Accueil » L’avion de voltige Integral R décroche ses deux premiers clients

L’avion de voltige Integral R décroche ses deux premiers clients

Le premier vol de l’Integral est prévu au premier semestre 2020. La production en série est en préparation sur deux sites français et la chaîne d’assemblage finale sera implantée en Occitanie. © Aura Aero

Aura Aero, concepteur et constructeur du futur avion biplace de voltige Integral, appelé à succéder à l’emblématique Cap 10 de Mudry, annonce les commandes de Midi-Pyrénées Voltige (MPV) et Dijon Voltige.

Ce sont deux écuries parmi les plus importantes de la voltige française qui ouvrent le carnet de commandes du biplace développé par Aura Aero. Et ce sont surtout deux associations très orientées sur la formation et qui ont aussi fait éclore de nombreux talents ces dernières années. Midi-Pyrénées Voltige a opté pour un kit, ce qui va lui permettre de disposer plus rapidement de son avion. La livraison est prévue pour fin 2020. Quant à Dijon Voltige, elle a choisi...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

7 commentaires

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • … et en plus, la mise au point va être peaufinée par un topdriver 🙂

    Répondre
  • possibilité d’un changement moteur en moins d’une heure via un ensemble propulsif « plug and play » : En 60 min seulement, je demande à voir…(surtout sur un moteur à piston).

    Répondre
    • Pourquoi pas?
      ça ne me semble absolument pas impossible. Il suffit d’un ensemble pré monté, même avec hélice en place, ça peut donc se limiter à démonter du support moteur, débrancher des prises électriques et rebrancher alimentation carburant, commandes de puissance et richesse, en une heure ça me parait très faisable!

      Répondre
      • Et bien vous venez le démontrer dans un atelier et vous faites l’exercice sur un simple 152…Vous verrez que 1H cela passe très vite….

        Répondre
      • Le C-152 n’est pas prévu pour faire ce genre de manipulation rapide. Il est bien sûr impossible de faire ça sur un 152 ou le simple fait d’enlever les dizaines de vis qui tiennent les multiples parties de capots vont vous occuper une heure, en effet…
        Mais quand on étudie l’avion pour un entretien rapide, alors on peut faire de l’entretien rapide.
        Tout comme n’importe quel planeur moderne peut se démonter en quelques dizaines de minutes au milieu d’un champs de betteraves et être mis en remorque quasiment sans outils…
        Je connais des avions (certifiés !) ou l’on ouvre les capots en moins de deux minutes à deux personnes et deux tournevis plats. J’ai vu faire la manipulation sur un C-182 standard et la centaine de vis à enlever m’a fait me sentir embêté envers le jeune mécano à qui on avait demandé de faire ça pour que je puisse faire une étude…
        Par contre, sur les Cessna en question, le bâti moteur est fixé à l’avion par 4 écrous. Il faut aussi débrancher l’arrivée carburant et les tiges de commandes de puissance-réchauffe-pas d’hélice. Ce qui prend du temps, c’est le soin et la rigueur que l’on met dans ces actions.

        Répondre
  • Cela fait plaisir de voir des personnes reprendre la suite de l’histoire de l’industrie française de voltige et faire des avions qui s’avère être exceptionnels et moderne, tout en gardant une touche issue des pionniers.

    En espérant que cette entreprise ne soit ni rachetée par des étrangers, protège sa « propriété intellectuelle » et ses innovations techniques, ne disparaisse trop prématurément, mette un point d’honneur à fabriquer l’intégralité de l’avion en France et enfin, ne cesse d’innover et améliorer leur gamme, pour rester en pointe, face aux constructeurs notamment allemands ou US.

    Espérons aussi qu’on puisse visiter vos locaux « tourisme industriel » pour passionnés obligé 🙂

    Répondre
  • Super qu’il y ai une relève en France après monsieur Mudry.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.