Accueil » Une cabine élargie pour le Tecnam P92

Une cabine élargie pour le Tecnam P92

Tecnam dote le P92 d'un fuselage en carbone qui offre plus d'espace pour les occupants. Bien que rendu possible par la nouvelle réglementation ULM européenne (600 kg), cette évolution pourrait entrer dans la future réglementation française (525 kg).

15.04.2019

Grace à la souplesse de la réglementation ULM européenne Tecnam peut offrir plus de confort aux pilotes du P92. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Le biplace Tecnam P92 Echo Mk II récupère du P2008 un fuselage en fibres de carbone et une cabine sensiblement plus large. Il est doté de l’aile métallique du P92 Eaglet, la version commercialisée comme LSA aux USA qui fut la première à introduire des winglets. Le système de refroidissement du moteur est directement hérité de celui du Sierra MkII.

Il est commercialisé avec une masse maximale au décollage allant de 472,5 kg à 600 kg, ce qui lui permet d’être exploité comme ULM, LSA ou selon la catégorie européenne des ULM « lourds » dans les pays où cette nouvelle norme peut s’appliquer.

Son équipement est finalement assez standard avec les désormais incontournables écrans tactiles d’un Garmin G3x en option.

FM

De l’ULM monoplace au commuter, Tecnam n’en finit pas d’étoffer son catalogue

Evolution à la française pour l’ULM

3 commentaires

  • Louis COLLARDEAU

    Bonjour
    Petite précision de langage concernant l’article précité et son intitulé qui peut induire en erreur
    Il n’y a pas de réglementation ULM Européenne à proprement parler. L’UE et l’EASA ont explicitement maintenu l’ULM hors de leur champ d’application (Cf annexe 1 du Règlement UE-2018/1139). En clair, la réglementation ULM (450 kg) est laissée à l’initiative de chaque pays de l’UE, et c’est tant mieux pour ce qui nous concerne avec notre système déclaratif, simple et responsabilisant, que nous voulons conserver et qui a fait le succès de l’ULM en France ( 1/3 des ULM Européens). Beaucoup d’autres pays (qui nous envient !) avaient déjà fait rentrer l’ULM dans un système de certification, parfois par des organismes délégués ( DULV, LAA,…) et avec le carcan réglementaire qui va de pair…. C’est pourquoi la France, en utilisant la possibilité d’exemption (Opt-Out) proposée par l’UE laissant à chaque pays le choix de classer en « ULM » des aéronefs entre 450 kg et 600 kg, a souhaité rester dans des masses « raisonnables » en fixant une limite de masse Maxi (MTOM) à 500 kg (525 kg pour un ULM biplace avec parachute), compatible avec le maintien de notre système déclaratif. Ce choix partagé avec la DGAC, qui permettra de continuer de voler en règle avec les ULM modernes présents sur le marché, sans toucher aux fondamentaux de notre réglementation nationale, nous l’assumons pour le Bonheur des pilotes d’ULM Français, en laissant ce qui est au-delà de ces masses sous la tutelle d’un système certifié réglementé par l’EASA. Nous nous réjouissons que les principaux constructeurs comme Tecnam jouent le jeu en continuant de proposer des ULM compatibles avec notre réglementation.

    Louis COLLARDEAU 1er Vice-Président de la FFPLUM, en charge de la Réglementation.

  • Daniel Perely

    J’ai un P92 et j’en suis content… Tecnam est un constructeur d’avions et d’Ulm…. c’est un gage de sérieux ! par contre pendant ce salon, j’ai été navré de constater l’absence d’Ulm français du niveau de fabrication actuel des Ulm européens !!

    • Jean-Marie Klinka
      JM KLINKA

      Il faut plutôt se poser la question de la disparition progressive des constructeurs français: Fournier, Robin, Mudry. Reste Moniot, mais d’autres vont apparaître, qui vont montrer leur capacités à faire des ULM de qualité. Si on les laisse faire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.