Accueil » Menace sur l’aérodrome de Salon-Eyguières

Menace sur l’aérodrome de Salon-Eyguières

La mairie d’Eyguières, propriétaire depuis 2006, de l’aérodrome de Salon-Eyguières (LFNE) situé dans le parc régional des Alpilles en Provence, a décidé la privatisation de la plate-forme. Les 1.200 usagers du terrain redoutent une envolée des redevances.

21.02.2018

L'aérodrome de Salon-Eyguières (LFNE)regroupe huit associations aéronautiques, 1.200 utilisateurs et 175 aéronefs basés. © AUPASE

Salon-Eyguières (LFNE) était jusqu’à un passé récent un aérodrome sans histoire. En 2006, dans le cadre du désengagement de l’Etat, la propriété en avait été transférée à titre gratuit à la commune d’Eyguières, sur le territoire de laquelle il est situé. Toutefois, l’AUPASE qui regroupe les huit associations aéronautiques basées et qui en assurait la gestion pour le compte de l’Etat, s’est vue reconduite dans sa fonction par la mairie jusqu’à maintenant. Dans un courrier adressé aux conseillers municipaux d’Eyguières, le gestionnaire précise qu’il « ne reçoit aucune subvention et tire ses ressources annuelles de la perception des redevances liées aux AOTpour les hangars et des redevances versées par les propriétaires d’appareils installés sur l’aérodrome. Ces ressources sont intégralement consacrées aux travaux de maintenance et d’amélioration des conditions de sécurité, laquelle est notre première préoccupation, et en étroite liaison avec les services de la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile). »

En 2016, le maire a décidé de remettre en question ce mode de fonctionnement et apparemment de tirer profit de cette grande plate-forme de 200 hectares située dans une région à forte attractivité touristique. Le 1er avril 2018, la commune reprendra la gestion de l’aérodrome en régie directe. L’AUPASE prête l’intention au maire de vouloir privatiser la plate-forme pour en tirer des revenus. Nous avons contacté la mairie d’Eyguières sans pouvoir parler au maire, ni obtenir d’information.

De leur côté, les usagers ont demandé l’intervention de la sous-préfecture d’Aix-en-Provence et celle de la DGAC qui ont tenté en vain une médiation. Face à la détermination du maire, l’AUPASE a décidé d’introduire un recours devant le Tribunal administratif de Marseille et de mobiliser la communauté aéronautique en lançant une pétition. G.R.

32 commentaires

  • Jphi13

    Suivez le combat des usagers de LFNE sur le blog : https://sauvonseyguieresaerodrome.wordpress.com

  • Pour suivre l’évolution de ce dossier, un blog a été créé:
    https://sauvonseyguieresaerodrome.wordpress.com/

  • Jean Claude VINCENT

    A mon avis, solution de repli impossible car ce terrain non ouvert à la CAP ne répond à aucune norme. D’ailleurs la tentation a été grande pour l’administration de le supprimer. Ce terrain est très limité et ne pourrait absorber 175 appareils de plus.

    • Laurence LEGUEM

      Monsieur,
      Ce terrain OUVERT À LA CAP, contrairement à ce que vous dites, répond à toutes les normes d’un aerodrome. Renseignez vous avant de dire n’importe quoi!
      L. Leguem

      • Jean Claude VINCENT

        En réponse à Mme L. LEGUEM, ce n’est pa de LFNE que je parlais, c’était d’une solution de repli sur l’AD de ROMANIN (les alpilles). Je connais parfaitement le dossier de LFNE et pour cause .

  • olivier robin

    encore une structure qui va être brader a vinci

  • lavidurev

    « En 2006, dans le cadre du désengagement de l’Etat… »
    L’état se déresponsabilise peu à peu des tâches qui lui incombaient jadis.
    La France est le pays où impôts, taxes et charges combinées représentent le taux de prélèvement des plus élevés d’Europe. Un Président et un gouvernement élu par défaut avec un score des plus faibles de l ‘histoire de la République. Son action principale n’a eu comme principal effet celui d’augmenter les contributions et de diminuer les acquis sociaux. Un discours bien rodé qui passe où vous casse cela est un mal nécessaire et nos voisins nous envient. La main de fer au gant de velours étrangle davantage le contribuable à chaque passage. Et en dessert la dette incommensurable est servie. Un frein à tout cela? Droit dans le mur … Les chiffres rapportés sur nos plateaux TV sont « adaptés » aux circonstances mais on le sait ne reflètent aucune réalité.
    Nos services , nos terres , nos aéroports , nos terrains d’aviation sont peu à peu vendus à ceux qui bientôt nous feront payer leurs services se passant des nôtres. Si au passage on privatisait aussi les présidents , les ministres , les sénateurs , les euro-députés et les députés, les élus etc…car ils sont vraiment beaucoup trop chers pour ce qu’ils rapportent?

