Accueil » Le Petit Prince une valeur sûre

Le Petit Prince une valeur sûre

Pour commémorer les 75 ans de l'édition française du Petit Prince d'Antoine de Saint Exupéry, Monnaie de Paris a créé une nouvelle collection de monnaies or et argent.

14.02.2021

La nouvelle collection de monnaies Or et Argent "Le Petit Prince" lancée en février 2021 par la Monnaie de Paris. © La Monnaie de Paris

Le 11 février 2021, Monnaie de Paris a lancé officiellement une nouvelle collection de monnaie or et argent spéciale 75 ans du Petit Prince. Publié dans un premier temps aux Etats-Unis en 1943, puis en France en 1946, ce conte poétique et philosophique est l’œuvre la plus connue d’Antoine de Saint-Exupéry.  C’est aussi un phénomène éditorial : il s’agit en effet de l’ouvrage de littérature française le plus lu et le plus connu au monde.

Monnaie de Paris surfe sur la vague en proposant aux collectionneurs et aux amoureux du célèbre petit personnage, un produit dérivé haut de gamme, dans la lignée des collections consacrées à Luky Luke ou aux Schtroumpfs, autres succès de littérature jeunesse.

La pièce 10€ Argent « Petit Prince » est déclinée en trois modèles. © Monnaie de Paris

Le Petit Prince 10€ Argent – Le Petit Prince et le renard. © Monnaie de Paris

 

La face de la monnaie met en avant le portrait du Petit Prince. Ce portrait est entouré de 75 étoiles évoquant l’anniversaire que célèbre le Petit Prince en 2021, soit les 75 ans de la publication de l’ouvrage en France. En arrière-plan, les étoiles et Saturne complètent le décor. Le titre « Le Petit Prince » et la mention RF sont également visibles sur cette face.

Le revers reprend le logo des 75 ans du Petit Prince, Le titre de l’ouvrage « Le Petit Prince » est décliné en plusieurs langues : français, anglais, allemand et japonais. © Monnaie de Paris

Les prix s’échelonnent de 75€ pour les pièces 10€ argent, à 13.470 € pour la pièce 500€ or, malheureusement épuisée. Les retardataires pourront se consoler avec la 200€ or à 2.635€.

Une éblouissante évocation d’Antoine de Saint-Exupéry

Retrouvez nous en podcast et vidéo

4 commentaires

  • woodplane

    Saint Exupery, homme de convictions et de lettres, sujet inépuisable….
    Est ce que la famille perçoit des droits pour l’usage commercial de son nom ?

    • bêêsixcendouze

      @woodplane oui dans certain cas il est évident que c’est pas compatible avec les convictions connues de ce GRAND HOMME… Je pense en premier à l’aéroport de Lyon Saint Exupery: aéroport vendu à qui on sait et qui on connait… faudrait vite que la famille n’autorise plus cela!

    • Espaso

      Les droits du Petit Prince (textes, aquarelles et toute œuvre de St-Ex en général) ont été ouverts il y a quelques années du fait de la loi sur le droit intellectuel. 70 ans après la mort du créateur, l’oeuvre tombe dans le domaine public. Ainsi, n’importe qui peut utiliser ce nom à ses fins, et la famille n’a plus le droit de regard sur l’œuvre, qu’ils gardaient pourtant bien pour eux !

      • Christian Romann

        Les droits sont encore conservés par la famille:
        Mais c’est là que les choses se corsent, car la fameuse directive européenne étendant le droit d’auteur à 70 ans pour tout le monde n’a pris effet en France qu’en 1997 ; la base était autrefois de 50 ans post mortem auctoris, comme disent les latinistes et les juristes. Pour le calcul de la durée des droits d’auteurs de Saint-Exupéry, qui bénéficie donc en théorie d’une rallonge de 38 ans (rappel: les 30 ans de bonus «mort pour la France», auxquels on ajoute les 8 ans de prorogations de guerre), on a donc calculé 50 ans + 30 ans + 8 ans. Ce qui donne… 88 ans. Donc, 2032.

        Et les produits dérivés? Au moins, de ce côté, aucune ambiguité ne subsiste. A la boutique officielle du Petit Prince, sise dans le XIIIe arrondissement de Paris, on peut en effet acquérir des mugs, montres, des draps et des tas d’autres objets, dont la licence est délivrée par les ayants droits de l’aviateur disparu. Pour éviter que cette manne substantielle ne tombe elle aussi dans le domaine public, ces derniers ont pris soin de déposer les personnages du roman comme marques de commerce (comme Ronald McDonald, en somme).
        Extrait de « Libération »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.