Accueil » Le tour du monde de deux argentins en Cirrus SR22

Le tour du monde de deux argentins en Cirrus SR22

Ils sont partis de Buenos Aires début mars 2021. Le Covid a modifié leur plan de vol. Pas de problème : ils ont tout leur temps. Pour preuve ce crochet en Normandie…

6.06.2021

Le Cirrus SR22 argentin et son équipage ont été accueillis à Saint-André-de-l'Eure par le CASA (Club Aéronautique de Saint André de l'Eure). © Ivan Hairon

Alex et Martine sont mari et femme dans la vie. A la retraite, ils ont soldé leur patrimoine pour faire le tour du monde en avion léger, à la rencontre de leur famille et de leurs amis dispersés autour de la planète. Et c’est comme cela, que début juin 2021, ils se sont posés sur le petit aérodrome de Saint-André-de-l’Eure où sont basés des amis français qui ne se connaissaient jusque-là que via les réseaux sociaux.

A priori, c’est la première fois qu’un Cirrus immatriculé entame du tour du monde. Pour l’occasion Martine a passé son brevet de pilote privé pour assister son mari qualifié IFR. Initialement, leur itinéraire devait les faire passer par l’Asie (Pakistan, Inde, Birmanie, etc). La pandémie en a décidé autrement…

Ils sont donc partis début mars 2021 de San Fernando, près de Buenos Aires. Ils sont remontés par le Brésil (Foz do Iguaçu, Brasilia, Teresina, Belém). Le 9 mars, ils étaient à Cayenne en Guyane. Puis Fort de France où ils ont prolongé leur escale. Ensuite Puerto Plata en République Dominicaine, puis Miami, Detroit, Chicago, mais aussi Buffalo, les chutes du Niagara, le lac Érié, Burlington, dans le Vermont…

Un détour par Bernay… © Ivan Hairon

Le 12 mai, ils sont arrivés à Québec et ont mis ensuite le cap sur le nord du Québec. Le 14 mai, ils étaient à Nuuk au Groenland où, à cause du covid, ils n’ont pas pu séjourner. Le jour-même ils ont dû rejoindre Reykjavik en Islande où finalement, ils ont passé 10 jours afin de pouvoir, ensuite, circuler librement en Grande-Bretagne. Le 26 mai, étaient en Ecosse à Prestwick puis Glasgow, le Pays de Galles et les Pays Bas, avant d’arriver en France. Laval d’abord pour voir leurs deux filles et ensuite Saint-André-de-l’Eure où ils ont fait connaissance de pilotes avec lesquels ils échangent sur WhatsApp. Survol des plages du Débarquement, saut de puce à Bernay avant de quitter le 3 juin Saint-André pour Barcelone.

Pour Alex et Martine, ce tour du monde n’est pas vécu comme un exploit, juste comme un rêve qui est entrain de se réaliser…

Retrouvez nous en podcast et vidéo

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.