Accueil » Les usagers des aéro-clubs et écoles de pilotage de Montpellier pas d’accord

Les usagers des aéro-clubs et écoles de pilotage de Montpellier pas d’accord

Alors que les représentants de l’aviation générale (associations et écoles de pilotage) de Montpellier ont accepté les mesures de réduction des nuisances sonores imposées par le gestionnaire de l’aéroport, les membres des aéro-clubs et les instructeurs les rejettent. Une pétition a déjà réuni près de 1.200 signatures.

9.07.2018

A Montpellier, le rejet des restrictions opérationnelles par la base s'exprime par le biais d'une pétition. © DR

Décidément, les « corps intermédiaires » souffrent en ce moment. A chaque élection ou mouvement social, la légitimité des élus et des syndicats est remise brutalement en question par la base. « Dégagisme » ou « démocratie participative », quelque soit l’étiquette collée à ce phénomène, les décideurs sont souvent désarmés face à cette nouvelle donne amplifiée par les réseaux sociaux.

Dernier épisode en date : la pétition des usagers de la plateforme aéroportuaire de Montpellier. Elle a été lancée fin juin 2018, juste après que la direction de l’aéroport ne rende public un ensemble de dix mesures destinées à réduire les nuisances sonores générées par l’aviation générale. Ces mesures qui imposent notamment des restrictions opérationnelles ont été négociées, sous la pression d’un noyau de riverains et dans le contexte du développement du trafic aérien, entre d’un côté la direction de l’aéroport, et de l’autre les dirigeants des aéro-clubs et deux grandes écoles de pilotage (ENAC et ESMA).

Les usagers n’acceptent pas l’interdiction des tours de pistes le week-end ou encore les limitations d’entrainement à la verticale du terrain. Ils ont lancé une pétition qui a réuni en une semaine 1.200 signatures. Fort de cette unanimité, ils ont demandé à être reçus par le directeur de l’aéroport, désavouant de fait leurs représentants élus (aéro-clubs) ou désignés (écoles).

Gil Roy

 

14 commentaires

  • Athos7

    Le schéma décrit ressemble beaucoup à celui vécu à Toussus : sur un millier d’adultes recensés dans le village voisin, où je vis, seule une quinzaine de pisse vinaigre se prétend insupportablement gêné par le dernier aérodrome survivant, parmi les 4 que comptait le plateau au début du XXème siècle (Blériot à Buc, Caudron à Guyancourt, Borel à Châteaufort, Farman à Toussus).
    Multipliez cela par 4 ou 5 villages : cela fait moins d’une centaine de personnes (moins d’un demi % de la population riveraine !) et cela suffit pourtant à mettre Toussus en coupe réglée. Et peu importe si ces intolérants se sont installés là récemment, et en pleine connaissance de cause. Et peu importe si les nuisances décrites sont très exagérées.
    ( Entendu en commission consultative d’environnement : « est-ce le bruit qui vous gêne? – Absolument pas, simplement je m’oppose à ce que des avions passent au dessus de chez moi, un point c’est tout ». )
    Et de demander purement et simplement la fermeture de la plate-forme !
    Avec un certain succès puisque Toussus est totalement fermé de 11h à 14h Z les dimanches et jours fériés pendant 6 mois de l’année, et réservé à certains avions basés les mêmes jours de 14h à 15h Z et les samedis de 11h à 15h et de 19h à 21h30 !
    Nous sommes incomparablement plus nombreux que ces fâcheux (la pétition de Montpellier le confirme) mais nous ne sommes pas encore organisés comme eux : Organisons nous !
    Si la F.F.A. se révèle défaillante (honte à elle), pour quoi ne pas nous tourner vers l’AOPA qui regroupe les 2/3 des pilotes américains (400.000 adhérents), ce qui en fait une force de frappe reconnue qui pèse aux USA dans toutes les décisions législatives, administratives et politiques touchant à l’aéronautique.
    Monsieur Davidson si vous nous lisez, que peut-on envisager ?
    Et si l’AOPA France se montrait elle-même défaillante, ce qui parait très improbable au vu de ses combats passés, créons notre propre association de défense !
    On peut aussi rester les individualistes aussi naïfs qu’isolés que nous avons été, et au train où les plate-formes ferment, ou décroissent, il ne nous restera bientôt plus qu’à envisager une reconversion à la pétanque.

