Accueil » Clap de fin pour le premier C-135 FR de l’armée de l’Air et de l’Espace

Clap de fin pour le premier C-135 FR de l’armée de l’Air et de l’Espace

Le 7 octobre 2020, un premier avion de ravitaillement en vol C-135 FR sera retiré du service après 56 ans sous les cocardes.

5.10.2020

Chaque retrait de service d’un C-135 s’effectue après la livraison et la mise en service d’un A330 Phénix. Ceci dans le but de garantir la continuité dans le cadre des missions réalisées. ©armée de l'Air et de l'Espace

L’arrivée des premiers Airbus A330 Multi Role Tanker Transport (MRTT) Phénix, au sein de l’armée de l’Air et de l’Espace, marque le retrait progressif des quadrimoteurs C-135 FR. Un premier appareil sera donc retiré du service le 7 octobre prochain. Il s’agit du n°475, entré en service le 20 janvier 1964. Totalisant plus de 36 400 heures de vol, il a servi dès les premières alertes de la dissuasion nucléaire française, jusqu’à la dernière mission « Poker », en passant par la guerre du Golfe ou encore l’opération Barkhane. Il a décollé pour la dernière fois de la Base aérienne projetée de Niamey le 8 septembre 2020.

Premier arrivé parmi les quatorze C-135 de l’escadron de ravitaillement en vol 4/31 « Sologne », ce retrait du service intervient quelques semaines après la livraison d’un exemplaire supplémentaire d’A330 Phénix sur la BA 125 d’Istres. A l’heure actuelle, trois Airbus A330 Phénix sont actuellement en service dans l’armée de l’Air et de l’Espace sur les 12 prévus par la Loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025. Trois appareils supplémentaires rejoindront également la flotte dans le cadre du plan de relance du secteur aéronautique pour remplacer progressivement les 14 ravitailleurs C-135 FR et les cinq avions de transport stratégique A310 et A340. Un total de 15 MRTT est attendu.

Jean-François Bourgain

L’A330 MRTT Phénix au service des blessés

 

Arrivée officielle du premier Airbus A330 Phénix à Istres

Retrouvez nous en podcast et vidéo

10 commentaires

  • Tanguy

    L’arrivée de cet appareil a plutôt eu lieu a l’ERV 4/94 Sologne de la base d’Avord.

  • Si j’avais de l’argent j’acheterai bien un transport pour le transformer en appartement je pense qu’un avion de transport est suffisamment grand

  • Mike

    Souvenir..j’ai projeté en 1963 un film au premier équipage de ce KC135 à Rochefort où j’étais en formation comme mécanicien photographe.

  • Un petit moment de nostalgie, j’ai volé sur C135F au sein de l’ERV 1/93 AUNIS de la BA 135 en… 1980.

  • J’ai sûrement côtoyé ce kc135 lors de mon passage en tant que sergent contrôleur radar à Raki lors des missions avec les mirages IV en Atlantique

  • Ces KC 135 vont aller où ?

    Chateaudin ? Tarmac Aero Save a Tarbes?

    • Jean-Mi

      Je dirais d’abord Châteaudun.
      Ce n’est pas parce qu’un avion est retiré du service qu’il est vendu ou ferraillé instantanément. Au contraire, il est gardé sous le coude et en état de marche pour un moment, dès fois que… on en ai besoin (accident d’un A330 ?) ou qu’on le mette en vente… Ou qu’il soit donné au musée de l’air, en sa qualité de premier KC135 Français, il y aurait sa place.
      Pour mémoire, on a revendu récemment tous les Mirage F1 qui étaient à Châteaudun depuis des années, ainsi que les SEM de la Marine (qui étaient ailleurs). Il reste à Châteaudun des Mirages 3, des Mirages 4, et toutes sortes de machines qui peuvent au besoin être remise en vol !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.