Accueil » La vie romanesque du général Stehlin

La vie romanesque du général Stehlin

Pilote dans la toute jeune armée de l'Air, officier de renseignement à Berlin où il est proche de Göring, puis chef d'état major de l'armée de l'Air, le général Paul Stehlin a eu une carrière digne d'un roman. Matthieu Gantelet signe une biographie passionnante qui plonge le lecteur dans les prémices de la deuxième guerre mondiale et jusqu'aux choix militaro-industriels de la France des années 1960.

9.04.2021

La collection "Stratégie aérospatiale" développée par le CESA s'étoffe d'un travail de recherche sur un personnage méconnu de l'armée de l'Air. © CESA / La documentation française

Paul Stehlin aura vécu plusieurs vies en une, toutes au cœur des événements qui auront façonné la France et l'Europe d'aujourd'hui. Engagé pour la libération de la France pendant la seconde guerre mondiale, ses prises de positions à contre courant de celles du Général de Gaulle et en faveur de l'industrie nord-américaine, face aux programmes développés par Dassault, lui ont toutefois valu l'ire de ses contemporains. Matthieu Gantelet signe une biographie dense, entremêlée de militaire, de politique et de programmes industriels,...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Fabrice Morlon

chez Aerobuzz.fr
Après des études de lettres, Fabrice Morlon s’oriente vers le journalisme. Il a fondé l'agence de communication Airia en 2013. Pilote privé, il a rejoint la rédaction d’Aerobuzz, début 2013. Fabrice Morlon a, principalement, en charge l’aviation légère, l’avionique et les équipements.

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

12 commentaires

  • À mon avis, Stelhin et Galland, sont deux grands francais.

    Un francais qui est pour Boeing est un traitre.

    Mais un Américain qui est pour Airbus est un héros.

    Voila la logique toute française que j’ai subit moi aussi durant mes 25 années dans l’aérospatial.

    Je suis nord-américain et je suis pour Boeing.

    • BIB57

      On ne peut pas mettre STELHIN et GALLAND sur le même plan. Je ne connais pas grand chose à l’aviation militaire mais je comprends des messages précédents que le Général était motivé par son soucis de la performance de l’Armée de l’Air.
      GALLAND, qui n’était pas un spécialiste de la construction aéronautique ou du transport aérien, est devenu un vulgaire lobbyste au service d’une multinationale étrangère. C’est politiquement et moralement condamnable (on peut d’ailleurs s’étonner que cela ne le soit pas également judiciairement…), non parce qu’il est français mais parce qu’il fut ministre de la République et qu’il a donc eu accès à des informations confidentielles et des connexions propres à son statut (c’est une forme de délit d’initié!)!

    • Stormy

      C’est vrai que les Américains ne sont jamais nationalistes. C’est savoureux de vous voir nous donner des leçons.
      Nous sommes nombreux dans ce pays à ne pas vous considérer comme nos amis. Et s’il vous plait, ne nous ressortez pas le débarquement, la « libération » et tout ça, et que sans vous, nous parlerions allemand…. alors que l’envahisseur d’alors n’a jamais cherché à nous imposer sa langue, pour commencer. Bref, on pourrait en parler pendant des heures, sans changer nos positions respectives.
      Vous devez être canadien, pour dire « nord-américain » comme ça. Ceux qui qualifient les francophones de leur pays de « Français »… j’ai appris à les connaitre, figurez-vous (et pour moi, c’est 44 et non 25)

      • BIB57

        « l’envahisseur d’alors n’a jamais cherché à nous imposer sa langue »!!!!!
        Vous n’êtes pas au courant qu’il a imposé nettement pire?
        Sous des airs badins votre commentaire s’assimile à du négationnisme!

  • Toussaint

    Quand il y a des sous à se faire, pour certains la mère patrie ne compte pas beaucoup, sinon il n’y a pas photo, le F1C était un avion ancienne génération donc le F16 semblait meilleur. Sinon j’ai beaucoup apprécié le F1CR, mais comme le Jaguar, il méritait un moteur plus puissant, 2 pour le félin.

    • Xav520

      = Mirage G 04 (ou 08), 2 Atar 9K50 (mais ailes à géométrie variable. Le Mirage F.2 était mono-réacteur, 9 t)
      Quant au F-16, comme disait un général Belge : ça pousse fort, mais on aimerait que ça pousse plus longtemps…
      Une grande partie de la flotte a été perdue sur panne réacteur, bien plus que des Mirage 2000 !

