Accueil » Airbus réalise les premiers contacts de ravitaillement entièrement automatiques

Airbus réalise les premiers contacts de ravitaillement entièrement automatiques

Première mondiale. Airbus a réalisé un ravitaillement en vol entièrement automatique (A3R) avec un système de perche. La campagne d'essais en vol, menée plus tôt dans l'année au-dessus de l'océan Atlantique, a impliqué un avion d'essai ravitailleur A330 MRTT équipé de la solution Airbus A3R, avec un avion de chasse F-16 de l'armée de l'air portugaise agissant comme récepteur.

17.04.2020

La photo montre les premiers contacts de ravitaillement entièrement automatisés entre un avion d'essai Airbus et un avion de chasse F-16 de l'armée de l'air portugaise. © Airbus

Cette étape s’inscrit dans la phase d’industrialisation des systèmes A3R en amont de sa mise en œuvre dans le développement de l’avion ravitailleur A330 MRTT. La campagne a totalisé 45 heures d’essais en vol et 120 contacts secs avec le système A3R, couvrant toute l’enveloppe de ravitaillement aérien, car le F-16 et le MRTT consolident la maturité et les capacités du développement à ce stade. La phase de certification débutera en 2021.

Le système A3R ne nécessite aucun équipement supplémentaire sur l’avion récepteur et est destiné à réduire la charge de travail de l’opérateur de ravitaillement en vol (ARO), à améliorer la sécurité et à optimiser le taux de transfert du ravitaillement en vol dans les conditions opérationnelles, contribuant ainsi à maximiser la supériorité aérienne. L’objectif du système A3R est de développer des technologies qui permettront d’atteindre des capacités totalement autonomes.

Une fois le système activé par l’ARO, l’A3R fait voler la perche automatiquement et maintient l’alignement entre l’extrémité de la perche et le réceptacle du récepteur avec une précision de quelques centimètres ; l’alignement correct et la stabilité du récepteur sont vérifiés en temps réel pour maintenir une distance de sécurité entre la perche et le récepteur et aussi pour déterminer le moment optimal pour étendre le faisceau télescopique afin d’obtenir la connexion avec le récepteur. À ce stade, le transfert de carburant est lancé pour remplir l’avion récepteur et, une fois le transfert terminé et la déconnexion commandée, la flèche est dégagée du récepteur en rétractant le faisceau télescopique et en éloignant la flèche pour maintenir une distance de séparation sûre. Au cours de ce processus, l’ARO surveille simplement l’opération.

 

Retrouvez nous en podcast et vidéo

6 commentaires

  • patex

    Pour les forces aériennes effectuant des raids très lointains (c’est le cas de l’armée de l’air avec le Rafale), ceci pourra soulager les équipages, pour qui les séquences de ravitaillement peuvent être très stressantes, ou représenter une importante surcharge de travail à des équipages déjà fatigués.
    En 2019, l’armée de l’air a effectué un exercice très longue distance, consistant à rallier Saint-Dizier d’une traite depuis l’île de la Réunion, soit 9000km en 12h de vol, ce qui nécessita 5 ravitaillements.
    https://www.air-cosmos.com/article/un-vol-marathon-pour-les-rafale-et-le-phnix-846

    Mais on trouvera toujours des râleurs…

  • michel mouton
    michel mouton

    la guerre sans homme est en marche! l’aviation sans pilote aussi…

    • Rantet.j

      La guerre en télétravail,confiné dans son appartement pour éviter le coronavirus,nous y sommes presque.Et pourquoi pas,le calme revenu,le télétravail pour les pilotes afin d’effectuer leur cdg JFK cdg..hebdomadaire installés confortablement dans leur salon.Oui techniquement c’est déjà possible…….Quelle belle société se profile à l’horizon……

  • Roger Rudder

    On a droit à un petit coup sur le pare-brise ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.