Accueil » Un e-VTOL pour pilotes privés aisés

Un e-VTOL pour pilotes privés aisés

En vol difficile de différencier le Q-Starling de SAMAD aerospace avec un jet. Il s'agit bien d'un e-VTOL ! © SAMAD aerospace

Baptisé Q-Starling, le e-VTOL biplace aux allures d'un avion, à la fois futuriste et vintage, vient d’être dévoilé par SAMAD aerospace. Cette start up britannique se positionne sur le futur marché de la mobilité urbaine non autonome avec des aéronefs électriques ou hybrides nécessitant moins de qualifications pour accéder aux commandes…

« Le Q-Starling devrait être facilement accessible aux pilotes d’avions brevetés PPL avec environ une dizaine d’heure nécessaire à la conversion » a expliqué SAMAD aerospace dans un communiqué. Car il s’agit bien d’un e-VTOL même si à première vue il laisse penser le contraire ! L’aéronef cache en effet un rotor ventral qui entre en action pour les phases de décollage et d’atterrissage verticales…

A travers ces projets, la start-up britannique vise à pénétrer le marché de la mobilité urbaine qui offre...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

10 commentaires

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Si c’est un Business-case, alors cela marchera et ca se vendra !

    Répondre
  • on voit bien le professionnalisme des concepteurs avec un empennage en T qui rend le rattrapage d’un décrochage beaucoup plus difficile pour les pilotes avec une faible expérience – voire même expérimentés )))

    Répondre
    • Oui, c’est vrai !
      De toute façon ces machines ne resteront que des phantasmes d’ingénieurs frustrés de ne pouvoir piloter de vrais avions, car je vois mal n’importe qui aux commandes de telles petites bombes volantes dans l’espace aérien déjà bien saturé, avec un diplôme de pilote du dimanche !!! 😡

      Répondre
  • Les startupers auraient tord de s’en priver ! Vu que seul le rêve fait vendre, ces gars ont bien compris le jeu et le joue à fond. Irrealisable ? Énergétiquement impossible et même si cela était possible, profondément égoïste car nécessite une densité d’énergie que seuls les hydrocarbures offrent ? Avionique ‘simple’ pour un vtol quand il faudra démontrer au bas mot du 10-7 et une klif ppl ? Arrêtez donc de nous embêter avec ces choses là et contemplez la confiances des marchés.

    Répondre
  • Plutôt qu’un vtol pour pilotes privés aisés, qui se préoccupera un jour de faire un avion pour pilotes désargentés

    Plein le Luc de ceux qui ne pensent à l’aviation que pour les riches…et du reste, le retour de bâton, c’est que c’est devenu une super cible pour les écolos puisque l’on peut mobiliser tous les autres contre vu qu’ils sont exclus de l’aérien et donc non concernés

    Répondre
    • Plein de gens ont dèjà mis leur savoir faire au service de ceux qui voulaient voler sans pour autant être classés parmi les « riches ». Et on peut être fier que parmi eux il y ait eu beaucoup de Français : Des gens comme Jean Delemontez avec son D9 en 1948, Henri Mignet dans les années 30 ou René Fournier avec son RF3 en 1960 et tellement d’autres, et en plus ces avions ont un impact carbone encore plus microscopique que les autres, même Gréta devrait les apprécier… .

      Répondre
      • Vous en avez oublié un au moins et pas des moindres : Michel Colomban avec son CRICRI. Sauf que cette aviation « pour les pauvres » n’a plus la côte de nos jours car il faut se retrousser les manches et en plus pour le CRICRI avoir la patience d’un bénédictin pour le faire et le gabarit d’un jockey ensuite pour le piloter.

        Répondre
      • @Stanloc, ma courte liste n’avait pas la prétention d’être exhaustive, il y en a de nombreux autres comme Michel Colomban que vous indiquez, Jacques Humbert, Jean Daniel Roman, Serge Present et encore une fois tellement d’autres dans ce pays berceau de l’aviation dont on peut être très fiers.

        Répondre
  • Quel est l’intérêt du VTOL associée à cette configuration avion ? Ca va consommer un max pour décoller et il restera rien pour le vol croisière. A qui cela servira?
    De plus on se demande comment ça pourra se soulever de terre. Les hélico n’ont pas des diamètres rotor imposants pour rien. On ne voit rien de tel ici.
    Encore un projet qui semble plus vendre du rêve qu’autre chose.

    Répondre
  • Il manque une info pour finir de bien faire saliver : ce ne sera pas cher du tout 🤣

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.