Accueil » Un matin de septembre 1943 dans le ciel de France – Poétique du ciel #6

Un matin de septembre 1943 dans le ciel de France – Poétique du ciel #6

La collection de podcast d'Aerobuzz. Chaque samedi à partir de 17h30, un nouvel épisode. © Aerobuzz.fr.

Dans « Le Grand Cirque », dont Gérard Maoui lit un extrait cette semaine, Pierre Clostermann témoigne et raconte. Tant par leur valeur littéraire que documentaire, ces « souvenirs d’un pilote de chasse français dans la R.A.F. » constituent un ouvrage de référence parmi les récits d’aviation de la Seconde Guerre mondiale.

 

Commander le roman de Pierre Clostermann Le Grand Cirque 2000

...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

3 commentaires

array(3) { [0]=> int(31) [1]=> int(4585) [2]=> int(5294) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Bonjour,
    Par définition, ceux qui ont survécu à la guerre pour la raconter après s’en sont toujours sortis. Il n’est pas le seul (Dupérier…), on ne va quand même pas lui faire un procès !
    Ça n’a pas empêché ceux qui n’ont pas survécu d’écrire aussi (carnets de Rene Mouchotte, et bien sûr St Exupéry)…

    Répondre
  • J’ai entendu dire que Clostermann s’en sortait toujours, mais que beaucoup de ses coéquipiers ne rentraient pas à leur base : enthousiasmé par  » Le grand cirque » que j’ai lu plusieurs fois , cet avis m’a refroidi ! J’espère me tromper ?

    Répondre
    • On peut dire qu’il ne « prenait pas soin de ses équipiers »; Comment en prendre « soin » lors d’un combat aérien? j’aimerais apprendre…
      Et cela m’étonnerais qu’il ne se soit pas soucié de ses camarades de combat vu la façon dont il décrit les différentes pertes dans ses escadrons successifs … Je vous ferais aussi remarquer qu’il a effectué un grand nombre de missions avec Jacques Remlinger, qui est décédé en 2002…
      Sans compter les taux de pertes lors de son passage a la Wing 122… normal dans ce cas que quelques ailiers ne soit pas rentrés…

      Je considère plus que Clostermann a fait mentir des statistiques, et qu’avec un capital chance pareil, ils fallait bien que d’autres en ai moins (malheureusement)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(3) { [0]=> int(31) [1]=> int(4585) [2]=> int(5294) } array(0) { }

array(3) { [0]=> int(31) [1]=> int(4585) [2]=> int(5294) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.