  • Malige

    J’ai lu effectivement,il y a 40 ans, le livre critique du gal Sthelin sur le Mirage F1, comparé au F16 qui était déjà, à l’époque plus avancé que le Mirage 2000 (encore prototype): ces deux avions cités ont des commandes de vol électriques et un réacteur puissant et moderne.
    En comparaison, le F1 est un avion où tout est « câblé » et le moteur issu de celui du Mirage 4: c’était un bon avion, l’avenir l’a montré largement!!! Mais à l’époque, on regardait, comme toujours, le dernier « cri ». Même dans l’Armée de l’Air, il y a eu des Hommes (et Femmes) qui ont plutôt regardé vers les USA, à tort ou à raison. M. Sthelin en faisait partie…

    • Xav520

      Les premiers blocks (versions) du F-16 (blocks 1 à 15) n’étaient-ils pas qu’à moitié numériques ? Et avec un ordinateur de vol des plus limités, problème remédié avec les F-16C et les MLU.

  • philippe jarry

    Un peu plus de précision dans la tenue de vos caps… Le gal Stehlin était appointé par Northrop qui, remarquez-le, n’était pas le constructeur/promoteur du F-16 mais celui de son concurrent: le F-17… celui qui avait perdu face au F-16. Le rapport du Gal Stehlin, tel qu’il fut communiqué à VGE, démontrait l’écart grandissant qui se creusait entre les capacités technologiques française (le F1 en étant un exemple ) et celle des USA avec le florilège F-15, F-16, F-17… Selon lui, la France agissant seule (et cela a été la politique stratégique constante de M. Dassault), ne pouvait rivaliser: même le F1-M53 (dont l’armée de l’air ne voulut pas, d’ailleurs) ne tiendrait pas la route, car le moteur n’était qu’une partie de l’équation: c’était le système d’armes qui était en cause. Pour lui, il y avait donc deux voies: que l’Industrie française accepte une coopération européenne (mais le gal Stehlin, de par sa carrière avait bien compris que c’était impossible vu la stratégie de Dassault) ou la coopération avec les USA. La décision appartenant évidemment au Politique, d’où le dossier transmis à VGE. La coopération est le résultat d’une option politique (France-Grande Bretagne pour ce qui deviendra le Jaguar, par exemple)… On l’a vu: l’absence de coopération européenne conduit inéluctablement à une écrasante pénétration des USA dans les armées de l’air européennes malgré des succès partiels des avions Dassault (Belgique, Suisse, Espagne, Grèce) . Cinq décennies après ‘l’affaire Stehlin’, la même équation à résoudre et voici le SCAF : intéressante aventure à suivre: fera, fera pas ?

  • L'amateur d'aéroplanes

    Merci pour la promotion de cet ouvrage que je ne connaissais pas.

  • Stormy

    Il y a eu d’autres livres sur le personnage…. et je me souviens très bien de l’affaire, à l’époque. Il avait donc fait la promotion du F16 pour l’Armée de l’air française, ce qui avait fait beaucoup de bruit – et encore plus lorsqu’on avait opportunément découvert qu’il était payé pour ça.
    Un des patrons de l’industrie américaine s’était vanté de l’avoir comme employé, après qu’il ait quitté l’armée de l’air – pensez donc, avoir comme lobbyiste un ancien chef d’état-major.
    Ils sont nombreux comme ça, encore maintenant, à palper de façon plus ou moins occulte des Américains. Combien ont fait la promotion du F18, des drones, du F35 récemment ? et se sont retrouvés ensuite dans une sinécure de l’autre côté de l’Atlantique, à prétendre vouloir transformer l’OTAN ? on n’a rien sans rien.
    Mme Sylvie Goulard a dû quitter son poste de ministre de la Défense après un mois seulement, car cela n’était pas tenable – salariée d’un think-tank américain, et pas pour des clopinettes….
    Il y a le club de Young Leaders, qui recrute et place ses gens au plus haut niveau de l’état – cherchez, et vous ne serez pas déçus. Il y a les généraux qui ont fait toute leur carrière en étant les hommes des Américains, de Tiger Meet à l’OTAN, en commençant par l’échange Ecole de l’air / Air Force Academy de Colorado Springs. C’est d’ailleurs la justification de la chose.
    Alors oui, lisez ce livre, et pensez bien à tout ça.

    • BIB57

      C’est comme Yves GALLAND, ministre de Chirac (de l’industrie puis du commerce extérieur…) parti vendre son carnet d’adresse et son entregent chez Boeing en 2003….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.