Accueil » Les phares aéronautiques

Les phares aéronautiques

Dans les années 30, les pilotes de ligne volaient la nuit dans le faisceau des phares aéronautiques qui balisaient les itinéraires les plus fréquentés. De cette époque héroïque, il ne reste que très peu de traces, exhumées par l'association La Memoire de Bordeaux Contrôle. Passionnant.

27.04.2019

A la fin des années 20, le phare du Perthus monté sur un échafaudage métallique à côté du bâtiment appelé "La redoute" à la frontière franco-espagnole. © LMBC

Les phares aéronautiques sont aujourd’hui injustement oubliés. Au moins un survivant est classé Monument historique. Pourtant, ils furent, au lendemain de la Grande Guerre, un instrument de la croissance du transport aérien, jalonnant les routes usuelles (vers Londres, Bruxelles, Strasbourg, Lyon et Marseille pour suivre la rotation des aiguilles d’une montre), et de Toulouse jusqu’au Perthus pour baliser les itinéraires des lignes Latécoère/Aéropostale jusqu’à l’Espagne…

Cette carte des phares, non datée, dessinée à la main, est probablement de 1936 ou 1937. © LMBC

La recherche de performance et de sécurité va mener à la multiplication des repères lumineux, fixes, à éclats, colorés, émettant une lettre en alphabet Morse, à acétylène avec des lentilles de Fresnel, puis électricité (ampoules à incandescence) et néon. Des centaines ont ainsi été édifiés tant en Europe qu’aux États-Unis, là où ils ont vite été complétés, dès les années 1930 par les premiers radiophares.

Les phares aéronautiques, ouvrage collectif publié par la Mission Mémoire de l’Aviation civile. 100 pages. 24 x 24 cm. ISBN : 978-2-11-152785-0.

C’est donc une histoire absolument passionnante – et pas uniquement franco-française – que nous raconte ce collectif d’auteurs issus de l’association LMBC, pour la Mémoire de Bordeaux-Contrôle, regroupant de sympathiques Anciens de l’Aviation civile soucieux de restituer le plus fidèlement possible les diverses facettes de leur service. Cette plaquette est d’une très grande richesse documentaire, tant dans l’information purement textuelle et le recueil de témoignages, que par la foison de l’iconographie, qui montre, entre autres, l’évolution technologique.

Jean Molveau

Pour commander le livre « Les phares aéronautiques »

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Jean Molveau

chez Aerobuzz.fr
Journaliste aéronautique, Jean Molveau est le rédacteur en chef du magazine Vol à Voile dont il est l’un des fondateurs (1983). Il a également été, jusqu'en 2019, le rédacteur en chef d'Aviasport. Historien reconnu de l’aéronautique, il a signé 16 ouvrages. Il a rejoint Aerobuzz en 2009. Au sein de la rédaction, Jean Molveau traite plus particulièrement les sujets historiques.

8 commentaires

  • desanlis

    Bonjour
    Je suis à la recherche de document mais surtout d’une photo du pylône phare de Toulon(la Montagne) dans la Marne. J’ai retrouvé des documents en mairie de la C.I.D.N.A datant du 15 octobre 1931. Je prépare un aménagement d’un point de vue où justement se trouvait le phare.
    Pouvez vous m’aider?

  • Francois Prenot-Guinard

    J’ai acquis le livre auprès de l’association LMBC. C’est tout à fait passionnant, bien recherché, bien construit. Essentiel pour quiconque s’intéresse à la navigation aérienne. Une ouvrage sur la transition vers la radionavigation le complèterait utilement.

  • Henri Payre

    Je collectionne les cartes aéronautiques et le sujet est fort intéressant.
    A Strasbourg, avec notre association (Ailes historiques du Rhin), j’ai raté de peu la récupération d’un phare de la route Le Bourget – Strasbourg ; la Franco-Roumaine qui exploitait la ligne a été de fait la première à faire un vol commercial de nuit ; ce phare en question, le dernier avant Strasbourg, était encore debout il y a 5 ans près du château d’eau de Kolbsheim (point d’entrée de SXB). Je l’avais repéré, mais j’ai entamé les démarches six mois trop tard… Il doit être aujourd’hui chez quelque brocanteur ou collectionneur… Dommage !
    Sur la ligne du Sud-Ouest (vers l’Afrique), on peut constater qu’avec les années, les cartes évoluent à mesure que l’aviation s’affranchit de l’infrastructure « nautique », les phares aéronautiques remplaçant les phares côtiers nautiques que les avions suivaient faute de mieux. A partir de 1930 environ, les cartes aéronautiques n’indiquent plus les phares nautiques.
    Merci pour ce livre que je vais m’empresser d’acquérir.
    Henri

    Henri

  • Leo

    Il est dommage qu’en France on ai supprime les beacon (blanc/vert), mis en place par les américains lors de la seconde guerre mondiale.
    Cela rends le vol de nuit bien plus facile, et facilite la localisation des aéroports. Il me semble que l’Allemagne en a toujours !

  • Mikabu

    Dommage pour vous, j’ai pu lire tous les noms sur un telephone simplement en jouanr des doigts!
    Super interessant.les ancetres lumineux desVOR. Les usa avaient commencé un peu avant, je crois.

  • PIERRE

    Interressant mais pas moyen d’agrandir la carte en cliquant dessus, conclusion la carte est peu lisible.

    • D

      Une fois la page de la carte affichée à l’écran, appuyer sur CTRL gauche et faire rouler la molette de la souris, et ……. la carte s’agrandit sans problème. (tout du moins avec le navigateur Firefox)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.