Accueil » Une patrouille aérienne verte branchée sur la planète

Une patrouille aérienne verte branchée sur la planète

Dans quelques mois, dans le cadre du projet associatif Innova Vis, une patrouille aérienne composée de 3 aéronefs solaires autonomes en énergie prendra son envol. Le but étant de démontrer qu'il est possible de se déplacer, par la voie des airs, tout en préservant l'environnement.

15.02.2020

La première campagne de vol que réalisera la Patrouille Climatique s'intitulera "La France des solutions". Elle consistera en un tour aérien autour de l'environnement afin de promouvoir les solutions d'acteurs, engagés en matière de développement durable, partout en France au rythme des étapes du tour. © Innova

Il s’agit d’un projet initié en 2017 par Jean-Baptiste Loiselet, actuellement ingénieur en chef du projet et Louis Gagey, chef du projet. L’idée, selon l’équipe d’Innova Vis, est « d’avoir un outil pouvant agir maintenant et directement sur l’environnement dans le cadre d’une nouvelle façon de voler, plus en phase avec les enjeux climatiques du monde« .

Pour cette patrouille aérienne « verte« , unique en son genre à notre connaissance, plusieurs objectifs sont visés : accroître les connaissances sur la planète par l’intermédiaire de missions scientifiques , devenir un outil de sensibilisation environnemental auprès du grand public et intensifier la démarche écologique dans le monde de l’aéronautique, notamment pour un transport aérien plus propre.

Le projet Innova Vis est sponsorisé, entre autres, par l’Aéro-Club de France et la Fédération Française de Vol en Planeur. L’explorateur Jean-Louis Etienne est l’un des parrains de la Patrouille Climatique. ©  Innova Vis

En pratique, les aéronefs de la Patrouille Climatique sont construits à partir d’une structure de base de planeur fournit par l’avionneur Italien Alisport. Des hélices rétractables, un moteur électrique et des batteries ont été rajoutés mais également des panneaux solaires sur l’intégralité de la voilure. De cette manière, les aéronefs peuvent utiliser à la fois l’aérologie locale, tels que le font les planeurs, mais sont également capables de décoller en autonomie et de pallier une insuffisance de portance aérologique grâce à l’énergie solaire fournit au moteur. Une journée moyenne de soleil permet une recharge complète de batterie.

A l’heure actuelle, le projet entre en phase finale avec la pose des panneaux solaires sur les ailes du premier aéronef de la patrouille. Un premier vol est quant à lui attendu au plus tard en avril 2020.

Jean-François Bourgain

5 commentaires

  • Cedric

    Bonsoir, prof de technologie, dans un collège, nous traitons le thème de l énergie. je serai intéressé pour en savoir plus sur vos planeurs. De plus si le vent vous pousse dans la région du mont St Michel, je vous invite à y faire escale. Je serai ravi de vous présenter mes élèves bia. Mes 4e vont faire un stage planeur en juin. Bon bol cedric

    • Jean-Baptiste

      Bonjour, restez donc en contact via le site web, et bientôt les réseaux sociaux. On passera sans doute un jour dans votre région et ce serait un plaisir de venir parler à vos élèves, si notre planning le permet.

  • DAURAT BERNARD

    bonsoir j’aurais aimé en savoir plus sur l’énergie électrique dite verte….car pour l’instant bien des choses dites verte s’alimentent sur l’énergie nucléaire… et les résines utilisées pour la construction des appareils ne me semblent pas très…heu verte l’électrique est un leurre pour les bobos façon voitures de course sur neige « électrique » avec des groupes diesel planqués pour les recharger ….mais c’est dans l’air du temps pour faire moderne sans réflexion sur l’ensemble de la chaine de A à Z pour les réalisations, oui discours de vieux c.. peut être mais réaliste…donc j’attends des preuves

    • Bonjour, beaucoup de choses à dire sur le sujet… Dans notre cas l’électrique n’est qu’une énergie secondaire, l’aérologie reste l’énergie principale comme pour un planeur classique. Résultat, nous avons une batterie 10 fois plus petite que pour une voiture (4.3 KWh), et comme nous la rechargeons au solaire on n’utilise pas de nucléaire. Pourtant cette solution nous permettra de faire des trajets importants (plus qu’une voiture électrique), sans contraintes logistiques et plus proprement que toute autre solution actuelle.
      C’est la combinaison des énergies qui nous offre un tel potentiel, et j’aime bien cette philosophie : il faut diversifier nos ressources et nos solutions pour aller vers un monde durable.
      Impact de la construction : à étaler sur la durée de vie de la machine, or ici elle est virtuellement illimitée (les premiers planeurs construits il y a 50 ans sont toujours en état de vol).
      On pourrait débattre encore longuement sur ces sujets, et je n’aurais d’ailleurs pas toutes les réponses, mais ce qui m’intéresse par dessus tout c’est d’essayer des choses, ce que nous faisons ici. C’est comme ça qu’on avance 😉

  • Passier philippe

    Intéressant et innovant c’est un des projets porteur d’espoir pour l’avenir de notre planète.
    Je lui souhaite le succès qu’il merite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.