  • Titeuf

    Pour tout ce qui est traffic en aviation d’affaire privée ou commerciale
    avec un Falcon 7X ou un Embraer 190 ça ne passe pas les alpilles au décollage
    sauf par le vallon des Glauges en dessous du relief, une piste avec un QFU en 36
    ne me semble donc pas très pratiquable (parmi toutes les autres orientations
    les seuils et bouts de piste sont limités à l’est et au sud par la route,
    à l’ouest par le survol à basse altitude du Parc des Alpilles).

    A l’inverse en approche, à 7° ça passe au dessus du relief mais
    c’est sans compter sur tous les jours de mistral. Donc cela ne saurait
    être qu’une piste avec le QFU 18 priviliégé (et même obligé) pour du
    décollage et atterrissage (à voir avec le mistral) et pour seulement
    des Falcon tri reacteur, tous les autres bi reacteurs ne passant pas
    les 15m avant la route Salon St Martin du Crau.

    Je ne vois pas de quoi l’on peut réellement parler en confiant à une société
    privée la gestion de l’aerodrome pour favoriser les « activités les plus
    profitables ».

    Les seuls Turbo Prop pour un tel terrain sont de la famille STOL comme le
    QUEST Kodiak, Cessna 208 ou le Pilatus PC6, et il n’y a pas besoin d’aménagement
    de piste seulement d’avoir de la disponibilité en kérozène s’ils sont basés et en
    rien la présence de cette famille d’appareils ne pourraît être incompatible
    avec la gestion de l’aupase. Quant à en faire une opportunité pour une
    exploitation commerciale, elle ne justifie pas l’éviction de l’Aupase et
    peut tout à fait être en cohabitation, sans investissement lourd pour
    du vol VFR. Quant à la profitabilité d’avions généralement utilisés pour
    de l’humanitaire ou du largage de parachutistes…

    Donc s’il y a un aménagement ce n’est vraiment que pour une poignée
    de personnes « du cru » en 7X(il n’y a aura pas de douanes à Salon Eyguières)
    dont les frais seront supportés par tout le monde et rendant la plateforme
    complètement déficitaire et asphyxiant tous les autres usagers.

    Belle mentalité…

    • Titeuf

      Je rectifie, la route Salon St Martin De Crau (et non Du Crau) et à 700m, un E190 passe largement les 15m, par contre pas d’approche au delà de 5.5° (pour le 7X je pense que cela est faisable et encore à savoir), donc pas pratiquable par un E190. Pour la distance pour les Alpilles compter 5km à 250kts à 2000ft/min et cela ne passe pas.

    • popoaviateur
      popoaviateur

      Falcon 7X ou un Embraer 190 ça ne passe pas les Alpilles au décollage !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      800 m de dur, ca le fait pas. Et personne fera Marignane à Salon à coté de Salon qui est elle même en danger ….

  • Dauphin

    Les diverses fédérations qui concernent les nombreuses activités pratiquées sur cet aérodrome ne peuvent pas ignorer le problème. Sauf erreur, leur silence est assourdissant.

  • VILLEZ-MOGNIER Serge

    C’est dans nos petits aérodromes locaux que nous formons les jeunes pour les carrières aéronautiques. Encore faut-il que des promoteurs toujours plus avides de gains ne fassent pas en sorte que les heures de vols n’atteignent des prix prohibitifs. Non, les gens qui pilotent ne sont pas de riches rentiers multimillionnaires. Ce sont des passionnés y laissant le plus gros de leurs moyens et de leurs loisirs. Ce sont aussi des bénévoles ne comptant pas leur temps pour faire en sorte que tous et surtout nos jeunes puissent exercer une activité saine physiquement et intellectuellement. Venez nous voir pour constater tout cela, nous nous ferons un plaisir de vous faire visiter nos installations et vous verrez comment nous entretenons des appareils en parfait état de marche qui pour certains ont plus de 30 ans !!! Venez faire un baptême en planeur et venez partager notre passion. Vous verrez des jeunes de 16 ans voler seuls, que se passera t’il quand une société privée va nous obliger à multiplier le prix des vols par 3 ou 4 pour pouvoir pérenniser une activité régie en association loi de 1901 ne réalisant à ce titre aucun bénéfice ? Messieurs les financiers laissez tranquille une activité qui ne survit que grâce au bénévolat. Ne lancez pas la commune d’Eyguières dans une aventure qui coutera très cher à ses administrés. Nos dirigeants ont pour certains près de 40 ans d’expérience et connaissent toutes arcanes de l’activité aéronautique. Votre projet est voué à l’échec.

