Accueil » DJI donne des ailes à Nicolas Vanier

DJI donne des ailes à Nicolas Vanier

Nicolas Vanier a eu recours à la technologie et aux drones DJI pour filmer en vol les oiseaux migrateurs dans son film « Donne-moi des Ailes », en salle le 9 octobre 2019.

6.10.2019

L'histoire vraie de Christian Moullec et de ses oies mise en scène par Nicolas Vanier. © DJI

C’était il y aura bientôt 20 ans, une bouffée de poésie, de l’émotion à l’état pur, sur grand écran. Le film « Le peuple migrateur » porté par Jacques Perrin, nous invitait alors à voler avec les oiseaux au long cours, lors de leurs migrations à travers le globe. Des plans à couper le souffle et arracher des larmes… Il s’agissait d’abord d’un documentaire, certes mis en scène, mais qui se voulait d’abord témoignage. Le film de Nicolas Vanier (sortie en salle le 9 octobre 2019) est une fiction.

La légèreté et la flexibilité du DJI Ronin 2 a permis à Nicolas Vanier de réaliser des plans exceptionnels. © DJI

« Donne-moi des ailes » raconte l’histoire d’un homme et de son fils enseignant à une espèce d’oies sauvages en voie de disparition comment migrer du cercle polaire arctique en Norvège jusqu’au sud de la France pour survivre à l’hiver. Ce récit est inspiré de l’histoire vraie de Christian Moullec qui en d’autres temps avait croisé le chemin de Jacques Perrin. Christian Moullec est l’homme qui vole avec les oies sauvages…

« Donne-moi des Ailes », avec Jean-Paul Rouve, Mélanie Doutez et Louis Vazquez, sortira le 9 octobre 2019 en France, puis dans d’autres pays européens, au Canada et au Japon. © DJI

Afin de filmer les oiseaux en vol et les acteurs (Jean-Paul Rouve, Mélanie Doutez et Louis Vazquez notamment) dans leur ULM, l’équipe de production a utilisé le drone DJI Inspire 2 avec la caméra DJI Zenmuse X7. « La technologie des drones nous a permis de capturer la vraie beauté des oiseaux pour que les gens puissent l’apprécier dans les moindres détails. Sans le drone, nous n’aurions jamais pu réaliser les séquences aériennes que nous avons faites. Cette technologie nous a vraiment aidé à rendre une histoire fantastique encore plus magique. »

Le système de stabilisation de caméras cinématographique DJI Ronin 2 a également joué un rôle important en relevant le défi de filmer des séquences difficiles en ULM dans la région arctique norvégienne et dans le sud de la France, assure la production du film.

 

2 commentaires

  • Claudine Clostermann

    J’étais de permanence à la DSAC Nord, un vendredi, quand ma hiérarchie me demande de me rendre à l’héliport d’Issy les Moulineaux pour contrôler le départ des oies naines et sauvages de Chistian Moullec en équipage avec lui. Malheureusement, les oies, affolées par le périphérique parisien très proche, se sont sauvées. Heureusement, l’épouse de Chistian avait relayé avec FR3 pour les infos et les oies sauf une ont été retrouvées dans un étang près de MEAUX (c’était justement l’ouverture de la chasse).
    Mais, le lendemain, Christian est venu à La Ferté Allais avec ses oies (sauf une) et j’y étais. Ce fut un équipage d’une harmonie inoubliable….une formation aussi belle que la PAF avec toutes ces oies derrière L’ULM. A méditer pour les chasseurs….

  • Gérard David

    Vu hier en avant première le film est absolument SUBLIME. Histoire humaine, images sol et vols fantastiques, actrices et acteurs particulièrement convaincants dans leur rôle, montage et musique extrêmement appropriés, réalisation pratiquement parfaite à tous égards, une pédagogie habile et forte dans sa plaidoirie pour la conservation de notre planète,
    Un must absolu non seulement pour notre communauté de fans de l’air mais pour tous les terriens que cette grandiose fête aérienne aidera à rendre l’univers en meilleur état à leurs enfants qu’ils ne l’ont trouvé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.