Accueil » Culture Aéro – brèves » Amelia Earhart par elle-même – Poétique du ciel #3

Amelia Earhart par elle-même – Poétique du ciel #3

La collection de podcast d'Aerobuzz. Chaque samedi à partir de 17h30, un nouvel épisode. © Aerobuzz.fr.

Dans le troisième podcast  de notre série « Poétique du ciel », Gérard Maoui lit un extrait de « Dernier vol », un texte d'Amelia Earhart. Dans ce récit dont elle avait remis le manuscrit aux éditeurs peu avant sa disparition en 1937 dans le Pacifique, elle brosse l’autoportrait d’une aviatrice déterminée.

...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

3 commentaires

array(3) { [0]=> int(31) [1]=> int(4585) [2]=> int(5294) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par Jean-Louis roba

    Très beau texte mais rappelons que si Amelia Earhart fut une personnalité sympathique, elle ne fut jamais cependant ce pilote d’exception vanté par tant d’auteurs. Son mari la ‘doublait’ d’ailleurs toujours d’une copilote lorsqu’elle arrivait dans un avion à double commande, cela pour éviter un crash devant les journalistes. Lors de son dernier vol, elle était seule aux commandes tandis que son coéquipier avait de graves problèmes d’alcool. Sa disparition est donc explicable et il ne faut y chercher aucun mystère.

    Répondre
    • Je ne sais pas ce qu’il en est en ce qui concerne la qualité du pilotage ou de l’équipage, mais il me semble que l’étape au cours de laquelle Amélia E. et son acolyte (ah ah, non non, j’ai bien écris « acolyte ») ont disparus (objectif un îlot paumé au milieu du pacifique avec un navire de la Navy en balise) était de toute façon extrêmement risquée.

      Répondre
  • Merci, très beau texte… et très intéressant venant d’un esprit américain.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(3) { [0]=> int(31) [1]=> int(4585) [2]=> int(5294) } array(0) { }

array(3) { [0]=> int(31) [1]=> int(4585) [2]=> int(5294) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.