  • Titeuf

    C’est triste à dire mais une piste de 5000ft ça peut développer beaucoup de transport et de nuisances (c’est la taille de London City Airport). Il ne faudra pas pleurer du côté d’Orgon Eygalières et de même pour Eyguières et tout le Parc regional des Alpilles si dans 10 ans il y a 5 ou 6 rotations par jour avec des milliers de voyageurs à la semaine. Si même cela paraît aujourd’hui improbable, rien ne pourraît l’empêcher, le potentiel touristique y est, mais fini la tranquillité (et vu le prix moyen du bâti dans le Parc, je doute que cela donne envie aux habitants). Quant aux usagers actuels, ils auront plié bagage si tout cela « est dans les cartons ».

  • Lionel

    Est ce que cette situation ne serait pas la conséquence d’un manque de dialogue et de compréhension des différents protagonistes ?

  • Titi

    Si Mme Le Maire veut vraimment attirer une clientèle fortunée avec une piste pouvant permettre l’atterrissage de Jets privés, il faudra un ILS (bonjour la facture pour la communauté de communes), une piste (compter le prix d’un bon km 1/2 au tarif « autoroutier » avec un enrobé ‘au prix bonbon’) et la requalification du site en SEVESO pour stocker du « Ethylene glycol dimethyl ether  » pour dégeler la piste l’hiver (c’est bien connu les alpilles c’est attirant par un froid bien sec sous le soleil de Provence), condition sine qua non pour ne pas restreindre le traffic aux périodes hors gel (c’est à dire ne pas pouvoir atterir jusqu’au dégel en fin de matinée l’hiver, ou même fermer la piste complètement si cela ne dégèle pas en journée). A priori les opposants devraient aussi clairement faire savoir au Maire qu’ils sont opposés au reclassement du site en SEVESO (elle en tirera les conclusions qui s’imposent)…

    • Titi

      Le Propylène Glycol utilisé pour dégivrer les avions et les pistes est inoffensif, il n’y aura en rien le besoin de classer SEVESO une installation le stockant. On peut largement évaluer la conversion de Salon Eyguière au traffic des jets privés à un déficit d’exploitation qui s’il est géré par une société privée, en fera par contre payer le prix par tous les usagers (en taxes d’atterissage, en hausse des loyers) jusqu’à évidemment ne plus rendre possible l’existence d’aeroclubs (avions ULM et planeurs) et de petits proprios en location. A moins évidemment de rendre à leur juste valeur l’utilisation des infrastructures par les aeronefs ayant exigé les investissements les plus lourds, ce qui est rarement le cas.

      Toute mes excuses pour l’erreur sur le glycol.

  • Momo13

    Je suis consterné par la capacité de certains à menacer gravement et inutilement les efforts des autres.
    Dans notre « taxocratie », il ne s’agit plus seulement de supporter le coût des collectivités territoriales (voir le déficit du pays & les comparaisons avec d’autres plus efficaces), puis le « mille feuilles territorial » – mais en plus de nous livrer en pâture à la prédation des sociétés privées chargées de récolter les dimes les plus diverses (PV de stationnement,….) – au détriment d’une classe moyenne de plus en plus malmenée….
    Pourtant les gens compétents, volontaires et actifs existent dans tous les milieux mais ne sont pas écoutés…
    Mais halte aux considérations politico-sociétales…
    En l’occurrence, utilisateur de LFNE et retraité de la fonction publique (donc moyens assez limités….), passionné par l’aviation sous toutes ses formes depuis toujours, je n’ai pu qu’avoir recours à l’aviation sportive « low cost » (vol à voile, construction amateur,…) pour assouvir ma passion si prenante, si enrichissante et si légitime….
    Voler, c’est loin du « bling – bling », être amoureux de la nature (comme les amoureux de la mer, de la montagne,…) tout autant que de la technique et du pilotage ….
    Il est tout simplement scandaleux et anti démocratique que les usagers ne soient pas écoutés…La Mairie n’a pas de projets clairs, pertinents et dévoilés….elle ne veut pas discuter de solutions gagnants-gagnants …
    Comme tous les terrains, on aurait pu envisager une valorisation progressive, améliorer ce qui ne va pas ….à conditions de ne pas détruire l’existant… en faisant fuir les utilisateurs…
    Bref : qu’il y a-t-il comme intérêt à « tuer la poule aux œufs d’or » ? Récupérer un poulailler vide en zone désertique ?

  • METOUDI

    Le Maire a fait voter en décembre dernier la création d’une SEMOP (société de droit privé associant la Commune à un actionnaire privé majoritaire) dans le but de rentabiliser au maximum les activités sur l plate forme. Il faudra en effet rémunérer le capital, payer les salariés de cette société et distribuer des dividendes. D’où une augmentation très forte de toutes les redevances car actuellement la gestion est de type associatif, réalisée par des bénévoles qui ne coutent rien . Conséquence directe: l’éviction de fait de ceux qui n’auront pas les moyens de payer. Autant dire la plupart des actuels utilisateurs. Gros dégâts en perspective sans parler des finances de la commune qui seront mises à contribution !!!

