Accueil » L’aérodrome de la Montagne noire menacé

L’aérodrome de la Montagne noire menacé

L’aérodrome de la Montagne Noire (LFMG) près de Toulouse, à cheval entre l’Aude et la Haute-Garonne, appelle « au secours » la communauté aéronautique pour préserver son site menacé par l’implantation de panneaux photovoltaïques.

7.07.2020

Au nom de la transition énergétique, les élus locaux ont-ils moralement le droit de faire table rase du passé ? © APPARAT

LFMG est depuis 2009 le seul et unique aérodrome français inscrit dans son entier aux monuments historiques. Ses pistes, ses hangars, son atelier, sa cantine et son musée, sont inscrits avec un périmètre de protection de 500 m.

« Le projet d’implantation de panneaux solaires remet en question l’intégrité de la piste d’où les planeurs sont lancés depuis 1932 au sandow et au treuil. Le tout à moins de 50m du hangar Mistral du musée et dans le périmètre de protection ! », déclare le conseil d’administration de l’APPARAT (Association pour la Préservation du Patrimoine Aéronautique et la Restauration d’Avions Typiques), implantée sur la Montagne Noire. Depuis près de 50 ans, cette association et ses membres, préservent ce site et son musée « volant ».

Une enquête publique préalable en vue de l’implantation d’une centrale photovoltaïque est ouverte du 20 juin au 21 juillet 2020. L’APPARAT encourage ceux qui souhaitent lui apporter son soutien à écrire directement au commissaire enquêteur. Il est également possible de signer une pétition en ligne.

 

Le musée volant de la Montagne noire

Retrouvez nous en podcast et vidéo

30 commentaires

  • andre

    bonjour,
    quelle est aujourd’hui l’activité vélivole sur cet l’aérodrome, et qu’en sera-t-il demain ?
    merci
    andré

  • BOSC

    Un scandale de plus après MONTAUDRAN la liste s’allonge avec des incompétents, des destructeurs qui ne respectent ni l’histoire ni les gens qui l’ont écrite.

  • Pierre Favereau
    Pierre Favereau

    Sur les rives des autoroutes il y a toute la place nécessaire… ( en allemagne du moins) , en France c’est peut être zone protégée ? Mais pour un élu c’est valorisant d’avoir du solaire sur sa commune….

  • Moreaux

    – En ces temps de chasse, justifiée, à l’émission de CO2 allons nous stopper l’existence et son histoire d’un pionnier de l’utilisation de l’Air comme moyen de s’évader, de voler, voire de voyager d’une autre façon …
    – Octogénaire il a permis la formation de jeunes et moins jeunes , fins pilotes ( femmes et hommes) d’hier et d’aujourd’hui , pilotes civils et militaires.
    – Certains ont même fait flotter notre drapeau Tricolore sur les plus hautes marches des podiums de championnats régionaux, nationaux et même Mondiaux!!!
    – Alors l’octogénaire nous dit ,au moins, déplacez à mes côtés ces nouvelles techniques de production électrique afin que je puisse contempler les moyens « propres » de nos futures vies.
    – Et n’oublions pas la seule tragédie de cet octogénaire ; le 04 Mai 1964, l’arrêt du destin pour cet équipage mixte ( moniteur Monsieur René Ségui – élève :Madame
    Edwige Bonis -Charancle) au cours de la phase de décollage!
    Claude Moreaux
    promotion 150 « La Particule »

    • Bonis-Charancle Anaïs (Pascale)

      Bonjour Monsieur Moreaux,
      Je suis la fille d’Edwige et je recherche des personnes qui peuvent m’en dire plus sur la tragédie du 4 mai 1964.
      Mon père était moniteur dans ce stage de vol à voile. Il n’a jamais voulu nous parler de ce drame…
      voici mon adresse mail : anais_bonis@noos.fr

  • REICREM

    Avec les Khmers verts on a pas fini d’en voir…

    • Aymard

      Khmers « pastèques » ! Verts dehors et rouges dedans …

      • Tonton Volant

        La pastèque, c’est bon et cela rafraîchit.
        Les « kmers verts », c’est mieux que les « kmers marrons » (au fond du couloir à droite), pour qui toute atteinte à leur liberté de consommer sans limite donne des bubons. Ce genre d’appellation méprisante est sans argument et ça fatigue !
        Les « fermes solaires » ne sont pas pour l’écologie mais pour « la croissance », voir les initiateurs du projet, et les terres occupées deviennent inutilisables pour l’agriculture.
        « Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson pêché, alors vous découvrirez que l’argent ne se mange pas. (parole amérindienne – anishinaabe/lakota) »
        « Quand tous les poissons de la mer auront été remplacés par des bouts de plastique, l’humanité aura accompli son glorieux destin. (Yves Paccalet) »

