Accueil » Débat et opinion » Le dernier pilote du Normandie-Niemen

Le dernier pilote du Normandie-Niemen

René et Maryvonne Gaudart sont les neveu et nièce de Roger Penverne, un pilote du régiment de chasse Normandie-Niemen. En 2014, ils ont fait publier le journal de leur oncle, abattu au-dessus de Koenigsberg, dans un combat inégal à 2 contre 12 Focke Wulf 190, quelques semaines avant la fin de la guerre. 

Gaël Taburet à son domicile en compagnie de Alexandre Orlov, ambassadeur de Russie en France, et d'une délégation de l'Escadron de chasse 2/30 Normandie-Niemen (2015) © Mémorial Normandie-Niemen

Avant de lire l'article

L'article est classé dans la catégorie "débat et opinion", il reflète donc le point de vue de l'auteur. Il n'engage pas la rédaction d'Aerobuzz. Si vous souhaitez, réagir n'hésitez pas à le faire via les commentaires au bas de la page.

Le 12 novembre 2016, Alexandre Orlov, ambassadeur de Russie en France, a appelé Gaël Taburet dernier pilote survivant du célèbre régiment de chasse Normandie-Niemen, pour lui souhaiter bon anniversaire, pour sa 97è année. Déjà en 2015 l’ambassadeur lui avait rendu visite à son domicile

Portrait du pilote Gaël Taburet du Normandie Niemen. © Mémorial Normandie-Niemen
Portrait du pilote Gaël Taburet du Normandie Niemen. © Mémorial Normandie-Niemen

Ce régiment d’aviateurs français, tous volontaires pour aller combattre l’Allemagne nazie, avait été mis à disposition de Staline par le général de Gaulle. Il était intégré dans l’Armée Rouge sur le front de l’Est. Les premiers volontaires arrivèrent en Russie en novembre 1942 alors que l’URSS était en position de vaincu. Cela les russes ne l’oublieront jamais. 98 pilotes ont combattu sur ce front durant les années 1943 à 1945 , 42 sont morts au combat. Avec ses 273 victoires, c’est l’unité la plus titrée de l’Armée de l’air française.

La Russie reconnaissante

Pour la première fois une délégation de 50 personnes de familles de pilotes a effectué cette année un voyage de mémoire en Russie. Elles en ont conservé un souvenir inoubliable par la démesure et la chaleur de l’accueil des russes. Le site du Mémorial du Normandie-Niemen évoque ce voyage des familles en Russie par un diaporama, mais il évoque aussi et surtout la reconnaissance de la population et des autorités ruses, notamment par une vidéo montrant l’étonnant et surprenant spectacle donné au Kremlin le 7 mai en l’honneur de Normandie-Niemen, l’avant-veille de la commémoration de la Victoire, et par la vidéo du reportage de France 2 où l’on voit les familles de pilotes derrière une large banderole Normandie-Niemen dans l’impressionnant Défilé des Immortels du 9 mai 2016 à Moscou.

les-familles-de-pilotes-du-regiment-hist-orique-sur-la-place-rouge-a-moscou-arborant-les-portraits-de-leurs-anciens-derriere-la-banderole-du-nn-9-mai-2016-copie
Les familles de pilotes ayant combattu sur le Front de l’Est durant les années 1943 à 1945, réunies sur la Place Rouge le 9 mai 2016, le jour de la commémoration de la Victoire en Russie, juste après le fameux Défilé des Immortels auquel participèrent ces familles, derrière la banderole Normandie-Niemen et en arborant les portraits de leurs anciens. © Mémorial Normandie-Niemen

C’était un immense cortège de 700.000 russes dans les rues de Moscou, avec le président Poutine en tête, chacun brandissant le portrait d’un membre de sa famille mort durant la dernière guerre mondiale. 

Le journal d’un pilote

Nombreux sont les livres racontant l’histoire de ce régiment. Pilotes du Normandie-Niemen d’après le journal de Roger Penverne dans l’Armée Rouge est le dernier, mais c’est une toute nouvelle histoire. En effet ce récit construit autour du journal du pilote Roger Penverne relate non seulement les missions de guerre des pilotes, mais avec celles-ci placées dans leur contexte historique et militaire, et dans le cadre d’une description la plus vraie de la vie quotidienne des pilotes sur ce front de l’Est. A quelques semaines de la fin de la guerre, Roger Penverne a été abattu au-dessus de Koenigsberg dans un combat inégal à 2 contre 12 Focke Wulf 190. Il était titulaire de 5 victoires (dont 1 probable). Son journal nous est resté. Il constitue le coeur de ce livre.

René et Maryvonne Gaudart

2 commentaires

  • Gil Roy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam *

Sur Facebook

Sur Twitter