Accueil » 14 juillet : un défilé aérien sous le signe de la résilience

14 juillet : un défilé aérien sous le signe de la résilience

Si le défilé des troupes à pieds a été réduit à son strict minimum pour cause de Covid-19, et si le public n'était pas autorisé à arpenter les Champs-Élysées, le défilé aérien du 14 juillet 2020 qui a eu lieu a mis en valeur ceux qui ont participé aux nombreuses missions liées à la pandémie.

14.07.2020

A330 MRTT et Dassault Falcon ont illustré l'opération Résilience au-dessus de Paris ce 14 juillet 2020. © F. Marsaly/Aerobuzz.fr

Plusieurs appareils ont particulièrement illustré ces missions, un A400M de l'ET 1/61 (doté d'un kit CM30) et deux Casa de la 64e Escadre de Transport, un Airbus A330 MRTT dont l'installation du Kit Morphée a été intensément mis à contribution, un Falcon 2000 également utilisé pour les missions Evasan. [caption id="attachment_7856380" align="alignnone" width="800"] La pandémie a mis en valeur l'importance majeure des moyens de transport aérien. © F. Marsaly/Aerobuzz.fr[/caption] https://www.aerobuzz.fr/defense/a330-morphee-retour-sur-un-bapteme-du-feu/ Un A400M de l'aviation allemande était...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

2 commentaires

  • Tonton Volant

    Ah, la nostalgie !!! Que c’est beau l’uniforme !
    Il ne faut pas oublier que c’est le 6 juillet 1880, le 14 juillet devient officiellement jour de la Fête nationale française, sur proposition du député Benjamin Raspail. L’année 1789 (prise de la Bastille chère aux républicains) ou 1790 (fête de la fédération chère aux conservateurs) n’est pas spécifiée par la loi afin de satisfaire les deux courants de l’époque.
    Dans la « Prise de la Bastille » les militaires étaient contre le « Peuple »

  • Stormy
    Stormy

    Restera dans l’histoire comme le plus minable et le plus grotesque de tous les défilés de 14 juillet. A oublier rapidement.
    Une ode à la diversité tous azimuts, des uniformes disparates, des petits et des gros, des barbus et des colorés, des sections qui ne ressemblent à rien, les éboueurs et les caissières sans oublier les personnels d’entretien, des ministres qui discutent pendant l’hymne national et la sonnerie au drapeau, les mains dans les poches au premier rang, ne manquait que le chewing-gum – mais que c’était pénible.
    Regardez donc le défilé de la Victoire du 9 mai à Moscou pour voir ce qu’est un vrai défilé, et avec la foule qui applaudit (j’y ai été deux fois en vrai)
    Je précise que j’ai moi-même défilé jadis sur les Champs-Elysées, au premier rang de ma promotion – et que j’ai remis ça à la tête d’un box de 14 avions 18 ans après.
    Pour l’anecdote puisqu’on parle d’aviation ici, je peux vous dire que ça va très vite: en vision périphérique, le Sacré-Cœur, Notre-Dame, et pfuitt, c’est déjà le bois de Vincennes – moins de deux minutes…. la tension est plutôt dans les hippodromes d’attente vers Mantes-la-Jolie et Vernon, puis quand on voit les tours de la Défense passer sous le nez de l’avion, c’est que c’est parti.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.