        Comme « Michel »
        Je suis pilote et je suis « ecolo » comme il est dit souvent avec mépris sur ce site. De plus, je suis retraité de la DGAC. Sauf que, moi, je pense …

      • Gil Anne Marie

        CE n est pas un.projet vert c est un projet industriel

  • Henri Payre

    Je me suis renseigné, en Allemagne où j’habite, on ne connaît pas d’aérodrome sacrifié pour y installer des panneaux solaires. On y privilégie les anciennes bases militaires désaffectées dont les pistes sont fermées, et quand on installe sur un terrain actif, c’est le long des pistes, sous les cônes de servitudes, sans impact sur l’activité aéronautique.
    Préempter des piste en état de servir est la marque d’un manque total d’imagination, d’une grande paresse intellectuelle, et d’une absence de respect pour d’autres oeuvres humaines que les siennes.
    C’est aussi une bien mauvaise affaire pour les comptes de la Nation ! Car un aérodrome est aussi un actif financier, qui a coûté à créer, qui pourra un jour servir à des usages qu’on ne connaît pas encore. Sachant qu’il sera de plus en plus difficile de créer des aérodromes dans des espaces de plus en plus soumis à toutes sortes de contraintes.

    • pilotaillon

      Merci pour cet exemple !
      Il existe une approche qui énumère l’ensemble de pré-requis avant de mener un projet à son exécution. Ça s’appelle HQE (Haute qualité environnementale).
      Center Parc, après s’être fait refoulé à Roybon (Isère) a choisi la bonne méthode pour investir dans les Landes.
      http://www.lotetgaronne.fr/fileadmin/A_la_une/Actu_semaine_25_2019/Dossier_de_press_Center_Parcs.pdf
      Le promoteur de loisirs démontre que la prise en compte des facteurs locaux est beaucoup plus vertueuse pour développer de nouvelles activités !
      Et rassurant pour les investisseurs,
      En même temps que l’enquête, il faudrait peut-être aussi interpeller la société porteuse sur le caractère arrogant de leur investissement.
      Comment l’aviation de loisirs et historique peut-elle passer à côté de cela (Cf Sallanches, Oyonnax, Montagne Noire…) ?
      Jusqu’où aller avant de prendre une position forte (FFAéro ? Aopa ? etc) ?!?

    • patrick LEZE

      L’action des élus locaux n’est certainement pas dû à une paresse, ou carence intellectuelle, mais plutôt à une fourberie caractéristique de nos politiciens: « ils » ont là une occasion de supprimer cet aérodrome, misant sur le soutient de la population locale non pratiquante. Nous savons tous que le monde aéronautique est vu comme un monde de privilégiés, bruyant et gros émetteur de GES, la bête noie du moment, le tout assaisonné d’irrationalité face au plus lourd que l’air qui passe au dessus de leur têtes…..

  • ANDRIEU Claude

    Jusqu’à quand le saccage de notre pays : statues, monuments, lieux de culte et maintenant aérodrome historique ? Tout ça au nom d’idéologies fumeuses, d’intérêts particuliers, au mépris des lois et règlements .
    Dans quelques années, quand ces panneaux ne serons plus rentables, le promoteur disparaitra et laissera la friche industrielle à la charge des contribuables comme c’est très souvent le cas pour carrières, gravières, champs d’épandage et autres.
    Mais le mal sera fait, des planeurs uniques au monde ou détenteurs de records mondiaux qui ont fait la gloire de ce qui était la France auront disparus, vandalisés par ces racailles en col blanc.

  • fildru

    Les terrains a Planeurs sont le vivier de l’ aviation , aller demander aux Germains en 30 …! Pour les panneaux solaire , ils pourraient marcher avec des semelles a ressort électromagnétique pour recharger leur mobile !
    En plus il ne faut plus toucher aux espaces verts pour notre oxygène ,etc … !?!

  • Claude DUVIVIER

    Ils peuvent utiliser la BA de Tours,celle de Dijon,comme ils l ont fait avec celle de Toul .j publiais,celle de Cambrai,celle de Reims celle de Metz,celle de Colmar,plus celles qui fermeront un jour,et on laissera notre défense aérienne en sous traitence US .

    • Pillatgs

      T’es gentil mes tes idées loufoques tu te les gardes pour ailleurs que sur l’ex BA1O2 plus ancienne base de chasse ( 1910 )et chargée d’une histoire aéronautique autrement plus reconnue internationalement que la capitale du dahu ! Et sérieusement as tu réfléchi aux employés de Dijon Longvic en 2020 ?

  • Pereira Thierry

    La pratique de ce terrain historique, situé à 15mn de vol de Toulouse-Lasbordes, constitue aussi un excellent entraînement pour la pratique des pistes montagneuses, sans aller s’engouffrer dans les vallées pyrénéennes à plus de 1h de vol de la capitale aéronautique française. Bien pentue, on ne peut s’y poser que dans un sens, comme celle de Peyressourde, par exemple.

