Accueil » UPS créé sa filiale de livraison par drones

UPS créé sa filiale de livraison par drones

A l’heure actuelle, UPS effectue des livraisons par drones dans le domaine de la santé, dans le cadre d’une utilisation spécifique de la certification Part 107. © UPS

Baptisée UPS Flight Forward, la nouvelle filiale d'UPS permettra "le développement et l'exploitation de transports aériens sans pilote pour les livraisons commerciales".

Cette nouvelle filiale, récemment intégrée au groupe UPS, pourrait recevoir la certification Part 135 qui lui permettra d’effectuer de véritables vols commerciaux réguliers par drones. C’est l’objectif d’UPS.

Aux Etats-Unis, ces vols très réglementés sont pour le moment effectués par dérogation (dans le cadre de la Part 107) et cette demande de certification effectuée auprès de la FAA est une première étape vers des vols réguliers de drones opérés par un transporteur, de jour comme de nuit. De plus,...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

Un commentaire

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par Martial DAUPHIN

    La Part 135 et Part 107, ne sont pas applicables dans la réglementation EASA.
    Et c’est heureux de constater que bien au contraire les autorités Française et Européenne légifèrent régulièrement afin de donner un cadre réglementaire qui va toujours vers plus de sécurité quant à l’utilisation des drones.
    Quid de l’anti abordage, anticollision, auto information, contacts radio, hauteurs et distances de survol de certains édifices, « application des règles de l’air », procédures de pannes, procédures d’urgence, application d’une MMEL ou LME, ateliers pour l’entretien en Part 145 ou en Part 21 ou autre, bureau de planification et suivi des vols ainsi que la mise à jour de la documentation aéronautique, par qui, etc. ?
    Cela me semble plus jouable au Canada ou en Guyane que pour la ville ou le village Français lambda.
    Reste à voir pour ces deux exemples le problème de l’autonomie disponible en énergie pour parcourir les distances. Un Nice/Monaco/Nice me semble plus probable grâce au côtier de l’aéroport de Nice, à l’héliport de Monaco, mais certainement pas un vol vers une boite aux lettres.
    Attention aux hélicoptères !
    Enfin si la « boite aux lettres doit être déportée pour des raisons de sécurité, il me semble alors que l’intérêt du drone n’est pas probant.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.