Accueil » Il était le dernier pilote du Normandie-Niemen

Il était le dernier pilote du Normandie-Niemen

Gaël Taburet s'est éteint le vendredi 10 février 2017 à l'âge de 97 ans. Il était le dernier des 98 pilotes du Normandie-Niemen à avoir combattu l'Allemagne nazie sur le Front de l'Est de 1943 à 1945. 

13.02.2017

Les obsèques de Gael Taburet auront lieu le 22 février à Cannes, ville où il demeurait. © Coll. Ret M. Gaudart

Le 10 décembre 2016, nous informions Aerobuzz du 97è anniversaire du dernier pilote en vie du célèbre régiment d’aviateurs Normandie-Niemen. Son nom Gaël Taburet. L’ambassadeur de Russie en France lui avait téléphoné pour la circonstance, et en 2015 il lui avait rendu visite. Gaël Taburet vient de s’éteindre vendredi 10 février. Ils étaient 98 pilotes dans ce régiment à avoir combattu l’Allemagne nazie sur le Front de l’Est de 1943 à 1945. Ils avaient été mis à disposition de l’URSS par le Général de Gaulle.

Gaël Taburet, engagé à 18 ans dans l’armée de l’air et breveté pilote en 1939, rejoint le front russe en avril 1944. Il termine la guerre avec 6 victoires dont une probable. Il poursuit sa carrière en Indochine puis en Algérie à Meknès. Il revient en France puis passe dans les forces françaises en Allemagne. Il part ensuite en opérations en Algérie puis est affecté en France en prenant deux ans plus tard le commandement de la base aérienne d’Orange. Mis en retraite en 1963 au grade de colonel, il poursuit ses activités dans le privé. Ses obsèques sont prévus le 22 février à Cannes, ville où il demeurait.

Connaissant l’importance de la mémoire de ce régiment en Russie, les Russes seront certainement très affectés par cette disparition, également fortement ressentie en France, notamment dans les familles des pilotes et dans l’Escadron de chasse 2/30 Normandie-Niemen basé à Mont-de-Marsan. De ce régiment il reste cependant encore en vie le mécanicien André Peyronie.

Le parcours de Gaël Taburet et ses combats aériens sur le front russe sont évoqués dans le livre Pilotes du Normandie Niemen d’après le journal de Roger Penverne dans l’Armée Rouge dont nous sommes les auteurs. Le récit construit autour du journal du pilote, coeur du livre, replace celui-ci  dans son contexte historique et militaire. Roger Penverne, le narrateur, raconte la vie quotidienne sur le front et les missions du guerre de son régiment.

René et Maryvonne Gaudart

7 commentaires

  • Laurent LECOMTE

    Marcel Albert l’As du « Normandie » le surnommait « Tabouret », il avait beaucoup d’estime pour son ami Gaël originaire de Messac guipry (40km au sud de Rennes).
    Mr Taburet que j’ai eu la chance de rencontrer et de filmer comme tous les survivants d’alors du Régiment était un Grand homme, humble et convaincu que tout le monde aurait fait comme lui à l’époque (Marcel Albert ne disait pas la même chose …) . A l’époque de son passage à Alitous (été 1944) le « Normandie » perçoit le yak 3 et Gaël y rencontre Lily avec qui il partage une passion pour la littérature.
    Avec sa disparition c’est une page glorieuse de notre histoire encore vivante qui se tourne, nous préparions quelque chose en leur honneur et espérions qu’il serait encore présent, mais en France l’épopée du « Normandie Niemen » n’intéresse pas grand monde …

    • Philippe DARROUX.

      A mon avis SI l´epopee du Normandie Niemen est interessante et les francais restent touches par son souvenir.
      IL me parait important desormais de continuer vos efforts pour garder vivante le role de ces 98 pilotes dans le contexte de cette guerre. Alors mobilisons les passionnes d´avions et de l´aviation pour, qu´a l´image de ce qui est fait pour tant d´autres evenements, ( Certains sont bien moins glorieux mais etrangement celebres… ) presenter aux jeunes generations sous forme de bandes dessinees, de jeux electroniques toutes ces aventeures, ces histoitres tant collectives de cet escadron qu´individuelles de ces hommes qui se sont engages pour la liberte de notre pays.

  • G LESCALUP

    Les Russes vont envoyer les choeurs de l’Armée.
    Espérons que cette fois, François Hollande daignera se déplacer, pas comme pour Roland de La Poype dont l’enterrement avait été scandaleusement minimisé.

  • delemontez

    Bonjour,

    Jean DELEMONTEZ à cotoyé lors de stages suivi à l’AIA de toulouse les pilotes
    de cette valeureuse escadrille.

    Jacques delemontez

  • ESCLAFIT

    Pardon de vous préciser que Meknès n’est pas en Algérie, mais au Maroc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.