  • philippe jarry

    « Quand on n’a que l’amour… pour convaincre un tambour… » chantait Jacques Brel il y a quelques décennies: ouais, c’est pas facile de convaincre les tambours qui nous ruinent l’esprit et les oreilles en rabâchant leurs fausses bonnes idées! Merci à tous les deux pour votre plaidoyer surgi du coeur.

  • Seb

    Pourquoi sur l’aérodrome de la Montagne Noire? Je ne suis pas un anti moyen de productions écologiques, éolienne, photovoltaïque etc… au contraire! Mais il y a des moments où je ne comprend pas certaines décisions. Il y a tellement de friches industrielles, de toits (hangar, supermarchés, usines, immeubles, maisons etc…) pour installer l’énergie solaire, comme en Allemagne, que l’on est obligé d’aller défigurer la nature? L’aérodrome de la Montagne Noire, au delà de son classement au patrimoine, est aussi un endroit très vert avec de la faune sauvage et de la végétation.

    Un amoureux de l’aviation ancienne et de la nature.

    C’est peut être ce que je vais envoyer à ce monsieur.

    • Philippe

      Alors si je dit taxe foncière, de production, TVA etautre taxe .. est ce que tu le vois mieux ?
      La France est ce beau pays détruit par ses techno tellement plus intelligent. Mais si bien défendu par ses journalistes parisien vendu a la loi du plus fort …

  • Michel

    Je suis pilote et je suis « ecolo » comme il est dit souvent avec mépris sur ce site. Je ne veux pas la fermeture de l’ad. de la montagne noire, mais je ne pense pas que l’imprecation contre le « lobby ecolo » en confondant cette situation déplorable et la taxe Chirac honie, soit de nature à progresser. C’est comme ça que tous les panneaux sont chinois. Non M.Bacquie, les « ecolo » ne veulent pas le retour à l’âge de pierre. A vous lire, je vous croyais moins sectaire.

  • AYMARD

    Presque quatre-vingt-dix ans d’aviation de pionniers puis l’arrivée d’une horde de vandales prêts à tout pour quelques bribes de pouvoir ou quelques avantages personnels en nature…
    Laisser faire, permettre de faire, inciter à faire, aider à faire, c’est profaner la mémoire de ceux qui, eux , l’ont fait .
    Pour la cause ô combien plus pure des gens de l’air, sans autre but que de faire progresser ce qui permet aujourd’hui au quidam de trouver banal de nous déplacer presqu’aussi vite que le son .
    Dans l’esprit du projet, pourquoi ne pas couvrir les cimetières des plages du débarquement des mêmes panneaux ? L’exposition serait pourtant optimale !
    Du dégout, du mépris, voilà ce que m’inspire ce genre de projet. Quant aux retombées financières, si j’en maîtrise parfaitement les rouages et les quantifications poste par poste , une seule conclusion : encore des montages opportunistes …
    Cette course effrénée aux énergies dites renouvelables, au nom du prétendu respect de la nature mais dans le déni du respect des hommes qui le méritent , n’a pas sa place en pareil lieu surtout pour des raisons aussi mercantiles.
    Laisser faire pour un peu d’argent et des arguments écologiques fallacieux ou stopper pour des valeurs nobles, voici le choix facile mais très révélateur des motifs de la décision .
    Avec à la clef des conséquences électorales, beaucoup plus difficiles à prévoir …

  • Jean-Mi

    Parce qu’on a le droit de construire des panneaux solaires sur un monument historique ? C’est nouveau ça… Ce simple argument ne semble étonner personne ?
    Juste de l’autre coté de la haie il y a une surface bien plus grande et facile à équiper, qu’il suffit de racheter à son propriétaire, ou on l’expulsera, ça doit pas être plus dur que d’expulser l’aérodrome…
    Mais sinon, au fait, alors, génial ! On va couvrir le parc de Versailles de panneaux, ce qui protègera les fontaines et les parterres de fleurs. Il y a ainsi quelques hectares pour fournir de l’énergie verte à Paris ! Vu qu’on peut construire sur les monuments historiques !