  • WALTER PRADUROUX

    Je ne sais pas qui sont les signataires de cette pétition, mais si on compte les membres des deux aéro-clubs de la plateforme de Montpellier, celui de l’Hérault 350 membres et celui de Montpellier 200 membres, ce dernier n’ayant pas, à ma connaissance signé cette pétition, il ne reste que 350 membres, plus les familles éventuellement, on est loin des 1200 signatures.

    Sans vouloir prendre part à cette querelle de chiffre, il n’en reste pas moins vrai, que la presse, les autorités, Maires y compris, écoutent avec complaisance, environ 15 personnes, qui ne représentent qu’eux même pour une population regroupant quatre villages autour de l’aéroport d’un total de 36 600 habitants. L’aéroport existe depuis la fin des années 1930, tout est dit. Un groupe de résidents installé depuis trois ans avait tenté une action contre l’aérodrome de Muret, ils ont perdus en appel, l’un des attendus précisait bien qu’ils ne pouvaient, lors de leurs installation, méconnaître la proximité de l’aérodrome et du bruit produit par cette activité, depuis plus rien. Les responsables de l’aéroport préfèrent faire profil bas et adopter, aux dépends des utilisateurs, les mesures de limitations demandées par ces quelques personnes. La suite à venir est prévisible, forts de ce résultat, les exigences vont augmentées jusqu’à obtenir l’arrêt de l’aviation légère et les écoles ESMA et ENAC n’ont qu’à bien se tenir car c’est le marché chinois qui s’est emparé de la formation de ces deux écoles cause de l’accroissement du trafic léger, qui conduira à notre perte. Le trafic commercial suivra. A moins que, comme à Muret!!!!!!

    • avia34

      La pétition en ligne a été publiée sur les réseaux sociaux, c’est majoritairement des personnes ayant un lien direct avec l’aéroport de Montpellier (pilotes, instructeurs, personnels de la DGAC et des corps de maintenance..) mais aussi beaucoup d’anciens qui ont été formés ou qui sont passés par la plateforme (aujourd’hui usagers civils ou militaires), les familles et une multitude de personnes du milieu de l’aviation générale….
      La liste des signataires (noms et prénoms obligatoires à la signature) est disponible et sera présentée à la réunion avec le président de l’aéroport.

  • saprviero

    Bonjour,
    On s’aperçoit qu’ici ou là les aérodromes implantés depuis longtemps sont l’objet de critiques acerbées par des « nouveaux riverains ».
    Quelques aérodromes sont priés d’aller pratiquer ailleurs ou pendant des heures « creuses ».
    Naturellement, les Maires et les politiques regardent les voix électorales avant tout, ceux ci cédant aux chants des partisans qui guerroient contre toute forme de bruit.
    Il devient dès lors, aberrant, surréaliste, comme pour les permis de construire dans des zones inondables de continuer à autoriser des constructions dans les axes de piste ou aux abords d’aérodrome.
    Il serait temps q’une association nationale des usagers des aérodromes soient créée. Qu’elle puisse sur chaque dossier d’extension autour d’un aérodrome intervenir.
    Comment se passe actuellement l’implantation d’éoliennes? une consultation avant implantation est envoyé aux usagers quelqu’ils soient (associations, populations).
    Qui, parmi nos Présidents Nationaux d’Association, à l’instar des Commissions dont ils font partie ou qu’ils représentent au niveau Européen proposeraient de représenter 56000 pilotes français.
    Pour ceux qui les côtoient, passez leur le mot. On ne sait jamais.

    • Fbs

      Si vous faites allusion à la FFA et lorsque un débat similaire a eu lieu il y a quelques années à Toussus le Noble (qui existe depuis 1909), la position de la FFA, a été, je cite, que « la FFA ne saurait s’impliquer dans un conflit de voisinage ». Dont acte – et je ne risque pas de l’oublier

  • thierry dionisi

    Comment réagissent les riverains des autoroutes des routes à 4 voies des routes à grande circulation et des voies TGV ?

    Arrivent ils à faire interdire la circulation des TGV ? À faire fermer des autoroutes ?
    Les personnes qui achètent à quelques centaines de mètres d une plateforme aéroportuaire internationale sont manifestement des hypocrites qui espèrent faire rembourser leur crédit immobilier par les usagers aéronautiques !!
    Tartuffe n aurait pas su mieux faire !!!

