bose A20

Accueil » Culture Aéro – brèves » Thomas Pesquet distingué par le Prix Icare 2017

Thomas Pesquet distingué par le Prix Icare 2017

L’association des journalistes professionnels de l’aéronautique et de l’espace a décerné son Prix Icare 2017 au spationaute français Thomas Pesquet. La cérémonie a eu lieu, le 17 mai 2017, à l’Aéro-club de France, en présence de nombreuses personnalités de l’aéronautique et de l’espace, mais en l'absence du récipiendaire, toujours en orbite autour de la Terre, contraint de prolonger de quelques jours son séjour à bord de l'ISS.

Thomas Pesquet se préparant pour sa deuxième sortie extra-véhiculaire. © ESA

Thomas Pesquet est sans doute l’un des plus jeunes lauréats des soixante années d’existence du Prix Icare.Le Prix Icare a été décerné pour la première fois en 1957. Cette distinction récompense chaque année l’œuvre et l’engagement d’une personnalité ou d’une équipe dans le domaine aéronautique ou  spatial. Ce prix, à haute valeur symbolique, fait l’objet d’un vote solennel de tous les membres de l’AJPAE à l’occasion de leur assemblée générale annuelle. Les journalistes spécialisés ont choisi de mettre en lumière ce spationaute qui a réussi à redonner, au grand public, goût à la conquête spatiale par son charisme et son omniprésence sur les réseaux sociaux. « L’astronaute le plus geek de la galaxie rend sa mission dans l’espace « très humaine » et a réussi à enthousiasmer le grand public en France et en Europe » souligne l’AJPAE.

C’est un autre astronaute français, Leopold Eyharts qui est venu chercher le Prix et qui le remettra à Thomas Pesquet quand celui-ci sera de retour sur Terre, après une mission qui aura finalement duré plus de six mois.

Trois personnalités étaient en courte finale cette année pour le Prix Icare. Les deux autres étaient d’une part Jean-Paul Dubreuil et Marc Rochet, le duo indissociable à l’origine du succès d’Air Caraïbes et du lancement de French Blue, la première low cost long-courrier française, et d’autre part John Leahy, directeur commercial d’Airbus.

Thomas Pesquet, de Merville à Baïkonour en passant par Vilgenis

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam *

cfc