  • Arminius

    Ca semble être la grande mode (ou la dernière lubie en vogue) dans les collectivités… A Moulins, la CCI a décidé d’implanter une centrale photovoltaïque sur les « délaissés » de l’aérodrome. Après procédure et enquête publique, le projet initial est ramené de 21 à 11 Ha et l’aménageur (Engie) trouve a surface insuffisante. Du coup, la CCI prétend fermer la piste ULM pour agrandir le projet. Elle semble décidée à faire comme si elle y était autorisée, mais la procédure ne portait pas sur cette zone active de l’aérodrome… Un abus manifeste…

  • bernardbacquie
    Bernard Bacquié

    Voici mon commentaire envoyé la semaine dernière au Commissaire enquêteur, un peu illuminé par moment (pas le commissaire, mon commentaire !), certes ; mais la poésie est plus miscible avec l’histoire que les considérations bassement matérielles :

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,
    Il doit être certaines enquêtes qui puissent présenter pour vous un intérêt supérieur quand il s’agit de bâtir.
    Mais ici, si je ne me trompe, il s’agit surtout de détruire ou du moins d’altérer un espace faisant partie intégrante de notre patrimoine.
    Et pas qu’un espace ! Une histoire, celle d’hommes passionnés et portés vers des idées qui les dépassent.
    Le temps est immatériel et si l’on pousse les hommes à se couper de leur passé, que restera-t-il ?
    Le futur, vous répondront les incultes, les brailleurs de meute, les néo-écologistes ou les utopistes d’un monde sans véhicules, revenu à l’âge de pierre ?
    Mais les hommes, qui ont annihilé leur passé, qui ont perdu leurs racines, se retrouvent dépouillés, nus face au monde sidéral qui les ignore.
    Le terrain de vol-à-voile de la Montagne Noire a ceci d’unique, c’est qu’il s’est intégré à l’histoire de sa région, à celle du Catharisme.
    Car enquête et inquisition ne sont point trop éloignées quand il s’agit de punir certains pour le bien d’autres, ou plutôt un bien-être intempestivement coloré d’intérêt général.
    J’ai fait partie de cette frange de pilotes venus poser leur baiser sur la montagne arrondie avec leurs avions de collection, et un peu la trouille au ventre.
    Car l’épreuve requiert concentration, déterminisme et compétence. C’est une épreuve qui grandit l’homme…
    Non pour s’en vanter, mais pour sa seule richesse intérieure et celle de ceux qui savent parce qu’ils se reconnaissent en lui.
    Est amputé d’une joie extrême celui qui n’a jamais vécu ce décollage où, les roues achevant de courir sur le dos de la Montagne Noire, ses ailes dominent d’un coup la plaine du Lauragais.
    Montjoie ! ô Comtes de Toulouse, ô troupes narbonnaises qui avaient vaincu le croisé allemand non loin de là, à Montgey ! Venez à la rescousse de vos descendants qui, férus d’histoire, caressent l’onde pour la sublimer encore et toujours.
    Michel Roquebert, le grand conteur des Citadelles du vertige, vient de s’éteindre.
    Faut-il aussi décapiter la Montagne Noire ? Osera-t-on lui ôter son passé qui l’a rendue illustre plus loin que la Forêt de même couleur ?
    N’y-a-t-il pas place ailleurs pour ces installations destinées à éclairer le quidam, qui ignorera de toute façon l’obscurantisme dans lequel seront plongés des amoureux de la Montagne et de ses ailes ?
    Il faut regarder la Terre du ciel. Et si l’on y prête un peu attention, surgit ce constat : il y a de la place pour tous les hommes de bonne volonté.
    Mais faut-il que les hommes soient de bonne volonté pour s’entendre. Le problème est là et nous sommes las de l’entendre.
    Recevez, Monsieur le Commissaire Enquêteur, l’expression de toute ma considération.

    Bernard Bacquié
    Pilote devant l’Éternel
    Auteur-Éditeur
    Maîtres ès-Jeux de l’Académie des Jeux Floraux.

    • PlasticPlane

      Très joli, vraiment. Sincèrement merci. Espérons que le Commissaire enquêteur ne devra pas user de quelques champignons – de la Montagne Noire 🙂 – pour goûter cette envolée.
      Moi, je lui ai envoyé ça au Commissaire…. c’est moins poétique 🙂
      Bonjour Monsieur le Commissaire Enquêteur,
      Probablement lirez-vous et entendrez-vous tous les arguments imaginables en faveur de la préservation du site aéronautique de la Montagne Noire. Je n’écrirai pas une Nième version, donc, mais je les partage.
      Simplement, il est triste de constater que la vague (électorale) verte qui déferle aujourd’hui sur notre pays parait l’emporter sur toute autre considération humaine. C’est particulièrement le cas avec le photovoltaïque pour lequel le dogmatisme trouve un allié de circonstance, et contre nature, avec les intérêts financiers particuliers. Ces derniers font la promotion de cette industrie polluante en prospectant systématiquement tous les aérodromes de France.
      Ce serait une faute culturelle et civique de sacrifier sur cet autel un aérodrome historique, emblématique et toujours actif, comme l’est celui de la Montagne Noire. A moins que élus et Etat ne considèrent qu’il fait partie des statues qu’il faut déboulonner ?
      Respectueusement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.