Accueil » Une commandant de bord raconte sa vie passée dans l’Armée de l’Air

100

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

Une commandant de bord raconte sa vie passée dans l’Armée de l’Air

Barbara Brunet-Gaignard entraine son lecteur dans les coulisses des bases aériennes militaires et lui confie toutes les faces du métier de commandant de bord, notamment celui de « commandant de bord, chef de la cellule voyages officiels » au sein du prestigieux Escadron Transport 03.060 Estérel.

Le capitaine Brunet-Gaignard, qui a commencé sa carrière militaire sur Nord 262, puis sur TBM700, Embraer 121 Xingu, Mystère 20 et Airbus A310-300, n’y va pas par quatre chemins lorsqu’il s’agit de réussir une mission. La plus spectaculaire, qu’elle raconte à la fin de l’ouvrage, a été celle des Evasan (rapatriements sanitaires) et des évacuations de civils lors du séisme en Haïti en 2010. Elle n’hésite pas à reconnaître « avoir forcé des espaces aériens fermés à tous les trafics », avoir « violé des ordres de sa hiérarchie » (ordres qui finalement la « couvriront »), avoir décollé avec des procédures « tout juste reconnues ». Mais, dit-elle, « notre mission en Haïti consistait à sauver des vies humaines… ». Que le lecteur soit rassuré, le livre de Barbara Brunet-Gaignard a bien évidemment été validé par le SIRPA-Air. D’ailleurs, elle recevra même la médaille de l’aéronautique en 2012.

Evidemment, l’ouvrage est aussi pour le capitaine Brunet-Gaignard l’occasion de raconter ses multiples escales, dans des régions souvent hostiles d’Afrique, d’Asie et du Proche-Orient. On ne peut citer ici toutes les anecdotes qui jalonnent le livre. Notons juste celle-ci : lors d’un vol vers un pays du Golfe, au cours duquel Barbara Brunet-Gaignard s’occupe de la radio, le contrôleur aérien refuse tout simplement de lui répondre. Ici, un homme ne parle pas à une femme inconnue !

Avec 6.500 heures de vol sur son carnet, un mari qualifié sur A340 de l’Armée de l’Air, et deux enfants, Barbara Brunet-Gaignard a quitté l’Armée et se reconvertit en tant qu’instructeur chez Airbus, sur A320.

Bruno Rivière

Femme pilote dans l’Armée de l’Air

25.03.2016

Un commentaire

  • bineau

    Une commandant de bord raconte sa vie passée dans l’Armée de l’Air
    Je me procurerai le livre du capitaine Brunet-Gaignard et l’apprécierai sans aucun doute.
    Puis-je faire observer que « commandant de bord » est un groupe nominal masculin, même quand la fonction est exercée par une femme. Cette dame est donc UN commandant de bord. Elle est aussi UN pilote, ce qui ne l’empêche pas d’être UNE aviatrice. La grammaire, quelques tortures qu’on lui inflige de nos jours, dit que les noms de métiers se féminisent, pas les noms de fonctions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.