les 4 scénarios de vol prévus par les autorités françaises (S1, S2, S3, S4) imposent normalement tous un télépilote.

Les drones Skeyetech peuvent ainsi voler en France au-dessus de sites privés, hors vue directe, de jour comme de nuit, en agglomération, sous la simple supervision d’un téléopérateur. Ce téléopérateur étant dispensé des formations normalement exigées pour les télépilotes (arrêté DGAC du 18 mai 2018), le système Skeyetech peut être opéré directement par un agent de sécurité, pour déclencher des missions de levées de doutes ou des rondes préprogrammées.

Comme le souligne Jean-Marc Crépin, Président d’Azur Drones, « Cette homologation, inédite en Europe, représente un véritable tournant pour le drone civil professionnel ».

 

Azur Drones rachète Skeyetech

Azur Drones se renforce sur le marché de la vidéosurveillance

La mutation aéronautique du drone s’accélère

Un commentaire

  • Diogène

    Bonjour,
    Selon mes informations, d’autres sociétés françaises ont obtenu la même autorisation par exemple UAVIA en Bretagne, DRONE HIVE en région parisienne, ADT Drones dans l’Aisne… Savoir qui est la première? C’est une histoire de Com!
    Il est plus intéressant de constater la vitesse à laquelle ce secteur évolue techniquement et opérationnellement et de féliciter la DGAC française d’arriver, dans ce secteur particulier, à suivre « juridiquement » sans attendre les décisions européennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.