Accueil » Accords sur la motorisation du futur avion de combat européen du SCAF

Accords sur la motorisation du futur avion de combat européen du SCAF

Safran Aircraft Engines et MTU Aero Engines auxquels a été confiée la mission de motoriser le futur avion de combat européen annoncent la création de la société commune EUMET. Dans le même temps, l’espagnol ITP Aero rejoint le duo franco-allemand.

3.05.2021

L'Espagne entre dans le programme du moteur du SCAF. ©  Raphael Soret / Safran

Le futur avion de combat européen du Système de Combat Aérien du Futur (SCAF), baptisé Next Generation Fighter (NGF), fait l’objet de la création d’une société commune 50/50 entre Safran Aircraft Engines et MTU Aero Engines. Cette nouvelle entité, baptisée EUMET GmbH (European Military Engine Team), sera basée à Munich et sera dirigée par un directeur général nommé par Safran.

EUMET supervisera le développement, la production et le soutien du moteur du futur avion de combat européen (NGF). La société commune sera le seul partenaire contractuel des nations participantes au programme moteur. Sur cette base, Safran Aircraft Engines et MTU Aero Engines vont intégrer la société espagnole ITP dans la feuille de route. Au sein d’EUMET, les partenaires développeront les technologies et les démonstrateurs.

SCAF : « Si nous n’avons pas les manettes, nous ferons un Eurofighter… »

 

Retrouvez nous en podcast et vidéo

4 commentaires

  • Meunier

    On voit bien la partie se jouer:
    Allemands défendent leurs intérêts
    Français essaient avoir une défense
    Pourquoi à toi on programmé les politiques dans l illusion de la pensée centralisée ? Au lieu de mettre en concurrence et choisir le meilleur comme aux US? Pb de culture dévastatrice ! Comme annoncer voitures electriques(a composants chinois) non polluantes sans publier un seul bilan carbone (cycle de vie)qui montre qu il faut 180000 km pour avoir l équilibre sachant que toutes les terres rares batteries sont très difficile à récupérer! Moins de Marketing illusionsvp

  • morisson

    Si le résultat est aussi brillant que pour le TP400…Dans un des seuls domaines où les français sont incontestablement plus avancés que les allemands , il faut faire 50/50 et mettre la société à Munich (de sinistre mémoire) pour que les ingénieurs allemands puissent bien copier le savoir faire « parties chaudes » de SAFRAN. Espérons que SAFRAN ne sera pas naïf ! Le gouvernement français l’est assez pour deux !

    • Yves L

      Safran aurait du avoir le leadership sur ce moteur compte tenu de l’expérience et le savoir faire qui est en France, par ailleurs j’ose espérer qu’il n’y aura pas de blocage par l’Allemagne (Bundestag) dans le cas de certains contrats à l’exportation!

      • François JOST

        Safran a le leadership.
        Le nouveau moteur sera conçu sur la base du M-88 du Rafale.
        Safran sera chargé de la partie chaude, ITP de la partie froide, et MTU des services.
        La partie chaude est considérée comme la plus complexe et la plus essentielle.
        ITP revendiquait la partie chaude alors qu’elle n’en avait aucune expérience et souhaitait que la conception se face à partir du réacteur de l’Eurofighter. Les espagnols n’ont pas eu gain de cause sur ces points essentiels.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.