Accueil » Une patrouille aérienne verte branchée sur la planète

Une patrouille aérienne verte branchée sur la planète

Dans quelques mois, dans le cadre du projet associatif Innova Vis, une patrouille aérienne composée de 3 aéronefs solaires autonomes en énergie prendra son envol. Le but étant de démontrer qu'il est possible de se déplacer, par la voie des airs, tout en préservant l'environnement.

15.02.2020

La première campagne de vol que réalisera la Patrouille Climatique s'intitulera "La France des solutions". Elle consistera en un tour aérien autour de l'environnement afin de promouvoir les solutions d'acteurs, engagés en matière de développement durable, partout en France au rythme des étapes du tour. © Innova

Il s’agit d’un projet initié en 2017 par Jean-Baptiste Loiselet, actuellement ingénieur en chef du projet et Louis Gagey, chef du projet. L’idée, selon l’équipe d’Innova Vis, est « d’avoir un outil pouvant agir maintenant et directement sur l’environnement dans le cadre d’une nouvelle façon de voler, plus en phase avec les enjeux climatiques du monde« .

Pour cette patrouille aérienne « verte« , unique en son genre à notre connaissance, plusieurs objectifs sont visés : accroître les connaissances sur la planète par l’intermédiaire de missions scientifiques , devenir un outil de sensibilisation environnemental auprès du grand public et intensifier la démarche écologique dans le monde de l’aéronautique, notamment pour un transport aérien plus propre.

Le projet Innova Vis est sponsorisé, entre autres, par l’Aéro-Club de France et la Fédération Française de Vol en Planeur. L’explorateur Jean-Louis Etienne est l’un des parrains de la Patrouille Climatique. ©  Innova Vis

En pratique, les aéronefs de la Patrouille Climatique sont construits à partir d’une structure de base de planeur fournit par l’avionneur Italien Alisport. Des hélices rétractables, un moteur électrique et des batteries ont été rajoutés mais également des panneaux solaires sur l’intégralité de la voilure. De cette manière, les aéronefs peuvent utiliser à la fois l’aérologie locale, tels que le font les planeurs, mais sont également capables de décoller en autonomie et de pallier une insuffisance de portance aérologique grâce à l’énergie solaire fournit au moteur. Une journée moyenne de soleil permet une recharge complète de batterie.

A l’heure actuelle, le projet entre en phase finale avec la pose des panneaux solaires sur les ailes du premier aéronef de la patrouille. Un premier vol est quant à lui attendu au plus tard en avril 2020.

Jean-François Bourgain