  • shiualilapa

    Probleme recurrent en France ou les riverains des aeroports ont presque toujours gain de cause, fermeture de ORY ade 22.00 a 6.00.
    Autre exemple que j’ai vecu alors que je faisais de la voltige sur CAP10 a l’Aerobatic du Castelet(Var), extension d’une zone industrielle et devinez quoi, on nous a gentiment demande d’aller voltiger plus loin avec pour consequence du temps perdu pour atteindre la zone de voltige. Ici(Los Angeles) les riverains du quartier cossu ou se trouve l’aeroport John Wayne n’ont pu seulement obtenir une montee « initiale » des avions commerciaux a puissance tres reduite, la montee initiale proprement dite s’effectuant au dessus de l’ocean’ maigre victoire pour eux:)))

  • Jacques Rantet

    La messe est dite.Faire cohabiter une activité ecole intense avec un trafic international en plein développement au cœur d une zone fortement urbanisée relève de la mission impossible.
    Dans les années 50 ,un grand monsieur: Louis Notteghem,avait anticipé toutes ces contraintes et consacré toute sa vie à la création d’un centre dédié à la formation des futurs pilotes de lignes.
    Des installations d’accueil,deux pistes en dur ont été construites au milieu de nulle part et ont remplacé les goose neck utilises pour le vol de nuit. La proximité d’une demi douzaine de plateformes IFR était un plus.Quelques dizaines de SV4c,des Ms733,beech18,ms760,DC3,Corvette,Nord262,ont permis la formation de plusieurs générations de pilotes.Cette formation était assurée sous la supervision d un instructeur AF détache qui a effectué un travail remarquable. Tout cela a parfaitement fonctionné pendant quelques décennies et la qualité de la formation des ÉPL était unanimement reconnue.Et puis la ruche bourdonnante est devenue progressivement silencieuse comme atteinte par un mal mystérieux……..
    —manifestation des riverains ? Non les vaches charolaises sont silencieuses et adorent les avions…
    —il manquait le soleil et la mer? Peut être…
    Oui cette plateforme vous l’avez reconnue : Saint Yan. Elle existe toujours Et est parfaitement opérationnelle.
    Rien n’est irréversible et voilà peut-être un beau moyen de redynamiser cette France profonde.

  • JEAN DEBROIZE

    « Un noyau de riverains » qui ignoraient totalement lorsqu’ils se sont installés qu’un aérodrome était à proximité…
    Les protestataires sont en droit d’envoyer les « noyaux de riverains » aux Maires qui signent des permis de construire à proximité immédiate des pistes (les exemples sont légion)
    Alors oui, à un moment donné, « l’usager » peut et doit se rebiffer !!
    Ce n’est bien sûr pas aussi dramatique, mais cela fait penser aux mêmes permis de construire qui continuent d’être accordés dans des zones inondables…

  • PIERRE

    La population sédentaire augmente, les habitations aussi, le monde évolue, rien n’est acquis, pas plus que les acquis sociaux, il faut savoir évoluer avec notre environnement et donc s’adapter, voire se remettre en cause.
    Ainsi va la vie.

    • Lolo

      Accepter de construire à proximité d’un aéroport ou d’un aérodrome, de surcroît bien moins cher par rapport à l’offre du marché habituel, c’est aussi accepter les nuisances de façon définitive, ou bien effectivement comme il est dit par ailleurs, de déménager.
      il est quand même plus logique et plus facile de déplacer quelques maisons plutôt qu’une piste qui est là depuis des décennies, pour ne pas dire un siècle pour les plus anciennes.

      • JEAN-LOUP FROMMER

        A votre avis pourquoi l’Ecole de Chasse est délocalisée à Cognac, et la BA 705 de Tours, ou devrai-je dire le « Champ d’aviation de Parçay-Meslay » datant de 1917 fermera en 2020?
        Son principal opposant aura gagné post-morten, le dessinateur PIEM!! Dans les années 1990, un projet d’achat des terrains qui entouraient la plate-forme avait été soumis aux autorités, afin pérenniser la base, qui n’en firent rien.
        Ensuite ce fut la construction du plus grand collège professionnel de France qui s’installa dans l’axe de la piste… sans compter les mesures anti-bruit, complètement en opposition avec la sécurité des vols, qui précisaient de réduire les réacteurs peu après le décollage, les réunions à la mairie avec les riverains, les édiles, le commandant de la BA 705, qui expliquait que cela ne viendra à l’idée de tout aviateur de s’installer à proximité d’un aérodrome….
        J’attends avec impatience, « les pleurs » sur les retombées économiques et immobilières de ce transfert des Tourangeaux !!!

  • BC

    S’ils veulent pas entendre les avions ils n’ont que a déménager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.