Accueil » « Flying Legends » quitte Duxford pour Sywell

« Flying Legends » quitte Duxford pour Sywell

A la suite d’un accord avec l’Imperial War Museum, l’iconique meeting aérien « Flying Legends » ne pourra plus se tenir sur le mythique aérodrome de Duxford. Stephen et Nicholas Grey, et leur équipe de la Fighter Collection, organiseront la prochaine édition de leur show aérien, l'un des plus prestigieux au monde, les 10 et 11 juillet 2021, à Sywell, au Nord-Ouest de Londres.

14.11.2020

Moment rare pour le spectateur que d'assister à l'évolution de cette patrouille de quatre Messerchmitt 109 (Buchon)... c'est la magie de Flying Legends ! © Fighter collection

Sur fond d’annulation de tous les événements publics liée à la crise sanitaire, c’est un autre coup dur qui a affecté le monde du spectacle aérien fin août 2020 : l’annonce que « Flying Legends« , ne pourrait plus avoir lieu à « Dux« .

Une page se tourne… Après 30 années de présence à « Dux », il faudra désormais prendre la route du Nord Ouest de Londres pour assister, dès l’été prochain, au mythique Flying Legends. © Fighter Collection

Même si ce grand rendez-vous universellement reconnu comme le plus important meeting commémoratif de l’histoire aérienne et plus particulièrement de la seconde guerre mondiale y avait justement construit sa…  légende, il n’était que l’un des trois grands spectacles aériens organisés à Duxford.  Les deux autres événements annuels sont l’œuvre de l’Imperial War Museum, propriétaire du lieu, actuellement en difficulté financière du fait de l’impact de la pandémie sur sa fréquentation. Il est apparu comme une évidence à la direction de reprendre à son propre compte l’organisation du show, dans le but d’augmenter ses propres ressources.

La communauté des amateurs de warbirds désespérée

« C’est avec le cœur lourd que nous confirmons que 2019 fut la dernière édition du Fliyng Legend à Duxford (…) annonçait Nick Grey en personne   » Nous espérons sincèrement que notre équipe trouvera un lieu alternatif pour accueillir cet événement alternatif et que nous aurons le privilège de vous revoir tous… » Cette annonce a été vécue comme une véritable catastrophe par l’ensemble de la communauté. Elle aurait pu laisser supposer que « leur » meeting fétiche allait disparaître. Mais c’était sans compter avec la hargne de la famille Grey qui, après quelques contacts infructueux, a finalement conclu un accord avec les exploitants de l’aérodrome de Sywell, situé à une encablure de la petite ville de Northampton.

Sywell, autre base importante de la Royal Air Force avant, pendant et après la Seconde guerre mondiale fut à l’origine un centre important de formation des pilotes. Il est devenu par la suite le terrain de maintenance des bombardiers Wellington et d’essai des Lancaster…  La plate-forme abrite actuellement de belles collections de warbirds. Elle a déjà accueilli par le passé de grands shows aériens et propose une belle sélection de petits événements annuels.

Evocation des raids sur l’Allemagne à la fin de la 2ème guerre mondiale, lorsque les P51 Mustang escortaient des hordes de bombardiers pour pilonner les villes et les usines de la Ruhr © Fighter collection

Si à première vue la plateforme de Sywell se montre idéale pour assurer la suite de la saga, elle pose néanmoins un problème. Certes, avec ses 3 pistes gazonnées et sa piste en dur de 1200 m elle peut accueillir la majorité des appareils habituellement présentés dans les meetings historiques. Mais sa capacité à recevoir le public est bien inférieure à celle de Duxford. Un réel challenge pour l’équipe d’organisation qui devra imaginer des solutions permettant de satisfaire un nombre important de spectateurs et ce, dès la prochaine édition, prévue les 10 et 11 juillet 2021…

Flying Legends s’est fait une spécialité des grandes formations composées de différents types d’appareils. Ici le box avant de cinq Hurricane précède un Bristol Blenheim et trois Spitfire. Le « balbo » de l’édition 2019 comportait 24 appareils. © Flying Legend

La délocalisation du show Flying Legends n’affecte pas la Fighter Collection qui restera basée à Duxford.

Philippe Chetail

 

La Fighter collection annonce son prochain big show à Sywell, avec une évocation du Balbo… formation finale de chaque édition du Flying Legend. © Fighter Collection

 

 

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Philippe Chetail

chez Aerobuzz.fr
Président d’Airshow, spécialiste de l’organisation de manifestations aériennes, Philippe Chetail a organisé plus de 230 meetings aériens depuis 1973. Egalement co fondateur de France Spectacle Aérien, il est l’un des meilleurs connaisseurs européens de tous ceux qui gravitent autour des spectacles aériens. Il a rejoint Aerobuzz en juillet 2011. Philippe Chetail couvre, en particulier, l’aviation de collection et les évènements aéronautiques.

7 commentaires

  • b petit
    Benedict

    Toujours très compliqué de déplacer un éventement aérien, surtout de la dimension et de la notoriété du FL.
    Sur fond de discussions financières, avec des positions certainement rigides, ils en sont arrivés à ce point de rupture.
    – IWM souhaitant l’opération, ( entrées, parkings, boutiques, stands… ) et reléguer FL au rang de prestataire.
    – FL souhaitant conserver la totalité de la maitrise de son événement.

    L’Imperial War Museum y perdra. On profitait du FL, pour visiter les 2 musées. Ca leur procurait de la notoriété et d’importantes recettes ( entrees et goodies ). C’est dommage, j’ai découvert là bas des appareils fabuleux.

  • Jujupilote

    Quelle tristesse ! Un peu comme les aéropuces chassées du Bourget.
    Nous étions en équipage à l’édition 2019, sans savoir qu’elle serait la dernière.

    Longue vie à Flying legends, à l’aviation de collection britannique, et à Sywell !
    Sywell acueille déjà le LAA Rally, fly-in annuel du RSA britannique.

  • Article lu et relu, j’ai pas trouvé la raison pour laquelle ils doivent quitter Duxford.

    Le piper FBRUE garé sur la flightline en 2016
    http://www.acaiglons.fr/images/b17.jpg

    • Jean-Mi

      L’imperial War Museum préfère organiser elle-même un meeting à Duxford et donc en récupérer les dividende plutôt que de « prêter » la plateforme à TFC qui récupère d’habitude les bénéfices. Je ne sais quelle part est reversée à l’IWM.

    • Philippe Chetail
      Philippe Chetail

      Relisez encore Merlin ! C’est pourtant tout à fait explicite dans le premier paragraphe… l’IWM, en difficulté financière actuellement a souhaité augmenter ses revenus en reprenant à son compte l’organisation du meeting de juillet, antérieurement mis en oeuvre par la Fighter Collection qui en encaissait bien évidemment les ressources…. L’IWM pense ainsi compenser le manque à gagner du fait de la désaffection du public par la fermeture de ses locaux (cause Covid)… Est ce plus clair ainsi ?

      • Jean Paul Delevoye

        Bonjour Philippe

        J’ai bien lu cette phrase plusieurs fois:
        « Il est apparu comme une évidence à la direction de reprendre à son propre compte l’organisation du show, dans le but d’augmenter ses propres ressources. »

        Mais il ne me semblait pas clair de quelle direction il s’agissait, celle de l’iwm evoqué au dessus ou celle de flying legends puisque parlant du show organisé par flying legends.

        Pour moi, cette phrase peut se lire dans les deux sens.

      • Kilrah

        Ca me paraît surtout être une « bonne » méthode pour s’assurer qu’aucun des fans de Flying Legends ne mettra un pied à leur meeting…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.