Accueil » La patrouille canadienne The Snowbirds endeuillée

La patrouille canadienne The Snowbirds endeuillée

Un mort et un blessé dans le crash d'un des avions CT-114 Tutor de la patrouille acrobatique de l’Aviation Royale Canadienne "The Snowbirds" qui participait à l'opération « Inspiration », destinée à soutenir les Canadiens engagés dans la lutte contre la pandémie de Covid-19.

18.05.2020

Les Snowbirds ont entamé une tournée au Canada tout début mai, destinée à honorer et soutenir tous les personnels engagés dans la lutte contre le Covid-19. © DND-MDN Canada

Peu avant midi en ce dimanche 17 mai 2020, deux appareils CT-114 Tutor avaient décollé de Kamloops, une bourgade située en Colombie Britannique à quelques 450 kms dans l’Est de Vancouver. Alors que les avions prenaient de l’altitude, l’un d’eux, à la suite d’un virage engagé à gauche suivi d’une mise en vrille, s’est écrasé sur une zone habitée.

L’un des membres de l’équipage, une jeune femme Officier des Relations Publiques de la patrouille, n’a pas survécu dans ce crash, malgré son éjection. Le pilote qui a réussi à s’éjecter lui aussi dans le même temps près du sol avant que l’avion percute la façade d’une maison n’a pas connu le même sort. Bien que très sérieusement blessé, ses jours ne seraient pas en danger, comme le rapporte un communiqué de l’Aviation Royale Canadienne. L’accident n’a pas fait de victime au sol.

La patrouille canadienne et ses neuf avions avait débuté sa tournée en Nouvelle-Ecosse avec pour objectif de survoler, à basse altitude et d’est en ouest, les principales villes du pays, en l’honneur des personnels engagés dans la lutte contre le Covid-19.

Cet accident qui affecte lourdement le monde du spectacle aérien et les formations militaires nationales est le deuxième en six mois pour les Snowbirds. Le 13 octobre 2019, un des appareils de la patrouille s’était déjà écrasé peu avant un meeting aérien à Atlanta (Etats-Unis). Le pilote était parvenu à s’éjecter et n’avait subi que des blessures légères.

Ph.C

Retrouvez nous en podcast et vidéo

10 commentaires

  • drissmagoul

    L,ejection a eu lieu à basse altitude c,est regrettable

  • Ronald FOX

    Perhaps the investigators will look at the age of the P&W Orenda J85-CAN-40 turbojet engine?

  • Mcmanus

    La description nous dit : « L’un des membres de l’équipage, une jeune femme Officier des Relations Publiques de la patrouille, n’a pas survécu dans le crash. En revanche, le pilote a réussi à s’éjecter près du sol… ». Une question se pose sur la capacité de passagers moins entraînés que les pilotes (voire pas entraînés du tout) à participer à ces vols éprouvants physiquement, et à rester en capacité de réagir avec les réflexes et procédures adéquats. On peut imaginer que cette officier de relations publiques n’a pas su ou pu s’éjecter faute de pouvoir physiquement le faire, ou faute de rapidité d’exécution suffisante à l’ordre reçu, ou faute de compréhension de la situation, sûrement rapide et sidérante pour celui qui n’est pas aguerri. Ce n’est qu’une hypothèse.

  • Tonton Volant

    Victimes au sol ? On ne parle jamais, dans ces cas, que de celles des participants

  • DAUMONT

    Ceci est une question. Loi des séries, maintenance ou âge de l’avion ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.