    • Alain GALLINA

      ?? Avec des AD proches comme LFML, LFMV, LFTW et LFMA, il est sur qu’un petit terrain sans attractivité particulière et sans service ATS va attirer les Jets d’affaires et engranger de grosse rentrées financières !! La commune va devoir proposer des services hors de prix qui n’attireront personne. Même les Jets d’affaires comptent !! Le peu d’utilisateurs restants seront contraint de partir sous de meilleurs cieux!
      Cette SEMOP va boire le bouillon et la commune épongera les dettes.
      Ou alors, il y a des projets immobiliers prévus sur une partie de l’emprise de l’AD…. Voir le PLU.

  • Ghn

    Quel est le but poursuivi réellement par la commune ? Pour elle ou pour les communes l’entourant (le principal pôle touristique est Salon).
    Actuellement, de rendre en avion à Eyguières ne semble pas impossible, sauf les jets car je doute que la seule piste revêtue soit balayée. Donc on se demande ce qui peut être ajouté par un changement de gestionnaire, à part des coûts. On peut aussi douter d’un retour sur investissement si la plateforme doit changer de classement pour devenir commerciale. D’ailleurs un changement dans la nature et le volume des activités ne manquerait pas de poser des problèmes de voisinage avec d’autres aérodromes (Salon, Istres, Marseille notamment).
    Alors, veut-on augmenter ou diminuer les potentialités ? Il semble peu probable que la commune cherche à urbaniser l’emprise. Quel est le but poursuivi ?

  • Arminius

    Même s’il existe dans le code de l’aviation civile des moyens de défense (il dit que les augmentations de redevances doivent être modérées, celles-ci doivent être acceptées par l’association des usagers pour être homologuées etc.), l’entêtement des gestionnaires peut causer des dégâts irréversibles. Ce qui se passe à Moulins ou les nouveaux dirigeants de la CCI gestionnaire montrent un réel mépris de la règlementation et des usagers montre bien la fragilité et la vulnérabilité de nos activités.

  • stol

    Avant de penser à des solutions de repli, il faut se battre! Ce qui se passe ici nous concerne tous car à terme c’est toutes les plateformes qui sont menacées par les bétonneurs et leurs complices intéressés.

  • fildru

    C est assez curieux , étant un don de l état et qui est gère par une association utilitaire , apparemment sans but lucratif , le maire a t il le droit d en faire une activité inverse , soit commerciale ?

  • DAUPHIN

    La mise en place d’une société privée dans l’intention de tirer des revenus de cet aérodrome aura un impact direct sur le coût des heures de vol. En effet, au minimum il faudra payer les charges salariales pour effectuer des tâches qui jusque-là étaient assurées par des bénévoles. Cela aura pour effet d’écarter les pilotes à « petit moyens » et les jeunes. Le nombre de pratiquants diminuera, le gestionnaire, voulant satisfaire les investisseurs, augmentera les charges et le système divergera vers une mort programmée de l’aérodrome. Après cela il ne restera plus qu’a vendre les zones constructibles pour y bâtir des locaux industriels. Bravo Monsieur le Maire.

  • LORENZI

    Utilisateur (ULM et PLANEUR) et aussi, depuis plus de 30 ans, membre BENEVOLE de cette plateforme , sa GESTION basée sur le BENEVOLAT m’a permis , avec de « petits moyens » ( simple fonctionnaire de L’Education Nationale!!) d’assouvir ma PASSION « VOLER tout simplement! » ( Voler et vous saurez pourquoi les oiseaux chantent!!!)
    Elle m’a permis aussi de nouer des liens d’amitié avec d’éminentes et surtout sympathiques personnes du monde aéronautique ( anciens de la PAF, commandants de bord ..ect!) .
    Il est certain , (mes nombreuses discussions sur le terrain!!!), que si la Gestion est donnée à une Société Privée , beaucoup de personnes , Ulmistes entre autres, mais qui ont, comme la plupart des lecteurs de ce forum, la passion de ce qui vol, quitteront la plateforme.

    • DALBY

      Le problème est qu’il n’y a pas vraiment ailleurs de replis possible

      • Teil

        Peut-être une convention avec Les Alpilles (Le Mazet de Romanin), sinon rechercher un espace (pas besoin de piste en dur pour l’activité vélivole l’aviation légère et l’ULM) prospection par l’outil « géoportail », ce sont les hangars qui manqueront le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.